Les Randos 2018

Sortie en local - dimanche 9 septembre 2018

20180909 114001

RdV donc à 9h00 au lycée avec Marc pour accueillir Guillaume VTTiste de Lagardelle qui pratique le VTT sur les bords de l’Ariège et sur nos terres d’entrainement en SOLO.
La solitude ayant ses limites, Guillaume est venu à notre rencontre au forum des associations de Muret dimanche il y a 8 jours pour rouler avec des biclous. Départ donc après les présentations, on longe les bords de Garonne toujours bien jonchés d’arbres couchés et sur un terrain pas tout à fait sec, je dirai même un peu « bouyassé ». Puis montée par la tuilerie direction la table d’orientation (J’en profite pour rebondir sur le mail d’Hervé au sujet du petit pont de bois qui a été emporté par les eaux – L’article informait qu’il allait être reconstruit en septembre... nous sommes en septembre ! – Y-a-il des volontaires pour aider à la reconstruction ? Nous pourrions proposer notre aide)
Puis, petite halte à la table d’orientation et petite discussion sur les attentes de Guillaume et sur ce que peut lui proposer les biclous : tout d’abord Guillaume souhaite améliorer sa technique pour se sentir plus en sécurité, plus en confiance ceci pour prendre plus de plaisir. Pour cela, il va sans doute prendre des cours à Lacroix falgade dans un premier temps et nous rejoindre ponctuellement en fonction de ses dispos. De notre côté nous lui avons annoncé que les sorties en local du dimanche matin n’était pas systématiques par manque de participants réguliers. Pour améliorer cette situation je vous propose (et je me mets dedans !! de poster sur le site chaque fois que nous sortons le dimanche matin – l’idée est de retrouver un RdV récurrent le dimanche matin sur Muret ou sur des sentiers proches – je ferme la parenthèse de ce sujet qui sera un sujet important de notre prochaine AG)
Ensuite Marc nous a montré un peu toutes les facettes de la forêt jusqu’à nous amener sur le chemin du retour par les coteaux.
Au final une bonne matinée dans la bonne humeur – Guillaume tu reviens quand tu veux !

Au final 24 km et 456,3 m de D+ et un peu de fatigue pour guillaume et pour moi (Ya longtemps que j’avais pas roulé – c’était bon ! Merci Marc)

20180909 114020

Lire la suite

Rando Cours le 09/09/2019

 

Cours1

Cours2

Eh oui on est bien les derniers sur le parking et sur le parcours

"Cours vas-y" on m'avait dit. Je ne l'avais jamais faite alors..
4 biclous au départ: Julien,Sylvain,Christophe et moi-même. Ça démarre très doucement:Sylvain a oublié son sac et on doit retourner chez lui,pas de badge autoroute,on doit faire le plein et en plus Julien demande un arrêt pipi. Ce qui fait qu'on démarre a 9h passé beaucoup trop tard pour le 60 km qu"on ambitionne de faire. Des orgies de single mais des montées très très physique. On est déjà à 800d+ au bout de 16km!! Sylvain et moi ne tardons a exploser; des montées à 3% sur le petit plateau!! Comme on est parti tard un ravitaillement est déjà parti et tt le monde est à sec pendant 10km. Merci à Christophe et Julien de nous avoir attendu. Au final beaucoup de d+ qu'annoncé. Sur le 60 km 2400d+ même y.pages a trouvé très dur. Pour nous 51.8 km et 2050d+. Épuisé a l"arrivée
Phillippe

Lire la suite

Eaunes mercredi 29 août 2018

20180829 203018

Y’a des sorties comme ça…

Au départ, rien d’inhabituel, 3 biclous à savoir Laurent, Julien et ma pomme. Julien nous annonce qu’un quatrième biclou, en la personne de Pierre-Jean, retardé au taf, devrait nous rejoindre plus tard dans la forêt.

Bon déjà au départ, Julien, qui a niqué son pneu arrière à Citou samedi dernier et regarde depuis le préventif anti crevaison suinter et faire des bulles en se demandant quand ça va s’arrêter (à moins qu’il ne trouve ça joli…) doit donner un petit coup de pompe avant de partir. Je précise que la pompe, c’est la mienne car Julien n’a pas réussi à faire rentrer la sienne dans le cadre du Spé et qu’il ne daigne pas s’encombrer d’un sac à dos.

Nous voila donc partis sur les bords de Garonne, et c’est moi qui ouvre le bal : trop concentré sur la branche tombée que j’avais pris en plein casque vendredi dernier, je ne regarde pas où je mets ma roue avant : trou => OTB. Marc : 1 point.

Je me relève et on repart. On monte par la Ferrane et arrivé en haut, Julien se rend à l’évidence : le préventif qui fait des bulles, c’est peut être joli, mais le pneu à plat, paradoxalement, c’est gonflant. Il va donc falloir réparer son pneu arrière. Heureusement, il a acheté des mèches chez Décathlon et ça, ça rentre dans le cadre du Spé ! On nique une première mèche… puis en s’y mettant à deux avec Laurent on finit par mettre la deuxième correctement. Le temps de tout remettre dans le cadre du Spé (en tassant avec les pieds) et de regonfler le pneu (toujours avec ma pompe), on repart. Julien : 1 point.

On passe par la table d’orientation puis on prend à gauche à la patte d’oie. Le frein arrière de Laurent commence à faire un léger bruit métallique très joli mais malheureusement très peu prometteur quant au bon déroulé du reste de la sortie. Ce n’est pas grave, il reste stoïque (Laurent, pas son frein arrière) et on continue.  Et hop,  la première spéciale. On remonte le long des barrières en bois (qui puent toujours autant), puis je me dirige vers la barrière en haut de la forêt. Etonné d’y arriver seul, je fais machine arrière pour trouver Laurent, qui n’a pas non plus trouvé utile de s’encombrer d’un sac à dos, en train d’essayer de démonter ses plaquettes arrières avec l’outil que Julien a réussi à extirper du cadre de son Spé avec les dents. Sauf qu’ils ont pas la bonne clé… Bon je sors mes outils. Bizarrement, moi, j’ai la bonne clé. Diagnostic : un caillou quelque peu facétieux à dû venir se coincer entre le disque et une plaquette en ravageant la plaquette au passage et en pliant le ressort qui écarte les plaquettes par la même occasion, d’où le bruit métallique très joli au départ, mais il faut le reconnaître, lassant à terme. Laurent redresse le ressort (avec mes pinces…), remonte le tout et on repart. Laurent : 1 point.

Deuxième spéciale, tout va bien ! Arrivés en bas, Pierre-Jean nous rejoint. On remonte. Troisième spéciale, tout va bien. On remonte.  Quatrième spéciale, tout va bien ! Ah bon, ben si tout va bien, c’est pas drôle, on rentre. On traverse la route Eaunes/Estantens, on remonte par le champ habituel puis à droite en haut de la Ferrane vers le chemin de Jouliou, mais en prenant la variante avec le raidard dans le bois à gauche. Arrivé en haut, on longe le champ à gauche, on passe la conduite de gaz (histoire de rappeler à Pierre-Jean qu’il est d’astreinte) et on replonge à gauche pour la variante habituelle. C’est d’abord Pierre-Jean qui profite d’un dévers mou pour s’en mettre une. Pierre-Jean : 1 point.

Puis Laurent, jaloux certainement, exploite un autre dévers, dur cette fois, associé à une ornière pour faire bonne mesure,  pour se mettre au tas également. Laurent : 2 points.

Le retour se passera ensuite sans encombre malgré nos efforts répétés pour faire tomber Julien, qui est le seul à ne pas s’en être pris une.

Au final 28 km, 530 m  de D+ et 5 points distribués.

Conclusions :

  • Si tu surveilles la branche, méfie-toi aussi du trou.
  • Quand tu crèves, c'est mieux de réparer avant de repartir.
  • Dans le cadre du Spé, on peut mettre des mèches et un outil, mais pas avec les bonnes clés.
  • C’est vrai que j’avance pas en montée mais en portant les outils pour tout le monde, faut pas s’étonner non plus.
  • Le dévers, mou ou dur, c’est traitre.
  • C’est Laurent, avec deux points, qui gagne le droit d’être sur la photo qui illustre le présent compte rendu.
  • Dimanche c’est le forum des associations à Muret : venez nombreux sur le stand des Biclous !

L'Ariegenduro 25-8-2018

Ariegenduro ravitoJe me retrouve le seul Biclou pour aller au rendez vous de l’Ariegenduro. Au bout de 1h de route, j’arrive a Foix. Je dois continuer vers le Prat d’Albis pendant presque 30min. En montant la route se resserre petit à petit. Je croise des vaches, des chevaux en estive. Puis je commence a rentrer dans la brume, c’est vrai qu’a 8h30 et à 1200m d’altitude, je ne m’attendait pas a mieux. Mais pas gros nuages, ni de pluie n’etaient prevu au programme. Apres une longue piste forestiere, je fini par trouver le point de rendez-vous de la journée decouverte d’Ariegenduro.Une dizaine de voitures sont déja présente et tous le monde s’affaire a s’equiper. Un petit groupe d’une quinzaine de riders se forme pour une sortie encadrée par les locaux. Au programme, ils vous nous faire decouvrir leur tresor. Des pistes qu’ils ont amenagés avec le temps et le force du poignée. On attaquera par "La Sapin". Déjà le panneau indiquateur en impose. Tout taillé dans une grosse planche en bois. On neglige pas l'apect de la qualité percue et la finition. Et c’est comme ça pour toutes les pistes. Bon, qui dit sapins, dit racines. Personnellement je suis loin d'être un specialiste en enduro mais alors sur les racines, surtout le matin a froid. Je laisse filer les premiers qui se lancent. En fait, ça passe bien, ce n’est pas vraiement humide. C’est très sympa, ça descend bien. C’est engagé comme il faut, mais rien de dangereux. On peut même dire qu'il y a des pistes dans des stations bien moins amenagées que celle là. A l'arrivé en bas, on a tous la banane. Bon, ben maintenant il faut remonter à 500m plus haut. Une heure plus tard, on arrive au Bout de Touron à 1363m. On se croirait au pic de Nore avec l'antenne et la brume. un peu plus loin on trouve le vrai depart de la "Sapin" et celui du "Toboggan". Le circuit est completement different, beaucoup shapé et roulant. C’est tres roulant et joueur au debut, puis ça devient plus technique vers la fin. De plus en plus d’ailleurs. Trop pour moi sur la fin, j’ai mis les papattes au sol. Mais comme ils sont trés pro, à chaques fois, il est prevu et signalé un echapatoire pour ceux qui ne se le sente pas. Nos encadrants nous explique que l’on va faire une partie de la "Jump" mais qu’elle n’est pas completement terminée. On la remontera a pince pour mieux envisager les gaps. Effectivement des sauts, il y en a. Ce n’est pas des trucs demoniaques mais je ne me sent pas le faire. Il n’y a rien de vraiement technique, il faut juste poser un peu le cerveau avant. On se le fait en descendant, et a l’arrivée certains d'ente nous ont les yeux qui brillent. Visiblement, ils ont pris leur pied et moi la plupart des echapatoires. Ce sera pour un autre jour avec un plus gros velo, et un collegue pour me remener au cas ou. On remonte tous vers le point de depart car il est l’heure du graillou. Pour 10€, Ariegenduro vous offre un veritable repas. Brevage a bulles plus de quoi picorer à l’apero, pizza, saucisse grillée, dessert. Du debut jusqu’à la fin, ils font ça bien. C’est a ce moment que j’ai du rentrer, on m’attendait ailleurs. Mais Ariegenduro était present pour continuer à vous acceuillir toute la journée. Une bonne adresse a retenir et revenir pour la prochaine journée porte ouverte. 20km – D+1058m

Lire la suite

Lagrâce-Dieu dimanche 26 août 2018

20180826 092330

C’est sur une proposition de Frank que pas moins de six biclous ont opté pour les singles de Lagrâce-Dieu en ce dimanche ensoleillé : Frank donc qui, j’ai le plaisir de vous l’annoncer, est de retour parmi nous, Philippe retraité en forme, OlivierD qui s’est remis à rouler après une période bricolage, Julien qui a toujours un beau vélo et qui a roulé à Citou hier, Antonio, notre célèbre  représentant ibérique et moi-même.

Nous suivons la trace « 30 km de pèlerinage à Lagrâce-Dieu » d’Utagawa qui nous promet de nombreux singles et effectivement le début de la rando est excellent, en majorité en sous bois avec de bons rampaillous. Certes quelques arbres encombrent un peu les chemins mais finalement ça passe et le terrain n’est gras que dans des endroits très localisés.

Deuxième partie un peu plus roulante et un peu moins fun du côté de Grazac et Mauressac et enfin retour par descente très joueuse en single sur Lagrâce-Dieu.

Bref une sortie très sympa pas loin de Muret qui constitue une bonne alternative à Eaunes quand on besoin de rentrer tôt comme c’était le cas aujourd’hui pour quelques uns d’entre nous.

Bon évidemment, Julien a trouvé ça moins bien que Citou, mais bon, il est jeune et il commet encore l’erreur de comparer ce qui n’est pas comparable. Ça passera avec l’âge… Il s’est consolé en essayant d’imiter Danny MacAskill comme vous pourrez le constater sur la photo ci-dessus.

Au final 31 km et 750 m de D+.

20180826 092455

20180826 092423

Sortie Lacroix Falgarde 2018-8-19

LacroixC’est avec Philippe, Olivier D, Marc, Franck et Mézigue que nous nous retrouvons à Lacroix Falgarde pour la traditionnelle sortie dominicale. On reste dans le coin avec une distance assez raisonnable pour un retour aux alentours des midi. C’est Frank qui taillera la route sur tout le parcours car il connait le mieux, et de loin, la topographie locale. On fait ça au feeling. Olivier D dit d’entrée qu’il n’a pas roulé depuis 4 mois. J’ai de la peine à le croire car il est ajuté comme un coureur du tour de France. Il dit qu’il a perdu 5kg. Ca doit être lui qui a du me les refiler. Frank qui vient aussi de reprendre le vélo, après 6 mois d’arrêt, part comme une balle a travers le sentier en bas du village. On est obligé d’attendre les derniers un peu surpris par le rythme infernal d’entrée infligé aux papattes arrières des autres simples mortels que nous sommes. Philippe nous explique qu’il lui faut un peu de temps pour se chauffer. Ouais, bien sûr. Il n’a pas mis longtemps, le diable. Sur tout le parcours, il était toujours dans le peloton de tête, quand il ne menait pas lui-même la danse. Le coquin. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu Olivier. Et ça s’entend. Il n’arrête pas de discuter, même dans les côtes. Plus on avancera dans le parcours, plus le débit diminuera un peu mais pas tant que ça. Quel coffre. On se fait plutôt des cotes en goudron et des passages en descentes sur singles bien sympa et assez ombragés. C’est mieux pour tout le monde car le thermomètre commence à monter effrontément. Un peu trop pour Marc qui commence à tirer la langue. On roule tous le capot bien ouvert depuis un bout de temps mais le paysage est agréable et on redécouvre des sentiers que nous n’avons pas emprunté depuis fort longtemps. Les cloches de l’église de Goyrans sonnent midi. Il est temps de rentrer. 41km D+887m

Lire la suite