Les Randos 2018

Eaunes 25/03/2018

20180325 093857

Dimanche matin 8h15 je me lève et je matte sur le forum le message désespéré de Marc: "Temps de daube je laisse tomber..."
Je lui réponds par sms :
- "Dommage j'allais enfiler mon cuissard pour t'accompagner"
- "C'est vrai? ben si je suis pas seul je veux bien faire l'effort, tu es partant malgré le temps?"
- "On le tente, passe à la maison je m'habille"
- "Ok!"

C'est avec inquiétude que Marc me suit sur les bords de Garonne et dans la montée des Territs (cf photo). Arrivés en haut en mode portage, il roumégue et tenez vous bien, me supplie de bifurquer par la route depuis la Ferrane pour atteindre la forêt...
On rencontre quelques riders fous et courageux durant notre session d'entrainement. En discutant avec des membres du club de Grenade, on obtient le contact de Pascal: c'est lui qui shape régulièrement les pistes à bosses dans la forêt d'Eaunes. Peut être certains d'entre vous le connaissent déjà. On pourrait le contacter et organiser une journée pilotage pour qu'il nous montre comment franchir ce fameux gap! Qu'en pensez vous?
On finira par rentrer sous le soleil par Saint Amans et à nouveau les bords de Garonne. Tout ce dont j'avais besoin pour maîtriser le drift.

Ça donne 33km et 624 D+, ma première sortie locale de l'année et grâce à moi Marc n'est pas retourné se coucher!
Ps : J'ai oublié de vous préciser que le terrain était bien gras et les bikes aussi !
See you

20180325 121154

Lire la suite

Sortie en local du 18

Img 2965

C'est avec un peu de retard que je m'attèle au CR du week end dernier.
La semaine dernière je travaillais au théâtre de Muret jusqu'à dimanche, mais j'avais dimanche matin de dispo et donc je suis allé voir sur le forum s' il y avait des volontaires pour rouler en local.
Et effectivement deux Biclous, et pas des moindres, Marc et Sylvain étaient chauds, mais avec quelques réserves sur le temps.
Je me suis donc couché samedi soir un peu tard et avec l'espoir que la météo me dispense de la sortie (oui j'avoue!). Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'à mon réveil mes espoirs de couette furent évincés par un soleil radieux et narquois (c'est comme ça que je l'ai interprété).
C'est donc sur le parking du lycée que je retrouve à l'heure prévue mes deux compagnons de chemin du jour.
A cause de personnes bizarres qui, après avoir fait du vélo, courent et tout ça sur la route !!!!! (ils appellent ça du DUATHLON, enfin bref), nous ne pûmes prendre nos traditionnelles berges de Garonne et entamions donc notre virée par la côte du lycée dans le but de rejoindre les crêtes un peu boueuses mais largement praticables.
Nous avons donc rejoint la forêt de Eaunes pour y pratiquer notre passe-temps favori (monter des côtes interminables pour les redescendre).
Après quelques tournicotis, un atelier réparation de rayon par Sylvain, un déballage du sac immense de Marc et surtout un peu épuisé, je feignais de devoir rentrer plus tôt pour aller travailler ;-)
Nous reprimes donc le chemin du retour en passant par Eaunes et par la route jusqu'au lycée, oui par la route !!! je crois bien avoir aperçu une larme au coin des yeux de Marc.
Nous avons tout de même pris les marches au dessus du lycée où j'ai un peu fait ma caguette :-)

Belle Matinée qui se conclut tout de même pour moi avec
22km et 532D+
Ghislain

Raid des chapelles 2k18

20180318 142904

Les sorties et les comptes rendus s’enchaînent, ce week-end place au Raid des Chapelles dans les PO avec pour objectif le RAID'ILLON : 55km 2500 D+
Est ce bien raisonnable nous verront bien...

Je décide finalement de partir la veille en fourgon avec OlivierD, Christophe et OlivierM invité de dernière minute. Arrivés sur place devant le centre Sud Canigou à Arles sur Tech c'est le déluge, il va flotter jusqu'à 22h pétante comme prédit sur Météo France. Mais pas d’inquiétude il va faire beau le lendemain. L'ambiance est bonne et je parviens à m'intégrer facilement au groupe grâce au pâté fait maison du beau père : Il fait l’unanimité.
Le lendemain, lever 5h45 petit déjeuner avant de s'équiper et récupérer les plaques...Plein de beau monde au départ dont Yves Pages et les habitués du raid...C'est parti pour une longue journée de VTT, on longe la rivière encerclée de montagnes, le Canigou enneigé pointe du nez. Ça caille un peu, les selles de vélo sont gelées, celle d'OlivierD tarde un peu à remonter en position pédalage. Puis on attaque la 1ere montée sur goudron, ça grimpe sec par endroit L 'ascension se finit par un portage sur single encore bien raide...La 1ere descente qui suit est bien grasse avec des lacets serrés pentus. Il faut maîtriser le drift et à ce jeu là je suis très mal habitué à cause de Sylvain qui nous fait rouler tjrs au sec...Mes collègues se tirent la bourre et vont devoir m'attendre à la fin de la descente et durant chaque fin de descente d’ailleurs! Merci les gars pour votre patience. Mais déjà cette 1ere spéciale est bien technique pour moi et donne le ton surtout par terrain humide. Ravito 1 et on poursuit par 2 + courtes ondulations en singles autour d'Amelie les bains, de belles séquences qui sollicitent les cuissots et un peu de portage. Ravito 2 avant d'attaquer la seconde longue ascension d'abord sur route, sur piste et sur single avec du portage encore. Peut être un peu trop à mon goût mais c'est un raid en haute montagne cela fait partit du jeu. Et d'après Christophe une bonne alternance pour détendre les muscles...lol tu parles...
Ravito 3 au col de la Reducta qui fait du bien, on grimpe encore un peu sur piste avant d’entamer la 2ème grosse descente : la +"simple" pour moi j'ai presque tout passé, un pur régal tantôt caillouteuse, tantôt sablonneuse, tantôt graniteuse mais qui use, je finis rincé. Et c'est pas fini!!! Il reste encore une dernière montée 500 de D+ sur piste heureusement. Très dur quand tu as 2000 de D+ dans les jambes, mais mes biclous m'ont soutenu et encouragé à tour de rôle. C'est important dans ces moments là quand tu as les yeux rivés sur ton gps et que tu luttes...bon j'avoue je me rappelle pas des conversations à ce moment là je répondais même plus mais le mental a tenu yes! C'est bon la photo en haut des dolmens annonce la descente finale.
Cette descente qui emprunte le GR10 du pays tour de Vallespir c'est du très lourd, trop technique pour moi. Même pied à terre je galère à descendre dans ces toboggans : des murs de la mort tous les 5 mètres! Alors oui je suis le dernier homme préhistorique en 26 pouces et qu'un 29 pouces franchit plus facilement. Il est vraiment temps que je change de monture au risque de reculer si ça continue comme ça dans les sentiers...mais bon respect les gars vous êtes de vrais sauvages et j'espère peut être un jour atteindre votre niveau et votre folie!

Au final on s'est tous régalé je pense, une organisation au top et d'une énorme gentillesse! Merci à tous pour ces courbatures, parait-il qu'Olivier va s'inscrire l'an prochain sur le raid'hard 71km et 3500D+
comment te dire Olivier si j'ai plus mal aux jambes d'ici là....
See you

20180318 081651

Lire la suite

La Clape virile 11/03/2018

20180311 141257

Ce titre peut paraître prétentieux mais il s'agit bien de la trace qui est virile et non pas des hommes qui l'ont parcourue...Marc, Sylvain et moi même avons été secoués, consommés, des victimes du massif très escarpé de la Clape. Même le pneu Michelin de Marc a été tranché!

La météo étant incertaine sur mes terres, on préfère donc pousser jusqu'à Gruissan. Arrivés sur place c'est l'inquiétude sur l'état du terrain visiblement humide.C'est dire on a peur de se salir, tu parles de virilité...je vais tacher de mettre des noms sur les passages empruntés durant cette journée. Cette trace est optimale de mon point de vue.

Le départ se situe du parking de chemin de la couleuvre.
Direction Nord Est ça démarre fort via la vierge de Cruque sur un single qui s'élargit jusqu'aux Rouquet ruines. Ensuite la longue montée technique dans la garrigue neuve va déjà nous consommer. Le fort taux d'humidité dans l'air coupe la respiration et les précipitations de la veille rendent le terrain très glissant : une patinoire de pierres, même pied à terre c'est dangereux. On atteint Pech Redon, Marc est à plat. Il sort de son sac une mèche capillaire pour réparer son Michelin, un peu de colle et oui ça marche mes amis! Quelques bunny up pour éviter les flaques dans la vigne longue. Marc en profite il assure sa virilité et nous montre son nouveau tatouage, un phénomène!
Direction plein sud et au sec maintenant donc sur le single terreux et raviné pour le plaisir du pilotage. Avant de rentrer en sous bois et de grimper au Plan Vigné , un spot d'escalade. La descente qui suit entre les pins nous régale et nous arrête un peu avant la carrière.
Direction plein Est pour grimper au 1er point de vue alt.127m et très belle longue descente qui suit bien caillouteuse. La combe des Porcs qui s’enchaîne avec quelques marches à sauter. On s'engouffre dans le trou de la Crouzade gorgé d'eau avant d'atteindre le fameux mur de la mort! Seul Marc le franchit vidéo pour preuve...great!

A la chapelle des Auzils, on prend la piste qui monte à la Vigie : 2ème point de vue magnifique, beaucoup de randonneurs en profitent aussi. L'énorme séquence qui suit nous permet de nous ramener au parking de la chapelle des Auzils : pleine pente d'abords aux Colombiers, les slaloms dans la passe de l'Obre et passage au pied du St Obre tout en single, une merveille!
On est bien entamé physiquement et ce qui va suivre...une nouveauté le sentier dit "de la clape", un sentier viril dans une gorge tout en caillasse qui va nous permettre de rallier alt 200m les bords de falaise et un 3ème jolie point de vue yes !
Cette falaise qu'on franchissait autrefois dans l'autre sens par un portage, j'ai le plaisir de vous dire qu'en descente ça passe bien mieux! Le final se fait par la descente enduro des antennes avec une fluidité déconcertante!

Très belle trace donc et qui peut s'allonger encore selon votre forme ça donne 40km et 1117D+
La clape virile See you!

Lire la suite

Rando Eaunes 4 mars 2018

20180304 103844

Voir Seysses et mourir !

 Cela faisait bien longtemps que cette expression bien connue me taraudait et que je voulais en avoir le cœur net. Et ça tombait bien vu qu’il n’était pas question de mettre le cap à l’Est ce WE pour aller chercher les cailloux vu les intempéries de la semaine passée, et que la volonté de roulage local était essentiellement concentrée sur Seysses, représentée par non moins de trois biclous seyssois (Olivier T, Eric V et Christophe W) ainsi qu’un compagnon habituel de leurs virées (Gilbert, de Seysses aussi !).

Je sautai donc sur l’occasion ainsi que sur mon fidèle destrier pour rejoindre tout ce beau monde chez Olivier, à Seysses donc, en ce dimanche matin…par la route étrangement.

Je vis Seysses donc, et décidai finalement de ne pas mourir tout de suite. Le trajet de retour sur Muret, par quelques bords de champs, ne me laissa pas un souvenir impérissable non plus, si ce n’est par la convivialité habituelle de mes compagnons de route… ou de bord de champ en l’occurrence.

Arrivés au lycée Aragon, nous récupérons Christophe, qui, pour ne pas faire comme tout le monde, ne nous a pas rejoints chez Olivier et est venu de Seysses tout seul. Mais pas que Christophe, puisque nous avons également le plaisir d’y retrouver une vététiste, qui nous a contactés par Facebook pour venir tester l’esprit Biclou. Une vététiste, oui (vous avez bien lu), prénommée Claire. Evénement suffisamment exceptionnel pour le faire remarquer, tant la gente féminine est rare en nos rangs.

Voila donc notre petite troupe partie sur les bords de Garonne direction Estantens. Le terrain est gras bien sûr, mais je m’attendais à bien pire et l’adhérence reste correcte. Les amas inhabituels de sable sur les sentiers les plus proches de la Garonne nous rappellent cependant qu’il fallait des palmes et un tuba pour les emprunter il n’y a pas si longtemps que ça (demandez à Ghislain).

Incident notable, à peine quittés les bords de Garonne pour entamer la remontée, qu’Eric, pris d’un accès d’agressivité aussi soudain qu’incompréhensible, profite d’un raidillon pour se jeter sur Gilbert, le déstabilisant et l’envoyant ainsi percuter son guidon avec sa lèvre supérieure qui protestera rapidement contre cet attentat par un saignement abondant et bien compréhensif. Gilbert, qui a su garder toute sa lucidité malgré la sauvagerie de l’attaque dont il vient d’être victime, décide alors de déposer une main courante à la gendarmerie dès qu’il sera de retour à Seysses.

Passées les quelques minutes qui nous permettrons de nous remettre de cet incident, nous remontons par la Tuilerie et là encore je suis surpris par le terrain puisque que l’adhérence est toujours correcte et que ça ne dérape même pas… C’est quoi cette arnaque avec tout ce qu’il est tombé ???

Passage par la table d’orientation, photo, puis nous plongeons enfin dans la forêt. Toujours le même constat, on sent bien qu’il a plu quelque peu, mais les quelques derniers jours d’accalmie ont permis au terrain d’absorber le surplus d’eau et l’adhérence est toujours bonne même si le rendement souffre un poil de la mollesse du terrain.

Nous débutons nos tours et détours habituels et nous sommes rapidement rejoints par la tornade ibérique, alias Antonio, qui est parti depuis 5h30 du mat et a déjà fait 145 km et 3200 de D+. Il daigne cependant ralentir son rythme et nous accompagner pour le reste de la rando. Montées et descentes se succèdent alors jusqu’à ce que nous convenions de mettre un terme à notre sortie et de rejoindre Muret par les crêtes.

Bravo à Claire qui a vaillamment pédalé jusqu’au bout et tout en gardant le sourire ce qui ne gâche rien! Gageons que cet essai l’aura convaincue et qu’elle renouvellera l’expérience bientôt.

Au final, un rando sympa dans l’ambiance biclous avec pour ma part 46 km (dont 18 d’aller retour à Seysses) et 480m de D+.

PS : Nous vous communiquerons des nouvelles d’Eric dès que la maison d’arrêt de Seysses sera en mesure de nous en donner.

20180304 125010

Conilhac best of

20180225 103251

Quelle savoureuse journée ! non je ne regrette rien...
Cette trace qu'on s’apprête à suivre postée par jpr31 et fonf31 sur Utagawa est une compil des best of singles à Conilhac / Lézignan Corbières. Soit environ 48km et 1250 D+.

C'est donc à 4 en compagnie de Marc, Sylvain et Laurent qu'on se dirige à Conilhac à une seule voiture. L'avantage cela limite les frais et augmente le nombre de vannes puisqu'on est un de +. De ce coté là pas de soucis pour Laurent il est en forme mais sur le vélo hein...ok chut, je me tais ça va! A peine 1h30 de trajet et à l'arrivée changement de décor avec une température plutôt agréable. On s’équipe, tous en vêtements d'hiver, n'importe quoi comme si on était en plein mois de février et c'est parti.
On en prend plein la gueule du single, mais pas que...Sylvain? C'est le seul moyen que j'ai trouvé lors d'une séance photo pour t'atteindre avec mes pieds : le poirier et bim! Sur un bon rythme on reconnait certains passages empruntés et on en découvre aussi plein d'autres (pour moi quasi tous). Un parcours de folie : du ludique quasiment à 100%, du technique mais raisonnable, du physique avec des enchaînements sans fin et mini portages, de l’adrénaline sur des passages à flanc de falaises. Un vrai régal ! Ça défile et coule sur de longues séquences pour le plaisir du pilotage. Enfin bref un terrain divin pour le VTT et différent de la Clape. Mais surtout the spot en hiver pratiquement toujours au sec.

Je me suis éclaté, il y a des sorties comme ça qui restent en mémoire et celle-la en fait partie peut être même dans le top 10! Un compte rendu court mais intense en émotion, j’arrête pas de sourire encore hihi.
See you

20180225 10531420180225 105327

20180225 103354