Le Rando Blog

Ceci est un espace dédié principalement aux Biclous Sauvages.
Eux seuls peuvent déposer leur compte-rendu de leur randos.
Par contre tout le monde peut en profiter.

VTT MURET met à votre disposition les traces GPS de ses randonnées à titre gracieux et indicatif. Certaines de ces randonnées sont organisées par des clubs qui ont négocié un passage temporaire sur des terrains privés. VTT MURET vous déconseille d’utiliser ces traces pour refaire le parcours.
Si vous le faites toutefois, seule votre responsabilité pourra être engagée.

Cap Nore 2018 85km

Je voulais prendre ma revanche sur la Cap Nore ! Je vous invite donc tout d'abord à relire mon compte rendu de l'édition 2016 : http://vtt-muret.e-monsite.com/blog/cap-nore-2016.html

2 ans après je me retrouve inscrit ce coups ci sous mon influence avec Pierre, la même équipe de 2. Mon objectif est simple, faire moins de 11h. Le parcours est similaire mais avec de meilleures conditions climatiques. Les 20 premiers kilomètres sont jouissifs. On allume avec inconscience, le rythme est soutenu mais je tiens bon! Et c'est génial on est seul, aucun bouchon, on se demande où sont passé les 1200 cyclistes mais c'est tant mieux! Du 100 % single en montagne russe.
Km 16 1er ravito 5 mn de pause pour manger de la saucisse et on repart à nouveau avec appétit! On va remonter le lit d'un ruisseau + sec contrairement il y a 2 ans. Et avec le stumpjumper c'est un bonheur, je m'éclate à arpenter ces dalles rocheuses " On est pas bien là?" La remontée se poursuit en sous bois tjrs sur single à fort % avant de redescendre à flanc de montagne :très belle longue séquence. Liaison route + piste avant d'atteindre le ravito 2 au k32.
Les hostilités commencent : Le roc du Tonnerre, le pic de Rey, le mont Péril, le pic de San Marti, le col de la Croix de Sous. On perd du rythme et de l’énergie par rapport au début. km 45, ravito 3 il fait froid, humide et brumeux. j'apprend qu'il reste environ 7km et 400 de D+ pour atteindre le Pic de Nore. On débute par une descente entre les sapins bien grasse mais mon bike ne bronche pas. On récupère une large piste qui va me mettre très vite dans le rouge. Je dit à Pierre de m'attendre au sommet, j'ai habitude de cette situation il faut juste gérer son effort. C'est une souffrance, je pousse régulièrement le vélo pour étirer mes jambes et je suis pas le seul, un gros coup de mou!
La piste finit par atteindre la route que je veux emprunter car je connais bien la partie finale sans grand intérêt. Mais impossible, au même moment se déroule le tour d’Occitanie. les coureurs défilent à toute vitesse ainsi que les voitures qui les accompagnent ! c'est un beau spectacle. il faut être prudent pour traverser la route et donc pas le choix de continuer le parcours classique. Mais quelque part ils m'ont donné un coup de boost, et j'y suis enfin altitude 1211 m. Je comprends que Pierre n'a pas dû m'attendre sous ce vent glacial, j'ai perdu au moins 30mn. Maintenant place à la deval nore que je commence à bien connaitre. 30km de descente avec 2 remontées et 2 ravitos. Je suis seul, pas de Pierre en vue, que de la caillasse hihi. Aucun bouchon je prends une fois de + beaucoup de plaisir dans cette descente marathon sans grande difficulté technique. Il reste encore 10km de fractionné que je vais faire à fond, j'adore ce final et je ferais même bien 20km en sus sur la fin...

L'organisation scanne ma plaque à l'arrivée et m'annonce "bravo Julien, 8h20". je n'en reviens pas et forcement et je ressens un sentiment de fierté. Un grand plaisir cette rando malgré cette zone rouge un peu avant le sommet. Mon collègue arrivera peu de temps après moi, on s'est loupé il m'a attendu 45mn au ravito 4, dommage. C'est surement mon seul regret de pas avoir dévaler le pic de Nore en sa compagnie. Cela reste pour moi une rando organisée hors norme par son profil du terrain et ce malgré son prix élevé. Une belle occasion de se tester sur une longue distance comparable à un marathon de course à pied.

Au final ça donne 80km 2600D+ 7h30 de roulage et un peu moins d'une heure de pause...une belle revanche
See you

Lire la suite

La Gardiole xl

20180610 142956

Excellente journée dans le massif de la Gardiole situé entre Montpellier et Sète en compagnie de Sylvain, Marc, OlivierM, Christophe...et la vedette du jour: le tout nouveau Stumpjumper 2019 vélo test!

J'ai choisi le modèle expert 29 en long travel, c'est à dire avec de gros débattements : une fourche Pike 150mm et un amortisseur Rockshox deluxe en 140mm. Autrement dit un vélo qui n'est pas fait pour rouler au bord du canal du midi et ça tombe bien aujourd’hui, le terrain est juste parfait : un mix de singles et de pistes dans les montées, des descentes relativement longues bien caillouteuse qui tabasse sans être trop technique. il faudrait pas rendre la belle bête en magasin amochée vu le prix du vélo...
Lets go ! ma première impression quand je monte sur le vélo, c'est cette position très haute alors tu aimes ou tu déteste je pense que c'est radical. Un bike clairement conçu pour le trail, le All mountain par sa géométrie. Des pneus en 2,6 montés sur des jantes carbone, le parfait combo avec les suspensions. Dès la première descente je suis bluffé, c'est une moto silencieuse que je pilote. J'avale les cailloux avec une fluidité déconcertante. je retrouve un peu les mêmes sensations que sur le Sp Turbo Levo mais avec + de grip et sans assistance électrique évidemment...Dans les montées c'est du même acabit, tu avales tout ceux qui passe en prenant de la vitesse. Alors je me dit même que c'est de la triche quelque part je réessaye en comparaison le YT d'Olivier puis le Giant de Marc. Je me fais littéralement secouer presque comme sur mon 26 pouces! et pourtant ce sont des machines de guerre.
Le prix parait exorbitant pour un vélo et c'est vrai, pour une personne qui pratique ou non ce sport "Mais que peut il avoir de plus à ce prix?" je n'ai pas de réponse c'est un ressenti,des émotions différentes au delà de l'aspect technique et de l’équipement du vélo.
J'en oublie presque le reste de cette sortie et ce serait bien dommage! car oui on a roulé sur de très bons vélos, le parcours était chouette mais putain on a bien rigolé aussi. Un Christophe mémorable qui n'a pas pu s’empêcher, lui épargné pour une fois d'incident technique, de vanner Sylvain victime de multiples crevaisons:
" Eh bien Sylvain tu vérifie jamais ton matériel? tu déconnes là"
" beh j'avais mis du liquide il y 6 mois quand j'ai changé mon pneu"
"Mais Sylvain voyons, moi je vérifie toutes les semaines, tous les jours mêmes s'il y en manque pas. Une nuit même je me suis réveillé à 3h du mat pour vérifier"

Fantastique ces bons moments en fin de journée, au final donc 44km 1200D+ La Gardiole c'est un peu loin et si seulement elle était au dessus de Muret...
See you

20180610 150409

Lire la suite

CONILHAC BIS 03/06/2018 (par Christophe)

20180603 150440
 
Au départ un biclou et mon fils, je pense que la météo annoncée a dû dissuader une bonne dizaine de biclous.
Je quitte Toulouse sous un beau ciel bien dégagé. Vais-je regretter de rouler à Eaunes (sa montée mytique aux tuilleries ,ses passages très techniques,la superbe descente de la chapelle)? J'y pense une picoseconde puis pars en direction des nuages de Lezignan. L'objectif est simple faire 46 km en partant à 9h30 et avoir fini de rouler avant la pluie annoncée vers 14h.Cela fut très dur car on a suivi une trace de FONF31 (planicycle). Je ne pense pas avoir pris les mêmes passages que Laurent car j'ai eu droit à plusieurs petits portages et des passages assez délicats. Mais sur le fond j'ai superbement apprécié ce parcours très énergivore avec ses singles qui n'en finissent jamais. Ce qui est assez marrant, le fait de tourner en rond, on a toujours l'impression de faire les mêmes singles mais au final ils sont tous différents et réservent leurs surprises. Alors bien sûr, pas de saucisses, pas de bières, mais cette version gps correspond à ce que j'attends d'une vrai sortie vtt. Il faut que les gens qui organisent des randos se modernisent et pensent à faire des traces gps pour ceux qui cherchent des parcours plus exigeants.
Bref à l'arrivée toujours pas de pluie, un terrain de jeu fantastique à refaire avec une bonne dizaine de biclous car le partager à plusieurs c'est encore mieux.
Total 5h30  50km  1260d+
 
Christophe

Sur les crêtes de Conilhac 2018-5-20

20180520 114758Je suis le seul Biclou Sauvage au rendez-vous de cette 19eme édition de « Sur les crêtes de Conilhac ». Et c’est bien dommage car ils ont raté un superbe parcours. En effet, le départ se fait un peu comme à l’accoutumé par la route qui monte vers le col. En haut, on attaque par des singles, puis à nouveau des singles, encore et encore des singles. Comme chaque année, le club Vtt Sabatiera se décarcasse pour ouvrir de nouveaux passages. Je prends un pied d’enfer. On roule sur le flanc du plateau côté ouest. Ça monte, ça descend, ça tourne à droite, ça tourne à gauche. La végétation en fleur est au taquet. Les odeurs m’envahissent les naseaux. Avec le soleil, la lumière locale fini par combler tous mes sens. C’est le top. 100% single. La première partie du parcours se termine au ravito dans le village. Ça facilite l’organisation. Les saucisses grillées vous accueillent à bras ouverts. Cela me requinque un peu car les singles joueurs c’est super mais aussi très énergivore. Je discute avec quelqu’un de l’organisation et je le félicite pour la qualité du circuit. Il est content mais se plaint un peu du manque d’affluence. Pour équilibrer le bilan de l’organisation, il faut arriver à 500 participants. Et cette année, comme l’année dernière, il y a seulement 400 participants. Il me dit que c’est peut-être la dernière année. Ils vont certainement faire la 20eme, et après… Ils ont du mal à mobiliser des bénévoles pour si peu. Je me dis que ce n’est pas possible. Une rando aussi terrible que celle-là puisse disparaitre un jour. Non ! Et repartant sur la deuxième partie du parcours, je continue de penser à cette histoire. Finalement le constat est simple. Nous utilisons tous des traces plus ou moins intéressantes sur internet. Et moi le premier. Mais nous oublions l’essentiel. Ces clubs locaux qui se battent pour ouvrir, baliser et mettre en valeur leur territoire, ils le font en partie pour attirer toujours un peu plus de monde à leur randos organisées. Le jour où ces clubs disparaitront, où les forces vives en auront assez d’entretenir, de débroussailler, de baliser… Il nous restera quoi ? À long terme, des traces sur internet de parcours complètement fermés par la broussaille. Et plus de nouveaux parcours. Nous tournerons tous sur les mêmes circuits en boucle. Un peu comme à Bouconne. Fini les nouveautés. Terminer les « petits raccourcis » qui rallongent. :) C’est certainement pessimiste mais il y a du vrai dans tout cela. Alors n’hésitez pas à faire une bonne action et perpétuer la vie des clubs en participant à leurs randos. En tous cas, je ne regrette surtout pas d’être venu à Conilhac-Corbières. La deuxième partie est tout aussi intéressante. Je fini sur les rotules mais avec une banane extra. Tout le monde est ravi. À l’arrivée, les saucisses grillées sont sur la table. Les gobelets de bière sont pleins. Partout sur les visages des sourires. Que demander de plus. Vive Vtt Sabatiera. Vive Sur les crêtes de Conilhac.
39km – 661m

 

Lire la suite

Sortie ALaric du 11 Mai 2018

Alaric

Ah l'Alaric mais que c'est magnifique.
Effectivement cette petite montagne au Sud Est de Carcassonne est vraiment magnifique mais aie qu'est ce qu'elle pique et cela de de 2 manières. La première au sens propre par le type de végétation surtout lorsque vous tombez dans les chênes kermès, les genêts épineux et autres réjouissances de la garrigue, la deuxième au sens figuré car les montées peuvent être bien piquantes pour les guibolles.
Au départ de ce matin deux biclous, le chiffre tendance du moment, parti pour aller se faire du cailloux dans la "combe des graviers". Arrivée sur place je fouille dans toutes mes affaires mais il faut se rendre à l'évidence, j'ai oublié mon GPS et donc la trace que va avec. Ca commence bien. Pas grave on fera au feeling. Après un départ un peu pifométrique et un peu de jardinage on récupère la piste qui monte au sommet (antennes) sur un bon rythme. Jusque là toutti va bene. Au sommet on rencontre un VTTiste du coin qui nous guidera pour descendre la "Combes des graviers" descente très connue du coin. Un belle descente parsemée de cailloux plus ou moins denses et plus ou moins gros. A mi pente une variante est possible nous la choisirons. Une fois en bas pas d'autre choix que de remonter par quasi la même piste ce que nous ferons quasi au même rythme. Avant le somment on prendra un single qui nous emmène sur le versant nord. Jusque là toutti va bene. Cette descente finalement assez facile se termine par une succession de petites bosses et là je coule une bielle en direct sans prévenir, je me retrouve scotché au terrain plus aucune patate pour avancer je perds même un peu de lucidité si bien que je bascule dans la végétation décrite plus haut et coté pente. Heureusement qu'Olivier sera là pour me sortir de ce pétrin car coincé sous mon vélo j'étais incapable de me remettre seul sur mes pieds. Pas de conséquence fâcheuse mais jai bien profité du coté piquant des plantes locales. La fin du parcours sera pour moi une galère car non seulement j'ai plus de jus mais en plus j'ai super mal aux jambes dès que le pourcentage dépasse 2 ou 3 ce qui est très fréquent. Je finirai la sortie mi à pied mi à vélo en mode survie. Mon diagnostic est que jai du prendre un coup de chaud car le soleil mous a bien cogné dessus et cela sans un soufle de vent. Il faisait 35°C sous le soleil au thermométre de la voiture.
Au final 43kme et 1350 m de D+

Chute garrigue

Petite scéance de détente dans la garrigue

Lire la suite

Eaunes Dimanche 06/05/2018

20180506 113203

Au lendemain de la sortie route Chullanka, une séance cardio s’enchaîne au rythme diabolique de David. Mais Laurent et moi même avons tenu bon!

Faut dire que le David est en canne et svelte sur sa nouvelle selle aérodynamique. Déjà la veille j'ai pu m'apercevoir de sa forme lors de cette sortie route déportée à Lacroix Falgarde pour Festibike. On était d'ailleurs pas moins de 5 biclous svp pour y participer. Les 94km (et bien + pour certains) quasi sur du plat certes m'ont laissé des traces...Mais pas là est le propos, parlons plutôt de cette sortie locale VTT du lendemain.
A commencer par les bords de Garonne inondés par endroits inhabituels et bien avant Estantens. On décide de grimper la 1ere fois par la Ferrane et la 2eme par la Tuilerie sur un rythme fort crescendo. Les muscles ischio jambiers souffrent, j'ai encore du travail en matière de récupération le soir. Je dois pas avoir la bonne méthode ni les bons produits (pourtant naturels à base de canne à sucre, de raisin...). Bref! on entre dans la forêt, le rythme cardiaque va s’accélérer fortement dans les montées. Mais la technique est simple, il faut jamais s’arrêter sinon tu étouffes. Ce mauvais reflex de poser pied à terre est ressenti à maintes reprises! Heureusement que David doit rentrer un peu avant midi pour nous libérer. Retour donc par les coteaux avec séance photo, un prétexte que je lance pour poser au moins une fois le pied à terre ou autre chose : Laurent est en pleine inspiration, je parle d'imagination et pas de respiration ne vous y méprenez pas cette fois ci...

Au final une belle sortie cardio-training de 32km 700D+, j'y prend goût à ces sorties locales alors See you!

20180506 113132

Lire la suite