Le Rando Blog

Ceci est un espace dédié principalement aux Biclous Sauvages.
Eux seuls peuvent déposer leur compte-rendu de leur randos.
Par contre tout le monde peut en profiter.

VTT MURET met à votre disposition les traces GPS de ses randonnées à titre gracieux et indicatif. Certaines de ces randonnées sont organisées par des clubs qui ont négocié un passage temporaire sur des terrains privés. VTT MURET vous déconseille d’utiliser ces traces pour refaire le parcours.
Si vous le faites toutefois, seule votre responsabilité pourra être engagée.

Sortie Eaunes du 15 septembre 2019

Eaunes 15 09

Pour ce dimanche une sortie locale avec Philippe et Mathieu qui nous avait contacté au forum. Départ sur les bords de Garonne bien dégagés pour enchaîner par l'Aouach puis des tours dans la forêt sous la direction du commandeur Philippe. A signaler la casse du derailleur de Mathieu sur la fin de la sortie. Il a fini en single speed pour pouvoir rentrer chez lui. Comme d'hab en ce moment le moins en forme c'était clairement moi. Voilà à quoi mène la pratique de l'enduro et du bike park, à la ramasse. Mathieu très sympa est resté derrière par politesse afin de ne pas humilier ses nouveaux compagnons mais on sentait bien le potentiel du V6 prêt à mettre les gaz.

Au final 36km et 650 m de D+

Lire la suite

Sortie Eaunes vendredi 13 septembre

Eaunes 1

Salut à tous les biclous. Ce petit CR juste pour vous dire que ce vendredi j'ai roulé avec Remi qui nous avait contacté au forum. On a tournicoté dans la foret et on c'est fait les spéciales. Si Remi souffre un peu en montée les descentes ne lui font pas peur. Je pense que l'on va se revoir. De plus il chevauche un DeVinci carbone, respect.

Lire la suite

Eaunes mercredi 11/09/2019

Img 20190911 201743

Petit CR rapide de notre sortie de ce jour à Eaunes avec des biclous tout neufs, et d’autres un peu moins :

  • Guillaume P qui vient de s’inscrire mais qui roule avec nous déjà depuis un moment
  • Jérôme qui vient également de nous rejoindre
  • Jean-Marc qui semble ne pas vouloir tarder à le faire
  • Olivier M, qui n’est pas neuf du tout mais qui nous a gratifié d’un magnifique CR de notre sortie au bike park de Vallnord le WE dernier (voir ci-dessous) alors on lui pardonne
  • Olivier D, qui n’écrit pas lui. Par contre, qu’est-ce qu’il parle !
  • Et votre serviteur

Bords de Garonne jusqu’à Estantens puis L’Aouach, montée par le chemin de Bordé Haute, puis descente de Saint-Amans, remontée par la Tuilerie et petit tour dans la forêt en finissant par la DH La Grange et retour par les bords de Garonne pour profiter au maximum de notre travail de débroussaillage de samedi dernier.

La pluie de la veille a fait disparaître la poussière et le grip est très bon. Tout le monde suit dans la joie et la bonne humeur et ça fait plaisir d’avoir autant de monde pour une sortie du mercredi. Nous revenons à Muret avec une luminosité plus que limite : va falloir sortir les torches …

Au final pour moi 33 km et 520 de D+ et encore un bon moment de passé.

Lien Strava ici.

VALLNORD 08/09/2019

4 BICLOUS sur le front Sylvain, Marc, Julien et moi.
Un départ de Muret à 7h15 de chez Marc pour rejoindre la station de ski la Massana à Vallnord en ANDORRE. Le GPS nous donne une arrivée à 10h15 super. Ouverture de la station à 10h00.
Au final nous arrivons vers 10h00 mais nous avons perdu un bon quart d’heure à chercher un parking.
Nous finirons dans un parking sous-terrain près des remontées mécaniques. La prochaine fois il faudra se garer dans la rue près du gros magasin de Vélo à l'arrivée des pistes.
Préparation des "coureurs", protections tête, genoux, coudes, épaules, tout est paré.
Julien ne tient plus en place.
Première montée avec les œufs pour arriver à un premier intermédiaire, petite descente dans une bleue. Le ton est donné ça va brasser et on va manger beaucoup de poussière toute la journée. Nous avons une météo fantastique, ciel azur, pas de vent, une visibilité de fou sur tous les sommets.
Nous n’allons pas arrêter de la journée sauf une collation en haut de la station, un sandwich pour moi et des barres pour mes compagnons de route. En 15 minutes tout est plié, il faut repartir.
Pistes réalisées tout au long de la journée
La Carbonera bleue avec de beaux virages relevés, petit saut entre les arbres.
La Orpalanca bleue je m’en souviens plus.
La Commencal superior et inferior un régal sur 90% de la piste, ça enroule, ça saute des doubles pas faciles, des simples qui passent très bien. Dans la deuxième partie une régalade de virages relevés qui n’en finit pas puis de la vitesse, des sauts plus ou moins techniques, pour finir sur les derrières pentes bien défoncées. Nous la ferons une 2eme fois pour terminer la journée à vive allure, les uns derrière les autres, une régalade pour toute l’équipe. Marc prendra une petite gamelle sans gravité.
La Talboi bleu très roulante.
LA WOOD PARK 1 rouge plus technique avec quelques aménagements (tremplins) très intelligent avec plusieurs niveaux de difficulté. Nous la ferons 2 ou 3 fois pour que Marc et Julien progressent suivant les passages. Bravo à tous les 2.
Qui dit la wood park 1 dit la suite logique, la wood park 2 de même couleur. Début sur la commencal et ses virages relevés puis on plonge, plus de pente et premier arrêt : 2 tremplins le quel choisir un petit et un moyen. Sylvain et moi sur le petit et pour Marc sans hésitation c’est le grand. Julien un peu inquiet lui emboîte le pas.
Nous ferons la Maxiavalanche rouge plus typée Enduro, terrain très cassant, passages plus techniques dans les trajectoires avec moins de vitesse ça me convient un peu plus. Cette piste croise à plusieurs reprises la World Cup (noire même très très noire) une descente de malade, trous, bosses, sauts, ornières tout est bodybuldé et une pente de ouf, même à pied nous avions du mal à la remonter.
La Old school rouge une des dernières de la journée, joli saut sur des tremplins naturels encore des virages relevés super super super.
Pour la dernière de la journée ce sera la commencal avec une pause au milieu. Un pur bonheur, ça enroule, ça saute sans surprise puisque nous l’avions déjà fait dans la matinée.
Nous terminerons la journée vers 17h30 puisque Julien avait des impératifs familiaux à la maison.
Super journée mais le plus frustrant de la journée c’est que nous n’avons pas eu le droit de faire un petit débrif autour d’une bière bien fraîche en terrasse(merci Julien). Sylvain nous voyant tous déprimés nous acheta un pack de San Miguel bien fraîche à la première station. Merci.
Marc ayant très soif s’enfila la moitié du paquet.
Pour moi une première en bike park. Une journée bien remplie et très plaisante avec la bande.
Au finale 63kms pour 5435m de D- d’après les données de Julien.
A REFAIRE à plusieurs car ça permet de se tester sur les sauts et de rouler vite dans les descentes.
Je ne ferais pas ça tous les week-ends.
Il faut continuer à pédaler, on est encore jeune et pour cette activité si tu ne veux pas la subir et éviter de te blesser il faut que tu sois en forme. Le lendemain j'avais des courbatures dans les épaules, surement pas assez relaché dans le pilotage.
Si non tu as encore l’option VTTE (Julien).
Merci aux copains de m’avoir fait découvrir cette pratique du vélo en montagne, j’espère que je ne vous ai pas trop freiné tout au long de cette super journée.
Retour à muret à 8h30 comme prévu pour que Julien puisse mettre les pieds sous la table. Ça gentille petite femme a du lui préparer un bon repas pendant ça petite escapade en Andorre.

Bike park vallnord 08 09 2019 1

Bike park vallnord 08 09 2019 3

Lire la suite

Session fin de saison Ariegenduro Samedi 24 août 2019

Img 20190824 113347

Ça faisait un petit moment que Julien et moi attendions de revenir sur les terres (et les racines) d’Ariegenduro, depuis l’enduro auquel nous avions participé en juin en fait, et que nous guettions donc l’édition 2019 des journées portes ouvertes. Et bien voila, c’était ce WE !

L’édition 2019 des portes ouvertes donc, qui s’appellait d’ailleurs Session Fin de Saison Ariegenduro (ce qui est un nom beaucoup plus adapté, parce que j’ai bien cherché j’ai pas vu une porte, même pas horaire, c’est pour dire.) qui se déroule sur les deux jours du WE et à laquelle Julien et moi nous étions empressés de nous inscrire (pour le samedi). Inscription par mail, paiement par Paypal super pratique (15€ la journée, repas compris).

Nous partons de muret à 7h00 et après un passage par le Prat d’Albis et une longue piste, nous arrivons au point de rdv situé à 1200 m au milieu de la forêt. Accueil toujours aussi sympathique par Keavin et son équipe, café, et nous attendons tranquillement que tous les participants arrivent avant de nous élancer vers 9h30 sous la direction de Stéphane. Au programme des spéciales aujourd’hui la Sapin et la Toboggan en version full.

Nous sommes donc une quinzaine de riders à commencer par un petit réveil musculaire (comme il dit, Stéphane) : un bon raidillon avec tout à gauche et puis la suite, infranchissable sur le vélo donc à pied, tout à gauche aussi mais du vélo. Dur, dur pour commencer mais ça a le mérite de nous faire franchir rapidement les 150 m qui nous séparent du sommet et du départ des spéciales.

Pour mon grand plaisir, on attaque par la Toboggan : un petit plongeon de 450 m toujours aussi jouissif (voir CR de l’Enduro de Montoulieu en juin).

Ben après, faut remonter les 450 m. C’est la que je commence à regretter mon manque d’entrainement et mes excès de l’été car bizarrement j’arrive en haut le dernier.

C’est pas grave, y’a la Full Sapin à venir. Comme je peine encore à trouver les mots pour décrire le bonheur à descendre ces spéciales, le mieux c’est que vous alliez y voir par vous-même pour bien vous rendre compte. Et vlan, 450 de D- avec le sourire en plus. Bon, dans les relances, j’avoue que j’avais le sourire un peu crispé mais bon, ça devait être à cause me ma concentration extrême.

Ben après, faut remonter… Et là, non seulement je regrette mon manque d’entrainement et mes excès de l’été, mais je me rends compte que les dégâts sont largement plus considérables que ce à quoi je m’attendais. Puisque j’ai toute les peines du monde à gravir les 400 m de D+ qui nous ramènent vers notre point de départ et l’heure du repas de midi, sur une piste pourtant sans aucune difficulté… Devant mon état lamentable (je ne citerai pas les mots de Julien parce que je tiens à rester poli), le découragement me gagne et je décide d’arrêter là les frais avec à peine 1000 m de D+ au compteur.

L’excellent sandwich diététique ariégeois (brie+saucisse) et la bière rafraichie dans la rivière n’y pourront rien :  je consens seulement à remonter une fois le raidillon initial pour pouvoir refaire le premier tiers de la Toboggan, mais malgré l’insistance de Julien, j’arrête là après seulement 1150 m de D+, mais surtout avec 1150 merveilleux  mètres de D-.

Constats de la journée :

  • Ils sont toujours aussi forts/sympathiques/accueillant (rayer la mention inutile, c’est-à-dire aucune)  ces ariègeois
  • Il est toujours aussi beau/agréable/fantastique à rider (rayer la mention inutile, c’est-à-dire aucune) le spot d’Ariegenduro.
  • Julien n’a aucune force de persuasion
  • Je vous laisse il faut que j’aille m’entrainer.

Merci à Ariegenduro pour :

  • Leur merveilleux spot, le temps et l’énergie qu’ils y passent
  • L’accueil ariégeois
  • Les sandwichs diététiques
  • La bière rafraichie naturellement
  • La bonne humeur générale.

Img 20190826 wa0000

Les Angles Bike Park 05 Aout 2019

Les angles 05 08 2019 1

Mais qu'est ce qui ressemble le plus à un bike park? Et bien un autre bike park, évident mon Cher Julien. Sauf qu'en y regardant de plus près il y a des nuances qui peuvent faire une belle différence au final. Pour preuve après notre aventure à Saint Lary qui nous avait emballés nous voilà, sur mon insistance, partis vers Les Angles. Mais que diantre faire là bas alors que l'on reste dans les Pyrénées avec la même altitude et quasi le même dénivelé. Déjà parce que j'adore cet endroit et que quelque chose me disait qu'on y découvrirait une autre ambiance. A la première montée en télécabine on observe la pente qui parait assez raide et la piste qui passe au travers nous semble très engagée donc la prudence s'impose. Nous décidons donc de commencer par la verte. Devant l'inconnu notre technique à Julien mais surtout moi est très simple, on envoie Marc en premier et si lui calle je capitule immédiatement sans réfléchir. Pour la verte ça devrait aller sauf que le bougre se trompe et part direct sur une bleue. Une bleu ou une verte quelle difference pour notre super niveau? Dans la bleu je rencontre plein de cailloux et des racines, je dois sauter des marches et me fait secouer sévèrement la pulpe sans parler des modules plus au moins conséquents qui apparaissent un peu partout bref j'en chie. Une fois en bas les avis sont unanimes (à trois c'est pas trop dur non plus) c'est un niveau au dessus de ce que l'on a connu à Saint Lary et la journée ne va pas être de tout repos. Déjà pas de pluie la veille donc un terrain nettement plus poussiéreux avec un grip moins franc. Ensuite beaucoup plus de caillasses et d'arbres donc de racines un cocktail fort sympathique. Nous voila donc prévenus. Après quelques errances on fera la verte qui s'avèrera sans grand intérêt. On se concentrera donc sur les bleues qui nous ont permis, après une phase d'adaptation, déjà de bien s'amuser surtout qu'elles présentent pleins de modules qui permettent un apprentissage des Sauts. Ensuite logiquement on ira faire les rouges (peu nombreuses) mais dont le niveau monte encore d'un cran. Pentes, modules tout est plus gros donc faut déjà une super maitrise pour s'y faire plaisir. J'étais content d'y aller mais j'y ai très vite atteint mes limites. Et puis Julien dans son optimisme débordant ou délirant (chacun se faisant son avis) nous dit que l'on va maintenant tenter les noires assez nombreuses dans le coin. Marc ne semble pas particulièrement enthousiaste, moi je sais pas vraiment à quoi m'attendre donc allons 'y. La première noire que nous tentons commence gentiment (trop) pour un super parcours sur des modules de bois en bord de crête puis plonge dans la pente dans une espèce de pierrier infame hyper piégeur. Je capitule direct, Marc et Julien tente le coup sans allez bien loin (Marc chutera mais sans gravité heureusement) car c'est tout bonnement hors de notre portée. On comprend vite que c'est pas pour nous mais vous allez voir on va insister. Julien essaie de nous convaincre que le prochaine noire sera plus abordable. Allez on y retourne. Celle là semble presque faisable mais elle présente des sauts monstrueux, des vrais trucs de ouf, qu'il est même parfois difficile de contourner. Marc s'en mettra une deuxième (toujours sans conséquence) moi bien qu'en mode survie ( au ralenti en plus clair) j'ai également failli m'en mettre une bonne tellement c'est engagé. Julien semble apprécier cette descente monstrueuse et hors de portée, là je vois vraiment pas ce qui l'amuse. Là maintenant vous vous dites y ont compris ils vont arrêter leur connerie et bien non car une troisième noire nous attends. D'après les locaux c'est la plus facile il suffit de juste bien se mettre en arrière. Règle de base: Ne jamais se fier à un local qui connait le coin par cœur et pour lequel tout est facile. Règle pourtant aisément bafouée par moi même car confiant je me lance dans la pente qui apparait vite très défoncée et qui raidit de plus en plus. Apercevant un échappatoire vers une rouge je filerai sans demander mon reste, mes camarades de sortie optant également pour la même solution. Pour l'anecdote il existe une double noire (réservé aux experts), on est même pas allés la voir. Clairement les noires sont hors de portée aux communs des riders faut vraiment un énorme bagage technique (que nous n'avons pas) pour s'y frotter. La fin de la journée se déroulera donc entre bleues et rouges qui nous ont bien poussés dans nos derniers retranchements. Perso j'ai trouvé que c'était certes un bon ton au dessus de Saint Lary mais que ça valait vraiment le coup d'y aller car très formateur surtout pour appréhender les sauts. Encore une super journée à vélo même si on finit rincé et tétanisé des avants bras.

Lire la suite