Les Randos 2018

Col de Liar et mont de Gez - 02/12/2018

Liar et gez 15

Pour une fois nous ne sommes pas partis vers la grande bleue. Direction les Ht Pyrénées. La météo annoncée s'étant améliorée en fin de semaine je propose une sortie que je voulais refaire (de jolies portions de la Pyrépic 2018). Comme ces derniers temps les biclous se sont mis à apprécier les ballades en montagne ca tombe pile poil. La mise en place n’a pas été facile sans notre forum, mais au final une voiture de 4 personnes débarque à Argeles Gazost dimanche matin (Christophe, Julien, Marc et Olivier.D). Je les rejoins au centre-ville car j’étais déjà sur place depuis la veille.

Surprise pour des MURETAINS le sol est trempé, il a plu une partie de la nuit. Christophe, confiant, nous dit que ça va sécher dans la matinée. Christophe, encore lui, a mis sa plus belle tenue : short enduro avec de super chaussettes bleues et de superbes manchettes rouges. Il  manquait juste un tee-shirt blanc. Mais comme on dit, ce n’est pas l’habit qui fait le VTTiste. Nous voilà donc tous partis sur un bon rythme pour une bonne montée de 900m D+ direction le col de Liar. Montée tranquille sur chemin et piste. Marc jamais dans le rouge tout en gestion.

Arrivé au début de la descente de la MTR65. Le début de la descente est beaucoup trop glissant sur la zone retravaillée au printemps dernier par les personnes de la  MBF 65. Merci à eux pour leur super boulot. Dès que nous entrons sous les bois, ça glisse beaucoup moins. Marc nous montre sa facilité à survoler les obstacles. Je lui embraye le pas après réflexion sur un joli saut de plus d’1 mètre sans problème, à refaire dans l’enchaînement (voir la vidéo ici). La descente continue jusqu’à Bernicaze.

Une petite remontée pour finir en haut du Mont GEZ, portage sur 100m D+. Là c’est le casse-croute  pour tous. Nous continuons par la fameuse descente « LA GEZ BOND » que je voulais faire découvrir à mes camarades des Biclous. Je les laisse rajouter sur les commentaires à venir leurs sensations (j’insiste, Olivier quelques mots). Marc nous a fait une démo encore sur un gros saut pour moi tout est relatif bien sûr. Respect  (+ de 1.5m d+ voir la vidéo ici). La prochaine fois peut être. La suite de la descente s’enchaine bien. On se tape une bonne rigolade sur un autre saut : l’homme aux chaussettes bleues se booste « lui » pour le passer sans encombre (voir la vidéo ici).  Bravo !

Au village de GEZ je propose une autre variante possible et une autre descente. A l’unanimité et avec enthousiasme nous repartons pour le mont de GEZ. La descente avec beaucoup plus de caillasse assez intéressante nous ramènera jusqu’à ARGELES. Point final pour mes compagnons. De mon côté j’ai encore 250m de D+  à faire je reprends la piste et fini par la route.

Au final  43.8kms et 1979m D+. Pour les copains d’après STRAVA 34kms et 1590m D+.

Merci les gars pour ce bon moment passé tous ensemble. Sortie à refaire au printemps avec la possibilité de rajouter une autre belle descente du col d’Andorre. Je regarde ça de mon côté.

Olivier

Liar et gez 19

Liar et gez 20

Liar et gez 21

 

Sortie Locale post Assemblée Générale 24/11/2018

20181124 150532

Au vu du temps pluvieux annoncé demain dimanche sur notre belle région, j’avais profité de notre assemblée générale d’hier vendredi pour proposer à qui le souhaitait d’aller rouler en local aujourd’hui samedi. Je ne sais pas si c’est très clair, mais toujours est-il que Christian et Sylvain s’étaient portés volontaires dès hier soir.

Attiré par le post correspondant judicieusement lancé dans la foulée sur forum, Julien a à son tour manifesté son intérêt pour cette sortie ce matin.

Malheureusement, Christian finit par m’envoyer un message vers midi pour me dire qu’il ne sera finalement pas des nôtres pour cause d’obligation familiale.

C’est donc un trio décidément bien habituel qui se retrouve à nouveau pour une sortie locale à 14h30 au Lycée Aragon.

Sylvain qui arrive après Julien et moi ouvre de grands yeux en me voyant. Il faut dire qu’il ne s’attendait pas à me voir avec les protections et le casque intégral. D’aucuns diront que mon équipement était quelque peu « too much » pour rouler à Eaunes, mais bon, on n’est jamais trop prudent, même à Eaunes. C’est d’ailleurs pour ça qu’on est finalement parti sur les bords de Garonne dans l’autre sens, c'est-à-dire vers Toulouse, dans l’idée de repérer une fois de plus le début de la Cap Noël 2018.

Descente au niveau du pont du Barry et remontée sur le quai Saint Marcet par le petit rampaillou que Julien avale les doigts dans le nez (ce qui n’est quand même pas très pratique pour tenir son guidon, reconnaissons-le) alors qu’il me faut deux essais pour y parvenir.

Puis replongée sur le single le long de la Garonne pour n’en ressortir qu’au niveau du chemin de Ranquinat, puis route de Labarthe et à gauche en haut de la côte pour rejoindre le sentier des crêtes puis descente avec l’épingle au début pour arriver finalement à la marchounette que nous avions déjà repérée avec Julien et que nous voulions montrer à notre chef bien aimé. Voir la petite vidéo ici. C’est aussi pour ça que j’avais pris mes protections, qui n’auront fort heureusement servi à rien sauf à susciter un étonnement amusé chez les personnes que nous avons croisées et à me donner chaud à la tête.

Nous avons ensuite poursuivi sur les bords de Garonne jusqu’à Pinsaguel, avons été voir à la pointe du confluent si l’Ariège et la Garonne se rejoignaient bien (c’est effectivement le cas) et avons fait demi tour et sommes rentrés par le même chemin au retour qu’à aller (mais pour la Cap Noël bien sûr).

Grosse sortie avec gros dénivelé donc puisque nous avons parcouru pas moins de 32 km et gravi 300 m de D+ (et avec coudières, genouillères et casque intégral pour ma part). Le tout dans une bonne humeur et une franche camaraderie indéfectibles bien évidemment !

Lien Relive : https://www.relive.cc/view/1982633813

Sortie du dimanche 18/11

2018 11 18Suite à mon invitation à mes copains de VTTEscapade de venir rider à Eaunes, et tt le monde étant cordialement convié, on s'est retrouvé finalement à 14 dont 3 VAE, hé oui ça vient petit à petit. Du coté Biclous, Marc, Laurent G, Julien, Frank et Christian auxquels s'est ajouté au dernier moment Olivier D., rattrapé par les gilets jaunes, il est finalement d'astreinte cet aprem. Le menu "Dégustation de la forêt" a été proposé à nos voisins de Fontenilles et du coin et ils ont bien apprécié les qques 35 bornes et 700D+. Pas de perte dans l'effectif (relativement homogène) malgré le nombre sauf Olivier D. qui a été rappelé par la patrouille (des ASF). On a même récupéré un temps Christophe W. leur sortie du jour ayant été annulé à cause des blocages routiers (pas de nouvelles de Sylvain qui a du rester pleurer dans son lit). A l'arrivée, chose promise chose due, dégustation de bières diverses et variès, crème de petit pois, mousse de chorizo, saucissons, petits gâteaux salés au cumin, petits gâteaux salés au fromage.
Un bon moment avec un groupe sympa, les absents ont bien sur eu tort !!! La prochaine fois c'est eux qui invitent

Lire la suite

Trausse 11/11/2018

Vtt muret

C'est à Trausse que 3 Biclous Sauvages se retrouvent pour un bon ride. Sylvain, Marc et Mézigue, nous nous élançons sur les terres salutaires du sud. C'est vrai que les jours précédents ont été arrosés. Et aucun endroit n'a pu echapper au déluge du mois dernier. Nous pensons trouver la plupart des sentiers assez secs mais il doit y avoir ça et là des dégats. Et effectivement, lors de la traversée du village de Villalier, nous voyons bien que la chaussée de la route que nous empruntons a été complètement refaite. Le tumulte des eaux avait certainement dû tout emporter. Il est difficile d'imaginer sa force considérable. Aujourd'hui, c'est juste une petite rivière qui coule sous le pont. Le village de Trausse, situé plus en amont, a evité ce genre de problème. Au départ, les chemins sont humides mais dès qu'on tape dans la garrigue tout est sec. Juste ce qu'il faut pour coucher la poussiere. Le soleil joue a cache cache avec les nuages et la température a du mal a grimper. Puis après quelques cotes, nous profitons de l'arrêt gros popo de Sylvain pour nous dessaper un peu. Sylvain et la nature, c'est une grande histoire d'amour. Il ne peuvent s'empêcher de communier ensemble. Lorsque la messe fut dite nous pûmes enfin repartir. Bon, le coin on le connait un peu. C'est le top. On se régale. Ca tourne dans tous les sens. En traversant des oliveraies, Sylvain nous fait part de son nouveau dévolu pour les Luques. Et oui, des Luques, dans les Vosges, y en a pas. Finalement nous arrivons à une saignée fraîchement creusée au bord d'un chemin. Sylvain, toujours lui, décide que ce serait un excellent endroit pour faire une photo. Et de suite, il a l'idée d'une mise en scène pour commémorer, à notre façon et n'y voyez là aucune désinvolture, le sacrifice de millions soldats et civils qui ont péri durant la première guerre mondiale. Cela peut vous apparaitre comme un comportement un peu léger par rapport à ce qu'il s'est passé mais il n'en est rien. Pendant plusieurs kilomètres, suite à cette halte, ce fut un long débat sur ce carnage. Ce que les gens ont dû subir. On pédale mais on discute aussi. Tellement parfois que le souffle vient à nous manquer. Mais au pied de la cote de la carrière de marbre, qui date de l'époque romaine, c'est les jambes qui viennent à me manquer. J'ai fait toute la cote à pieds. Je voulais me préserver pour la suite parce qu'il en reste encore un bon bout. Il faut dire que cette cote, elle fait mal. De la grosse caillasse, en veux-tu, en voilà. Difficile même de rester sur le vélo. Sylvain et Marc font le grand tour et moi je prends un raccourci pour ne pas trop les ralentir. Puis j'arrive avant eux, et au bout d'un moment, je les contacte pour leur dire que je continue sans eux. Ce qu'il reste à parcourir c'est le caviar du coin. J'attaque d'abord par une descente en balcon large avec une magnifique vue. Ca remonte un peu et on enfile dans une superbe descente toute en flow comme les adore Sylvain. D'ailleurs, il ne jure plus que par le flow depuis. C'est d'enfer. C'est roulant et fun. C'est le pied. Et on finit en beauté, sur des corniches qui dominent le village de Trausse. C'est le top. De temps en temps, nous avons traversé des zones qui ont brulé récemment. C'est étrange ce sentiment que l'on ressent. Ces paysages lunaires sont suréalistes. Et on ne peut pas s'empêcher de penser aux dégats que cela a causés. 46km - D+1250m.

Lire la suite

Verdun(09) 04/11/2018

20181104 94542

Je devrais rédiger un compte rendu sur le spectacle "Le Gardien du Temple" à Toulouse. Un sujet de discussion amplement développé dans la voiture avec mes compagnons de route Marc, Christophe et Sylvain. Sauf que je maîtrise un peu mieux le spectacle psycho-ludique et stratosphérique des épingles de Verdun. Je vous invite à contacter Marc toutefois si vous avez la moindre question sur le minotaure. Il est effrayant!

Direction Foix et son tunnel en ce dimanche matin sous une température hivernale. Le départ de la trace est situé au village de Verdun mais on pousse involontairement ou presque jusqu'à Albiès. C'est bien vu car le final est une descente caviar. On s'équipe chaudement alors que Sylvain a oublié son sac à eau, encore... on partage notre breuvage ayant pour vertu de s'épanouir toute la journée!
1ère grimpette au col d'Arques alt 730m pour se connecter à un single étroit en plein devers. Il faut jouer aux équilibristes pour atteindre Verdun. On fait pas trop les malins, la chute est interdite mais c'est jouissif : cette liaison donne le ton.
2ème grimpette 10km 750D+ par une route puis une piste en lacet. Je prends un peu les devant dans cette longue ascension. Seul face à une vache qui fort heureusement a plus peur que moi. Le reste de la troupe"sauvage" arrive environ 3h après moi. Et les voila intimidés au départ de la fameuse descente de Verdun :"est ce qu'on va arriver à tourner?".
Let's go. C'est magnifique et étonnamment sec, des dizaines d’épingles, ça passe nickel on descend même trop vite. Il faut déjà remonter la même piste pour rejoindre la cabane à mi chemin. Des épingles à gogo à nouveau, un must! Un grand plaisir de pilotage. Une courte liaison route permet de rejoindre Arniguel et la fin de la descente de Minjoye. Il faudra y retourner pour en découdre dans son intégralité. La fin était splendide en tout cas avec quelques virages relevés. Et sur ce segment dit "Les Pradasses", il est inutile de dire que je suis 6ème au classement général devant Marc!
Dernière grimpette sur route via les villages de Senconac et Caychax. Un sentier plonge ensuite dans la vallée pour rejoindre Albiès. Quelle merveille ****, une longue séquence ludique qui dévale proprement sans agressivité, du méga flow!

De retour au parking en tee shirt et avec la banane! merci les gars encore une excellente journée et une trace miam miam 34km 1500D+
See you!

20181104 115230

Lire la suite

NAJAC 21/10/2018

20181021 120850

Cela faisait déjà un petit moment que notre bien aimé et vénéré président Sylvain 1er avait émis la merveilleuse idée d’aller rouler dans l’Aveyron du côté de Najac. Non seulement pré-convaincu par l’insondable sagesse de notre guide suprême mais aussi empreint d’une inextinguible curiosité pour de nouveaux horizons, je me laissai donc facilement séduire par cette proposition.

Direction donc Verfeil dans le Tarn et Garonne… Eh oui, les routes du bonheur sont parfois tortueuses.

Le brouillard que nous rencontrons sur la route se dissipe petit à petit au fur et à mesure que nous nous rapprochons de notre destination et nous arrivons à Verfeil sous un ciel gris mais qui ne demande qu’à laisser bientôt passer les rayons du soleil.

 Départ à 9h10 et nous entamons assez rapidement la première montée qui s’avère raide et caillouteuse, ce qui, ajouté au manque d’adhérence lié à l’humidité inhérente à ce petit matin d’octobre, nous amène à poser plusieurs fois pied à terre et à pousser le vélo. Ce genre d’épisode se renouvellera  ici et là durant la rando, humidité ou pas d’ailleurs.

Le rando se poursuit par une alternance de quelques passages sur la route, de chemins assez larges mais aussi de pas mal singles en montée ou en en descente avec de la caillasse (sur ou sous les feuilles) et de bonnes ornières piégeuses. Il y aura quelques passages plus engagés mais rien d’infaisable même si nous poserons le pied sur une marche suivie d’une ornière qui ne nous inspirera pas confiance. Les sous-bois et les paysages sont magnifiques.

Au milieu de la troisième montée, nous passons par Najac, très beau village, que Sylvain insistera pour visiter, se faisant soudain le porte drapeau du VTT touristico-historique (voir photos), malgré nos montures malodorantes suite au roulage dans des matières peu recommandables et la présence de nombreux touristes pédestres qui ne se formaliseront par de notre présence cycliste pour autant, comme quoi, la tolérance ça existe et c’est très bien.

A noter une erreur de guidage (mea culpa) qui nous vaudra une montée à pied sur les flancs abrupts et glissants d’un pont ferroviaire en contre bas de Najac, alors que le chemin nous aurait permis de monter tranquillement un peu plus loin…

Au final 45 km et 1550 de D+.

20181021 123650