Bienvenue dans l'antre des Biclous Sauvages!

VTT MURET, c'est du VTT, rien que du VTT. Avec un zeste de bonne humeur, deux pincées d'amitié, et une lichette de moments partagés.

La Trans Volcanique du 17 & 18 Septembre 2016

Img 20160917 090220

Bonjour à tous,
La Trans Volcanique était un objectif du club de 2016. Pour une première expérience 4 Biclous (Olivier M, Frank, Christophe et moi même) y ont tenté l'aventure.
La première chose que l'on peut en dire c'est que l'organisation y est au top et avec un prix très contenu. Perso je n'ai pas vu mieux, seul le balisage aurait nécessité d'être un peu plus "voyant ". On sent dans l'organisation le plaisir et pas le business comme dans d'autres grosses manifestations. Sinon le principe est simple c'est une rando qui part de Blanzat (Banlieue Clermontoise) pour arriver au Mont Dore le samedi et fait le retour le dimanche soit à chaque parcours 85 kms pour respectivement 2200m et 2000 m de D+.
Parti de Toulouse le vendredi sous le soleil nous rencontrons la pluie dans le nord de la France soit à Montauban pour ne plus la quitter sauf à 15 km de Clermont-Ferrand on nous passerons la nuit. Dans la voiture les conversations vont bon train sur la liquidité de la boue, sa consistance, si elle colle au pas, le type de cuissard à mettre, court ou long, Finalement à force de fuir les terrains gras on ne sait plus comment les aborder.
Samedi 17 septembre 2016:
Au réveil la pluie à cesser mais le ciel est très chargé. Arrivée sur place les formalités administratives passent très vite et nous profitons du petit dej prévu par l'organisation. Le ciel envoie quelques gouttes mais pas de déluge. Sur la ligne de départ le groupe de VTTiste grossi énormément car le départ est groupé. 1500 gars qui partent ensemble je crains le pire au premier virage. Si le premier virage passera correctement le premier single sera plus problématique, impossible avec le nombre de participants de ne pas être quelquefois gêné mais cela na pas été réellement pénible. Quand à la météo elle n'est pas vraiment exécrable, une petit coup d'arrosoir par ci, un peu de brouillard par là sans vraiment montrer toutes ses capacités de nuisance. Le terrain est gras mais globalement praticable. La première partie du parcours est plutôt facile sur des pistes larges. Vers mi parcours une petite variante est possible, indiqué comme technique et physique elle montrera effectivement de quoi sont capables les singles dans le coin. Après cet apéritif normalement vient le plat principal qui sera physique car c'est sur la fin du parcours que le gros du dénivelé se fait. Au sommet la descente sur la ville du Mont Dore sera très roulante et permettra de faire quelques pointes de vitesse. Comme d'hal on a peine vu la roue arrière de Frank et presque réussi à rouler groupé pour les autres. Au Mont Dore il nous a fallu encore prendre le vélo pour descendre sur la Bourboule ou nous logions.
Dimanche 18 septembre 2016
Au matin pas de pluie mais de la brume accrochée aux montagnes et une température plus hivernale qu'estivale. Difficile de remettre la machine en route dans ces conditions. Par contre le dimanche pas de départ groupé car chacun part quand il veut et finalement pour moi c'est plus le bordel que la veille, je n'arrive pas à m'extirper d'un énorme groupe que je subirai toute la montée soit sur environ 6 kms. Le dimanche cela part direct dans le raide ainsi le moteur chauffe plus vite. Au sommet il pleut et fait très froid (4°C) inutile de dire que je ne traîne pas surtout que l'on n'y voit rien, je sens que le journée va être longue mais en s’éloignant du sommet la météo s’améliore et la pluie ne fera quasiment plus d'apparition. Le terrain s’avère assez praticable avec un grip plutôt bon ce qui permet de lâcher les freins en descente sans trop de craintes. Frank étant parti comme une fusée en post combustion je ne le reverrai qu'à l'arrivée. Christophe victime d'une rupture de roue libre ne fera que la fin du parcours quant à Olivier me croyant devant il a mis le paquet pour essayer de me rejoindre, pas de bol j'étais derrière à essayer de le rattraper également, ce n'est qu'au repas que nous nous retrouveront, Après le repas nous repartîmes ensemble pour ne plus nous quitter jusqu’à l'arrivée. Si la première partie du parcours n'a pas toujours était très passionnante (route + pistes larges) la fin était plus sympathique avec quelques singles réjouissants notamment le dernier qui m'a littéralement enchanté. J'avais l'impression d’être dans un jeu vidéo, Devant Olivier envoyé tout ce qu'il pouvait, je voyais sa roue partir en dérapage, la terre voler dans tout les coins, derrière je lui collais les baskets sans le lâcher avec une incroyable impression de maîtrise. Je crois que je vais me souvenir longtemps de ce petit bout de single tout simplement magique pour moi. Quelques secondes de pur plaisir que l'on atteint pas à toutes les sorties. Rien que pour cela je suis satisfait d'y être allé.
Au global: une superbe organisation, une météo malheureusement maussade , un parcours typé roulant mais avec quelques beaux passages qui m'ont permis de découvrir ce que peut être le VTT en Auvergne c'est à dire fort sympatique

Lire la suite

Cap sur l'Alaric 18 09 2016

18 09 16 cap sur l alaric 1

18 09 16 cap sur l alaric 3

L’Alaric appartient à ceux qui se lèvent tôt !!!
C’est forts de cette devise que 4 biclous (Olivier D, David P, Julien F et votre serviteur Marc L) se sont retrouvés ce matin à 6h00 pour charger les vélos direction Lezignan Corbières pour l’édition 2016 de Cap sur l’Alaric (ex La FUMADE ?). A noter tout de même qu’Olivier a fait moins d’effort que les autres car le rdv étant chez lui, il était déjà à pied d’oeuvre. Bref, nous avons été tellement performants qu’il n’était pas encore 8h00 quand nous nous sommes élancés sur le grand circuit annoncé à 60 km et 1700 m de D+.
David et Olivier nous lâchent rapidement sous prétexte qu’ils roulent plus vite que nous. Je ferai donc toute la rando en duo avec Julien.
Si ceux qui avaient fait la rando version 2015 avaient pu regretter le manque d’intérêt de la transition Lezignan – Alaric (surtout sur le retour), le tir a bien été corrigé par l’organisation cette année et de fort belle manière. Le début de la rando emprunte le même tracé qu’en 2015 en partant sur le versant sud du petit massif situé au dessus de Lezignan et Conilhac, mais la trace bascule ensuite sur le versant nord et nous emmène au pied de l’Alaric par des petits singles joueurs sympathiques à flanc de colline. Les cailloux et le vent qui souffle en rafales sont là pour pimenter un peu le tout. Vient ensuite l’ascension de l’Alaric avec une bosse de 500 m de D+ mais qui se déroule essentiellement sur de la piste, ce qui la rend plus facile à encaisser. Arrivé à la vigie, on prend une photo rapide parce que le sommet est très légèrement exposé au vent, ce qui est moyennement agréable. C’est là que les choses sérieuses commencent avec une descente dans les cailloux quelque peu engagée que j’aurais certainement qualifiée de fantastique si je ne l’avais pas entamée par un magnifique OTB (avec un mouvement de bascule par-dessus le guidon fort bien décomposé et exécuté avec une grâce peu commune) qui m’a quelque peu refroidi pour le reste de la rando. Arrivés en bas, nous rejoignons la route non loin de Camplong d’Aude avant de plus ou moins contourner l’Alaric et remonter (difficilement) à mi pente pour rejoindre le ravito où nous avions laissé le circuit de 40 km un peu plus tôt. Le retour se fait comme l’aller par le massif au dessus de Lezignan mais à l’inverse de l’aller (c’est à dire d’abord le versant sud + bascule sur le versant nord . Vous allez me dire c’est pareil qu’à l’aller, mais non puisqu’on roulait dans l’autre sens donc du coup ça inverse. Enfin, si c’est pas clair, je ferai un dessin). C’est à l’arrivée, après 57 km, 1650 m de D+ et 5h59 de rando d’après mon GPS, que Julien et moi retrouvons David et Olivier qui essayent de nous faire croire qu’ils sont arrivés depuis ¾ d’heure et qu’ils en sont à la 6ème bière (mais nous avons bien vu qu’ils venaient juste d’arriver vu qu’ils étaient encore essoufflés. A moins que ce ne soit dû à la consommation excessive de bière…).
En résumé une rando très bien organisée et de grande qualité, exigeante avec quand même quelques bons coups de cul, avec des descentes de rêve et un paysage toujours aussi beau. L’Alaric c’est magnifique (je ne sais plus qui a dit ça, mais c’est certainement quelqu’un de goût).
PS : si vous êtes obligés de lire un CR aussi long c’est à cause d’Olivier qui n’a pas voulu le rédiger.

Lire la suite

La Saint Micheloise du 11 septembre 2016

Img 1377

S'il y en a qui ont manqué d'eau sur le parcours, d'autres ont bien trouvé la biére à l'arrivée.

Ce WE c'est la Saint Micheloise qui a eu la faveur des Biclous (Marc, Julien, David, Olivier M. et moi même). Au programme un 25, un 40  et un 60 kms modulable à souhait par un système de boucle assez bien pensé. Sur le papier les dénivelés annoncés laissaient entendre quelques difficultés, l'étude de la trace GPS (en dents de scie) montrait que ce ne serait pas de tout repos et le terrain a bien confirmé que c'est une rando vraiment pas facile. En fait la difficulté est essentiellement physique par le profil choisi et reste techniquement abordable. Il y a bien du cailloux mais pas trop, de la pente mais pas trop. En descente rien de vraiment monstrueux même si quelques passages sont un peu chaud. La difficulté vient des montées qui sont vraiment raides et quelque unes quasi infaisables sans poser le pied, En plus le plat ne fait pas vraiment partie du paysage donc t'es toujours en prise sans instant de repos. En fait tu t'uses petit à petit et si à cela tu ajoutes la (grosse) chaleur et le manque d'eau (plus d'eau au dernier ravito pour les derniers) eh bien tu fini comme moi totalement déshydraté et cramé. Une belle rando qui m'a fait bien mal, j'ai d'ailleurs chopé des crampes dans la voiture au retour, Marc en est témoin. Sinon les paysages sont très très proches de ceux rencontrés à Trepoux ou Bruniquel c'est à dire bien agréables.
Au final 40 Km (1400 m de D+) pour les uns jusque 60 km (2200 m de D+) pour d'autres

Lire la suite

La Pyr Epic du 04 septembre 2016


Parti avec Olivier D et ses amis ,nous voilà à Lourdes pour un Week end mémorable.Le raid de la Pyrépic se déroule sur 2 jours avec plus de dénivelés négatif que positifs.Nous logeons sur place et partons le lendemain matin de bonne heure (réveil à 3h50) en bus jusqu'à La Mongie .De là le téléphérique nous dépose au Pic du Midi.Fort heureusement le départ se situe un peu en contre bas( sur les 250 engagés le départ de chacun se fait tous les 20 secondes). Mais le départ fut difficile pour Olivier et moi même, on devait à froid descendre une petite portion bien raide avec des gros cailloux .Les premiers 100m se font à pieds puis nous découvrons très vite les joies de la haute montagnes en vtt. Pour ma part c'est un terrain que je ne connais pas très bien mais le plus simple est de suivre des descendeurs qui t'ouvre la voie il suffit de les suivre à la trace (si ils ne vont pas trop vite).Après avoir perdu mon guide en laissant passer un Espagnol je me retrouve seul et au bout de 5 minutes premier OTB sans trop de gravité .Les parties techniques s' enchaînent pour arriver dans une forêt avec des putains d'épingles à ne plus en finir (environ 20 virages à gauche et 20 à droite).Je peux vous dire que maintenant je maîtrise.Une première crevaison apparaît au vingtième km c'est là que je retrouve Olivier.Le fait de se lever au aurore ne lui va pas il n'a pas bonne mine.Mais je sais qu'il lui faut 40 bornes pour passer la deuxième donc je repasse devant.Au bout de quelques heures nous voici avec le premier portage (environ 1h40 -2h) à chacun sa méthode j'utilise celle des sherpas (selle posée sur le casque).En plein soleil avec des températures de 30° c'est dure .Au bout du compte on arrive à la dernière porte horaire avec plus de 2 heures d'avance.La dernière descente nous amène à Cauterets.
Le lendemain grasse mat (réveil 5h30) Le départ se fait au sommet de la station avec une vue magnifique et une belle journée bien ensoleillé .Premier descente avec un single puis une trace marqué avec des drapeaux pas évident à suivre.Ayant plus ou moins le même rythme on roule toute la journée ensemble mise à part les descentes que chacun fait à sa vitesse.Ce qui me jouera plusieurs fois des tours car avec la fatigue et les nombreux passages techniques les petites chutes s'enchainent. En passant à toutes vitesses en forêts je double un VAE et à plusieurs reprises on fait l'élastique jusqu'au point du deuxième gros portage.C'est à ce moment là qu'on se rend compte qu'un VAE n'a pas sa place pour ce genre de raid (26 kg de portage pendant 1h45).Nous passons la dernières portes horaires pour attaquer le PIC de GER. La montée se fait en téléphérique(OUF) puis la descente se fait sur une piste bleu nous n'avons pas eu le plaisir de faire la DH.
Arrivée au bout de 14h25 avec une multitude de partie très technique et inimaginables sur les 2 jours .A la fin presque une overdose de dénivelé négatif c'est dire que les organisateurs ont bien bossés.Une organisation et un marquage et des bénévoles sans faille.BRAVO
Total 116km D+ 4500m D- 8750 m Nous avons fini 115 et 116 ième sur 250 inscrit 69 abandons. Le coureur ayant mis le plus de temps est de 25h10 le premier 8h10

Pour ma part 10 petites chutes, 2 OTB et un coude éraflé. Sur la ligne d'arrivée j'hésitais à revenir mais après 3 jours pourquoi pas le refaire

Christophe

Lire la suite

Date de dernière mise à jour : 13/07/2015

Challenge 2016Tout sur le Challenge des Biclous 2016


 

Sorties en semaine

Du 27 Mars au 30 Octobre, pendant les heures d'été, ceux qui veulent participer à une petite rando avec les Biclous Sauvages aux alentours de Muret peuvent nous rejoindre. Nous vous donnons rendez-vous tous les mercredis à 18h et tous les vendredi à 17h45 aux jets d’eau au bout des allées Niel à Muret. Nous partirons pour une ballade en fonction des envies et des possibilités de chacun et aussi de la météo.