Burlats

Sortie Burlats du 11/12/2016

Burlats

Ce WE 2 Biclous (David et moi même) pour aller faire un tour du coté du Sidobre. Écoutant les conseils de Julien c'est du village du Burlats (juste à coté de Castres) que je décide de partir. Après une recherche rapide je me décide pour une trace trouvée sur Planicycle (sur lequel je suis maintenant inscrit) 54 km et 2000 m de D+ , le profil semble vraiment intéressant bien que je remarque quand même quelques passages sur route mais toutes les descentes semblent être en forêt. De plus ce parcours passe par des endroits non encore fréquentés par les Biclous. 09h20 et nous voilà parti par -1°C. Le parcours commence par longer la rive droite de L'Agout avant de monter plein ballon dans la foret mettant à rude épreuve notre équilibre et nos muscles. Enfin bref du costaud dés le début. En haut changement d'ambiance et c'est en grande partie sur route que nous continuerons, la première grosse descente se fera sur un chemin bien large et sans grand intérêt. Nous poursuivons notre chemin sur un parcours assez décousu avec alternance de route et chemin sans vraiment de continuité, un assemblage de petits bouts sans grand intérêt . La trace devant finalement croiser les zones plus connues et intéressantes on a hâte de s'y retrouver. Arrivé en haut d'une forêt alors que nous pensons faire un belle descente nous nous retrouvons une fois de plus sur la route et quand nous la quittons c'est pour un large chemin sans difficulté. Arrivé tout en bas on franchi un petit pont de bois et on attaque une putain de montée raide et caillouteuse à souhait. Le genre de truc que généralement tu descends et jamais tu ne montes. Je sens David partir en ébullition et c'est là qu'il me demande si je ne me suis pas trompé et pris la trace a l'envers ce qui effectivement serai plus logique. Tous les éléments de contrôle de mon GPS montre que je suis dans le bon sens, j'en conclue que le traceur et plus un crosseur et qu'il prend son pied dans les montées et pas les descentes. 80 % de la montée se fera à pied avec David pestant contre le traceur qui n'a rien compris au VTT. Arrivé en haut une autre belle surprise nous attend. Nous devons traverser un village minuscule et sur le chemin un énorme chien nous barre le route. Le morceau de 40 ou 50 kg n'a pas l'air facile et ne semble pas prêt de nous laisser passer. On commence donc à reculer doucement et le colosse nous suit, il se fait même de plus en plus menaçant. Le chien nous poursuivra jusque l"entré du village avant de nous lâcher. impossible de continuer sur la trace nous voila donc parti à travers champs pour contourner ce putain de chien et retrouver le parcours. Au milieu des champs cultivé je me suis dis que l'on allait se prendre un coup de fusil mais apparemment personne ne nous a vu. On a bien perdu 40 mn pour ce détour. Nous voila reparti sur un grand chemin et dans notre élan on loupe le seul single de la descente. C'est seulement ou bout d'un long moment que l'on s'en aperçoit et on se cognera la remontée, quand on a pas de tête il faut des jambes. Il est vrai que le single sera très sympathique mais comme il est recouvert de feuille la méfiance est de mise, difficile de se lâcher vraiment quand tu ne sais pas ce qu'il y a sous tes roues. Arrivé en bas on doit traverser la rivière Agout. On roule et cherche le pont en vain . Je décide de suivre précisément mon GPS pour voir ou il me mène et on arrive au bord de la rivière à un endroit ou manifestement un pont a du exister dans les années 70 mais là plus rien. Je me vois mal traverser une rivière de 20 m de large avec 1m de fond en plein hiver. Là c'est l'incompréhension, proposer une trace qui traverse une grosse rivière sans pont? Je regarde mon GPS et le prochain pont est loin ce qui nécessitera un gros détour. Vu ce qui nous est déjà arrivé on préféré arrêter les frais et on se décide de rentrer par la route. Un petit 20 kms pour revenir et le VTT sur la route c'est vraiment chiant t'as l'impression d’être collé au bitume le rendement est vraiment mauvais.
Au final 52 km (dont 22 de route) et 1400 m de D+
Un sortie qui ne restera pas dans les annales ou plutôt si comme celle qu'il faut ne pas recommencer. Les week end se suivent mais ne se ressemblent pas.

Lire la suite

Sortie Burlats 15-11-2015

Wp 004585La rando du Téléthon de Trausse étant reporté pour cause d’ »évènements », je consulte les oracles pour la rando dominicale. L’oracle apparu sous les formes de l’ami Sylvain, qui lâchant pelles et truelles, s’en alla nous trouver une trace gps à la source. Le lendemain, les voitures fendent la brume nocturne et au petit matin un soleil radieux illumine les sombres contours de la Black Mountain. 6 petits Biclous emmitouflés et engourdis encore par les fraiches températures automnales s’élance sur la route qui grimpe, qui grimpe, qui grimpe… Eh elle finit de grimper cette cote, oui ou non !? …Et ben oui. On se retrouve dans les bois, tous les arbres ont perdus leurs feuilles. Elles jonchent le sol et donnent au sous-bois une superbe couleur fauve. Une couleur biclou quoi. Petit à petit l’oiseau fait son nid. Euh non, petit à petit on enlève les multiples couches de vêtements calorifuges. Mais certains ayant des origines nordiques n’avaient pas grand chose à enlever. Oui je dis nordique parce qu’il y en avait un qu’était natif du coté de Caussade ou un bled comme ça. Bref presque dans les Vosges quoi. La forêt avait recouvert son habit d’automne mais aussi les gros cailloux instables et pointus. Dès qu’on attaquait enfin le pentu, on se faisait masser de ci de là, à cause de la perfide caillasse cachée sous les feuilles mortes. Il n’y a pas de grosse difficulté mais quelques bons coups de cul surtout à l’approche du Rocher de l’Oie. On se perd et on se reperd malgré le gps dans ce dédalle de rochers labyrinthique. Le paysage est superbe et majestueux mais on reste un peu sur notre faim surtout quand on sent que la fin de la rando approche. Et c’est là que cette trace révèle tout son sens. Enfin surtout l’intérêt de la parcourir dans ce sens. Le final est grandiose, la descente tant attendu se profile à l’horizon. Au début c’est plutôt bien roulant et légèrement joueur puis c’est à travers des bonnes pavasses qu’on attaque le plus gros morceau. Les feuilles mortes cachant obstinément les obstacles, le challenge n’est pas gagné pour tout le monde. Certains Biclous, parmi les plus téméraires, y laisseront quelques poils ou plumes selon la catégorie de bestiole, mais sans gravité. On finit en beauté sous un soleil de plomb pour un mois de novembre pourtant sans chasseur, en descendant prudemment le chemin en corniche qui domine le village de Burlats. Finalement cette rando, ce n’était pas si mal pour une sortie en hiver…

Lire la suite