Eaunes

Eaunes dimanche 2 juin 2019

Img 20190602 095228

Trois Biclous avaient prévu de se retrouver aujourd’hui pour une sortie amicale, matinale, dominicale et locale avec comme préoccupation principale, qui appuierait le plus sur les pédales : Laurent, Julien ou moi-même? Mais voila que vers 8h40, alors que je m’apprête à quitter mon domicile au guidon de mon VTT préféré (c’est-à-dire que c’est le seul qui m’appartient, et que donc, c’est celui que j’ai le plus facilement à ma disposition, d’où ma préférence...), Julien m’envoie un SMS dont le laconisme n’atténue en rien le désarroi qui m’assaille à sa lecture : « Forfait ».

Pour être tout à fait honnête, Julien m’avait prévenu : après une sortie à l’Alaric hier avec son frère, ils avaient décidé prolonger la réunion fraternelle en testant un autre type de descente en soirée. D’où la fatigue bien compréhensible de Julien en ce dimanche matin après de telles émotions familiales.

Malgré la violence rare de ma déception à l’idée de ne pas pouvoir mettre Julien minable en descente aujourd’hui, c’est avec ma magnanimité habituelle que je lui adresse un message de réconfort et de prompt rétablissement avant d’enfourcher, pour de bon cette fois-ci, mon fier destrier.

A peine arrivé aux jets d’eau des allées Niel (dont je tiens à souligner l’agrément depuis qu’elles ont été refaites), je vois Laurent pointer le bout de son nez, puis, surprise, également notre ex biclou vétéran Hervé accompagné de son copain Bob. Voila qui s’annonce bien et qui est de nature à effacer ma déception du début de journée.

Bob est en vacances chez Hervé. Il vient d’un pays situé très au nord de la Garonne dont je ne me rappelle même pas le nom, mais il est quand même très sympathique. Il est venu avec le NAKAMURA AE de sa femme, mais il nous annonce qu’il va rouler sans l’assistance. Faut dire que le Bob, il n’a pas un physique d’éponge, mais plutôt celui sec et altier d’un triathlète d’expérience.

Nous voila donc partis par nos sentiers habituels : un minimum sur les bords de Garonne pour rallier  Estantens, puis la montée de la Tuilerie pour rejoindre la forêt d’Eaunes où nous profiterons de la capacité d’absorption exceptionnelle du sol pour rouler sur un terrain parfaitement sec : quelques tournicotis dont nous avons le secret pour finir par les 5 spéciales et le retour habituel par les crêtes.

Bob, restera effectivement la majorité du temps en propulsion animale (ils sont forts ces retraités !) et Hervé ne saignera pas trop malgré nos efforts pour passer au milieu des ronces.

Bref, un bon moment, 30 km et 550 de D+.

Endureaunes 20 04 2019

Eaunes 20 04 2019

Si vous voulez savoir ce qui se cache derrière ce titre incongru, vous allez devoir supporter une fois de plus la prose ampoulée du rapporteur du jour, c’est-à dire bibi.

Eh bien, sachez tout d’abord que ce titre aurait fort bien pu être complété par le sous titre suivant : « On a débloqué Julien ». Vous pouvez donc vous féliciter d’avoir échappé au pire puisque le sous-titre en question, loin de lever le voile sur la signification du titre initial, n’aurait apporté que confusion par les interprétations plus ou moins heureuses qu’il aurait pu susciter.  

Revenons plutôt aux origines de la sortie du jour : la météo étant incertaine dimanche, y compris vers notre refuge méditerranéen habituel, je proposais à Julien d’avancer notre sortie généralement dominicaine au samedi, météorologiquement beaucoup plus clément, ce qui présentait également l’avantage non négligeable de libérer notre planning du dimanche pascal afin de nous consacrer pleinement à la chasse aux œufs.

Je proposais également de localiser notre sortie dans la forêt d’Eaunes, et ce malgré le désamour récent dont nous avions fait preuve à son égard, au profit, il faut l’avouer, de merveilleuses contrées voisines plus propices à l’enduro.

Afin de remporter l’adhésion dudit Julien, fort attaché à la pratique enduristique précédemment citée, je lui promettais une sortie pédagogique à thème avec pour ambition de nous faire travailler les sauts et, si possible, de nous faire progresser dans ce domaine où nous ne brillons pas vraiment tout à fait. Pour préciser le contexte, il faut noter que suite à quelques réceptions de saut hasardeuses qui avaient contraint Julien à  éprouver le doux contact du terrain Eaunois, celui-ci nourrissait à l’égard de ce dernier une rancune certaine doublée d’une appréhension  limite pathologique à l’approche d’une bosse.

Je dois également avouer que j’avais moi aussi la secrète ambition de passer outre ma peur et de m’attaquer à certaines bosses doubles, mais aussi de sauter « la marche » et « le road gap » (qui se trouve être en fait un track gap). Et c’est donc fidèle à ma témérité légendaire que je me présentais Allées Niel avec une tenue digne du championnat du monde de DH : casque intégral, genouillères et dorsale. Comme quoi, le manque de confiance en soi peut pousser à des comportements étranges…

Deux autres biclous, Laurent et Christian s’engageaient également à nos cotés, mais avec un équipement beaucoup plus sobre et conforme à nos standards habituels.

Passons sur le bonheur indicible de pédaler en montée avec un sac à dos agrémenté de 23 kilos d’équipement de protection ou de trimballer le dit équipement sur le dos et  la tête, et la surchauffe ainsi occasionnée chez le Vttiste (si je tenais l’empaffé qui a dit «en avril ne te découvre pas d’un fil ») et concentrons-nous sur le sujet du jour : les sauts.

Nous attaquons tout d’abord par du facile pour nous mettre en confiance en profitant honteusement des récents aménagements réalisées côté ouest de la forêt  par notre bienfaiteur anonyme, et dès les premières bosses, nous sentons Julien reprendre confiance, comme en témoigne le sourire qui s’affiche alors sur son visage. Convaincu qu’il faut battre le fer tant qu’il est encore chaud (c’est mon côté forgeron), je mène alors notre petite troupe vers nos spéciales habituelles sur le versant Est de la forêt. Nous attaquons par la DH du Régas (ou « entre les arbres »)  et nous attardons longuement sur les trois dernières bosses que nous referons plusieurs fois. Pendant que Julien s’épanouit (comme son sourire d’ailleurs), Laurent nous fait limite du refus d’obstacle sur la dernière bosse. Nous pensons un moment à l’achever sur place tel un pur-sang blessé (le poney club n’est pas loin) mais il finit par sauter et nous décidons donc de lui laisser la vie sauve.

Nous passons ensuite à la DH Skwal avec ses petites doubles et ses marchounettes. Là encore, on sent le Julien reprendre confiance, ce qui se traduit par l’expression appuyée de son enthousiasme qui a le don de propager la bonne humeur dans notre petit groupe. J’en profite pour tenter quelques doubles qui me résistent encore avec plus ou moins de succès, mais la solution commence à montrer le bout de son nez : il faut avoir assez de vitesse, oublier l’appréhension inutile, et ça passe crème (comme disaient  les jeunes il y a dix ans).

Dh de la Grange : mon premier challenge avec le track gap. Nous partons du haut et sur la première double j’entends Julien, qui me suit, s’étonner de la sauter. Le même Julien ne se fait pas prier pour passer allégrement le saut sur la souche avant le gap. D’ailleurs, c’est bien simple, maintenant, il veut  tout sauter ! Comme quoi c’est dans la tête : on sous-estime souvent le côté psychologique dans le développement moteur du VTTiste. Pour moi, c’est l’heure du gap et de l’appréhension… Je me lance une première fois : trop court. J’atterris sur le peu qui reste (heureusement) de l’atterro : pas assez vite mon fils. Deuxième essai, je prends plus de vitesse : c’est mieux  mais ce n’est toujours pas assez. Je m’arrête là mais il faut que je travaille cette p… d’appréhension qui finit par être plus dangereuse qu’utile.

 

Direction « La Marche » (DH Gap sur strava) : cette marche que nous roulons d’habitude mais qu’il semble tout de même plus opportun de jumper… Ben finalement c’est effectivement  bien plus agréable et plus facile avec un petit saut. Encore une fois, p…. d’appréhension !

Il est temps de prendre le chemin du retour, surtout que Julien, décidément euphorique, nous promet une bière chez lui. Retour donc par la DH Skwal, la remontée « champ ruisseau », Jouliou et les crêtes jusqu’à Muret et l’accueillante  et rafraichissante terrasse de Julien.

Merci à Christian et Laurent pour avoir supporté nos interminables et répétitives haltes pour que Julien et (surtout) moi puissions nous équiper et déséquiper de nos protections. Bravo à Julien pour avoir su surmonter son appréhension et merci aussi à lui pour son enthousiasme toujours aussi communicatif.  

Merci aussi au shapeur anonyme sans qui nous n’aurions pas ces opportunités.

Au final 33 km pour 630  de D+ en un temps que la décence m’interdit de préciser ici.

PS : je concours pour le plus long et le plus indigeste Compte Rendu d'une sortie à Eaunes. Je pense que j'ai mes chances...

Eaunes 17/03/2019

Eaunes 17 03 2019 1

Ce We, je n’étais disponible pour rouler que le dimanche matin et mon rayon d’action s’en trouvait donc singulièrement réduit et étrangement centré sur la forêt d’Eaunes.

Mes camarades ayant opté, les uns pour le Raid des Chapelles, un autre pour Conilhac, un autre encore pour le repos forcé et le reste pour autre chose, je me retrouvais donc seul pour aller remettre les roues à Eaunes après une longue absence sur notre spot local.

Juste un petit mot pour vous signaler l’apparition de nouvelles barrières (en bois) sur nos parcours habituels, à Estantens, au niveau de la station d’épuration mais aussi et surtout au début et à la fin du passage dans les bois de la montée du champ vers la Tuilerie. Attention donc en descente !

Sinon, le terrain ni trop sec ni trop humide présentait un grip parfait et même s’il souffre un peu de la comparaison avec celui de nos récentes sorties enduro, j’ai quand même pris pas mal de plaisir à retrouver nos petites spéciales : les bosses sont toujours là et offrent un bon spot d’entrainement pour les sauts. Bientôt l’heure d’été et la reprise de nos sorties en semaine d’ailleurs !

Rajoutons que j’ai croisé beaucoup de VTTistes ce qui fait plaisir à voir !

Lien Relive ici.

Eaunes 17 03 2019 2

 

Sortie bien matinale du dimanche 26 novembre 2017

Tout commence ce dimanche 26 décembre 2017.
Il est 5h du matin, réveillé, ne sachant pas quoi faire, plus envie de dormir. Aller hop, je prépare mes affaires je vais rejoindre Julien, Marc et Ghislain au point de rendez vous. Un petit message sur le forum pour les avertir de ma venue. Je charge et je décolle. Une fois arrivé sur place Ghislain me rejoint. Je fais sa connaissance ainsi que sa nouvelle monture qui est par ailleurs magnifique (Giant ANTHEM 2018). Entre temps Marc nous rejoint (petite remarque: trio de Giant). Julien et son Lapierre arrivent. Julien, qui n’est pas au meilleur de sa forme à cause de son bras mais qui nous fait quand même le plaisir de sa venue. Nous voilà partis sur l’avenue Henri Peyrusse, puis les bord de Garonne. Bon je peux vous dire qu’à 8h30 sa pique. Ensuite un dilemme se pose : quelle direction prendre pour rejoindre les bois de Eaunes? Et oui suite à la pluie d’hier c’est gras. Marc nous propose de passer par la montée du chemin des Terris et oui il avait mangé raclette la veille. « Marc tu veux nous tuer » demain ‘ce je propose de passer par la montée du chemin de la Ferrane que je pense plus raisonnable au vu des conditions des chemins. Une fois arrivé en haut nous partons sur les chemins de Jouiliou pour revenir sur le bois de Eaunes du côté de la salle des fêtes. Après avoir fait mumuse dans les bois nous voilà partis au point de rendez vous ( table d’orientation ) rejoindre Olivier.T, Gilbert, et Romain un futur Biclous. Il est 9h45, l’autre groupe nous rejoint et je fais la connaissance de Romain et de son GIANT TRANCE. Olivier nous annonce qu’il n’a plus de frein arrière mais pas d’inquiétude ça revient de temps en temps «  même pas peur l’homme », nous voilà donc repartis dans les bois sous la direction d'Olivier.T vu que notre groupe avait déjà roulé. 10h45 Olivier.T propose une pause gourmande, en même temps nous en profitons pour réfléchir au chemin du retour.On monte, on descend ????? Marc nous amène sur un de ses lieux favoris, un spot avec des petits sauts. C’est beau de voir l’homme aussi à l’aise. Pauvre Julien frustré de ne pas pouvoir lui lécher la roue arrière ( vilain bras ).Et là, après quelques kilomètres Ghislain nous titille Marc à propo de son pneu Michelin ( vu que nous étions montés en majorité en MAXXIS ) «  c’est qui le patron » par vengeance Marc décide de prolonger par une montée bien sympathique pour prouver la fiabilité des Michou.Nous longeons les chemins de la tuilerie si je ne me trompe pas, pour revenir sur les bords de Garonne sur le rythme effréné de Marc et Julien qui étaient en retard.
En conclusion,
38,9 km pour 722 mètres de dénivelé positif.
Le froid fut vite oublié grâce à l’ambiance chaleureuse de vous tous.


 

Lire la suite

Premiere sortie Heure d' été mercredi 29 mars 2017

20170329 200731

Première sortie de la saison « été » suite à l’ avancement des horloges d’une heure ce qui permettait de pédaler jusqu’à 20h et au delà.

Point de rendez-vous habituel non loin du rond point jet d’eau, 18H, au pied de la statue du Maréchal Niel (comme les allées Niel , mais lequel de deux est arrivé en premier??).

Au rendez vous donc il y avait Philippe, Hervé, Franck, Marc et moi même ( Romain, celui qui fait la plupart du temps ralentir tout le monde dans les montées).
Direction Estantens par les chemins habituellement empruntés, ça monte, ça descend, on entend les passages de rapports des formules 1 de la team biclous, la chaîne qui craque sous le poids de la force développée pour passer les légères bosses qui entravent notre route, il va falloir penser a rafraîchir un peu les bas côtés du chemin de terre, l’herbe est très haute.
Une fois tous regroupés nous décidons de passer par le single nommé «  chemin de saint amans climb » sur strava, souvent en poussant nos vélos, pour la majorité du groupe.

Nous admirons la vue une fois posés sur le parking de la chapelle et décidons de la route à prendre, direction table d’orientation, un croisement s’ offre à nous, nous prenons à droite sur la détermination de Marc ( chef de file) .

19h07: Quelques montées et descentes plus tard, nous nous retrouvons tous autour d’ un arbre qui a de faux airs de rond point , hervé dont son genou droit douloureux ravive l’ inflammation du tendon rotulien , nous sommes rejoint par Olivier M et son collègue Arthur.

19h23: Après plusieurs montées et descentes ( oui très répétitifs vu que ça fait que ça ) nos deux amis Olivier M et Arthur nous quittent , fatigués ( je ne citerai pas de noms) un « tchek » et «  bon courage à bientôt » plus tard nous reprenons la route.

Nous sortons de la forêt d’ Eaunes par la route qui mène à Estantens ou Saint Amans au choix.
direction le mur de jouliou par une longue ligne droite, longeant les champs , route très praticable malgrès quelques flaques par ci par la.

19h56: Oh mais qui voila au loin ?? Mais c’ est nos deux amis qui nous avaient abandonnés plus haut ( voir 19h23) .
Nous serons donc 7 jusqu'à arrivée à la statue du Maréchal , mais avant d’y arriver à ce fameux maréchal , il nous reste de la route.
Nous nous arrêtons en cours de route pour prendre une photo prise par Marc ( décidément il sait tout faire!!!)
Nous descendons par la côte qui rejoint le collège Bétance, bonne nouvelle ils ont enlevé les barrières qui nous empêchaient de descendre à bloc.
Dernière ligne droite en passant par le bord de garonne pour nous diriger vers le Maréchal et nous nous séparons à ce moment la , manger, se nettoyer, pilotes comme montures, pour vivre , on l’espère , de nouvelles aventures sur VTT.

Pour ma part , le compteur affichait 28,8 km en 1h53 pour un peu plus de 15km/h de moy. et 495 D+

Sorties Eaunes samedi 21 janvier 2017

20170121 110122

Etant absent ce WE à partir de samedi après midi, il ne me restait que le matin dudit jour pour une petite sortie en local. Le créneau n’ayant pas semblé séduire les autres biclous, je m’attendais à rouler seul mais ce ne fut finalement pas le cas puisque Guillaume, jeune vététiste à la recherche de compagnons de roulage et qui nous avait contactés sur (Race)Facebook la semaine dernière, s’est joint à moi.
La fraicheur matinale ayant quelque peu refroidi nos ardeurs nous sommes partis de l’abbaye d’Eaunes que nous avions préalablement ralliée en voiture. Cela nous a permis d’entrer directement dans le vif du sujet et de nous réchauffer avec quelques montées sans passer par la case frigo ventilé sur la route.
Ceci dit la forêt était bien froide aussi et la boue gelée en début de matinée ce qui était bien pratique. Nous avons arpenté la forêt dans à peu près dans tous les sens, n’en sortant que pour aller faire un tour par la descente de la chapelle de Saint Amans et remonter par la Tuilerie.
Au final une sortie courte (18,5 km) mais avec quand même 550 m de D+ et la plaisir d’avoir roulé avec Guillaume que j’espère revoir rapidement à nos côtés sur les chemins.

Lire la suite