Encausse

La Transpy 2-9-2012

L'année derniére à "La Transpy" le terrain était tellement gras et boueux que j'avais gardé de cette rando un arriére goût pas agréable ne m'incitant pas à y revenir. N'étant pas motivé j'avais proposé à Laurent d'éventuellement le remplacer au forum des associations mais il en a décidé autrement et je me suis finalement laissé convaincre par David et Kevin de les accompagner à la Transpy. Eh bien ils avaient raison car en conditions séches le parcours apparait sous un jour complêtement différent et je dois avouer que je me suis régalé comme rarement. Personellement je classe cette rando dans le top 5 de ce qui se fait de mieux dans la région. Quasi toutes les montées sont réalisables sur le vélo et les descentes sont un concentré de single assez rapide en sous bois avec des portions techniques quelquefois un peu cassantes mais globalement toutes "faisables". Cette année les organisateurs ont modifié une partie du parcours et on est descendu dans une sorte de canyon assez pentu, c'était simplement extraordinaire. Je vais passé sur le denivellé, le temps mis et tout ça car au regard du plaisir pris c'est réelement secondaire. Je ne sais pas ce qu'en pense David, Kevin et Eric mais je ne suis personnellement éclaté comme un gosse, putain que ça fait du bien. Ca y est je dois l'avouer aprés une sortie comme celle là j'ai encore renforcé mon addiction au VTT, je suis maintenant totalement incurable. Alors je le dis à tous, vous aussi devenez VTT addict c'est pas illégal, enfin pas encore, et en plus ça ne fait que du bien à l'esprit même si les jambes ne sont pas toujours d'accord avec cette affirmation.

Sylvain

La Transpyrenees Comminges 4-9-11

David (Dauzats, nouveau membre) et moi même sommes donc parti dimanche matin pour les 55 km de la "Transpyr" (1500 M de Denivelé + au programme). Arrivé a 8h15 sur place on a eu tout notre temps pour se préparer avant le départ groupé de 55kms à 09h15. la météo fut incertaine, temps couvert mais peu de pluie, un peu de brune, température médiane au alentour de 18/22°C.
Je savais qu'il avait pas mal plu sur le secteur je ne m'attendais donc pas a trouver que de la poussiére sur le parcours. Effectivement nous n'avons pas éte deçu sur ce plan, pas le moindre grain de poussiére mais de la boue bien grasse et bien glissante de plusieurs centimétres sur une grande partie du parcours.
Le début du parcours se déroule sur route , jusque là pas de probléme, et apres quelques kilométres biffurque sur un chemin bien glissant, le ton est donné c'est parti pour quelques belles glissades. Je choisi la prudence en reduisant ma vitesse. Depart goupé oblige, premier obstacles, premier bouchon, premier portage. La premiere montée sur terrain très gras nécessite pas mal de portage. Le premier ravito depassé et alors que je faisias chauffer gentillement le "Diesel" (ancienne génération même pas un HDI) je sens que David va mettre les propulseurs à poudre en route, ça tombe bien une bonne montée se présente sur un chemin forestier. Wrouuuuuuuf ça y est David a mis  le feu aux moteurs, je sens que je vais pas le revoir de sitôt. Je continue à mon rythme. Aprés la montée, la descente et là normalement on se régale et bien les conditions climatiques vont en décider autrement car cailloux + boue + herbe+ pente forte = danger . je ferai environ 60% de la descente à pied. Aussitôt en bas ça remonte, je relance la mécanique qui repart sans accoup puis arrive la deuxiéme grosse descente moins pentue donc plus praticable que je passe presque tout sur le vélo.
Au 3iéme ravito je retrouve David, étrange aurait-il grillé un moteur, non il est tombé et c'est blésse au genou. La douleur semble se calmer un peu et il décide de continuer. On fait quelques kilometres de la 3 ieme montée ensemble et le genou se remet en marche, nouveau allumage des moteurs, nouveau lancement, assister à 2 tirs d'Arianne le même jour j'ai pas perdu ma journée.
la derniére grosse descente est trés trés boueuse, le chemin est par endroit complétement défoncé, le vélo doit faire dans les vingt kilos, je suis couvert de boue je ne vois même plus la couleur de mes chaussures, la chaine ne s'accroche plus sur plusieurs pignons, ça devient dantesques.
Heureusement la fin du parcours est plus facile (route et chemin praticable) et je fini relativement en forme. A l'arrivée David va se faire soigner au poste de secours, rien de grave à priori.
Hors pose il m'aura fallu 5 heures pour faire le 55kms  soit 10.6 km/h de moyenne.
A bientôt sur un vélo
Sylvain.