Fréjus

Mid Roc, Roc Azur 6/10/2017

Virb0064

Pour la 4eme année consécutive, je me présente sur le départ, d’une des multiples courses du Roc Azur de Fréjus. Toujours la même, ambiance, beaucoup de bruit, beaucoup de monde, un salon très complet et de multiples choses à découvrir. Cette année, ce sera le Mid Roc pour changer de l’Odyssey, j’espère que le circuit sera plus intéressant et qu’il y aura autant ou……moins de monde. Le départ de la première vague est prévue à 12H30, j’en fais partis et après avoir passé les fouilles d’accès, j’arrive parmi les deniers sur la ligne et il y en au moins une deuxième en attentte.....NB une vague = 500 concurrents.
12H25, l’animateur chauffe tout le monde, on cri, on tape des mains, bref on trépigne et c’est le lâché. C’est la ruée pour sortir de la base nature, je pars à mon rythme et commence à remonter quelques concurrents, on passe le canal et l’on commence la grimpette par des chemins assez large, rien de bien grisant mais c’est le Roc et vue le monde heureusement que l’on est pas sur du single sinon ce serait une file ininterrompue et certainement très ralentie car même là, à la moindre difficulté : montée, descente sans technique, on attend. A force de temps et de monter, le peloton s’est étiré, au premier ravitaillement, qui pour moi est bcp trop tôt (10 kms), nous avons déjà pratiquement fait 250 m de D+ sur les 700 à faire (où que nous ferons). Nous arrivons dans la descente du Fourniol, première grosse descente technique, je prends beaucoup de sécurité, mon manque de technique me fait descendre à petite vitesse mais tout est passé sans encombre et sur lé vélo, le plus compliqué ce sont les concurrents qui s’arrêtent sur les endroits les plus techniques et t’obligent à passer à côté sur une portion encore plus compliquée. Puis, nous reprenons notre cheminement, chemins forestiers (DFCI) assez larges, singles, montées techniques et raides. Et nous arrivons au pied du Bourgnon, ce col je ne l’ai jamais passé sur le vélo en 4 participations, j’attaque à mon rythme en moulinant et….j’arrive jusqu’en haut sans poser le pied à terre, je me surprends même à ne pas reprendre mon souffle et à continuer mon chemin.
Le reste et du même acabits avec peut-être un peu plus de single, la montée très raide à travers un lotissement, que j’ai connu 3 années de suites ne fait pas partie de mon circuit et c’est tant mieux. Par contre, les participants, du Mid Roc, du Roc Marathon et de l’Odyssey se retrouvent bien tous à la fin sur le même circuit, donc beaucoup de monde en perspective. Lors d’une montée, j’aperçois un concurrent, sur le bord du chemin, en passant je lui demande s’il a ce qu’il faut pour réparer et il me précise qu’il n’arrive pas à démonter la valve de sa chambre à air car il a crevé. Il fait le Marathon est à 20 kms du but et se voit de plus en plus être obligé de finir celui-ci en poussant. Je m’arrête pour lui filer un coup de main, mais l’écrou de la valve résiste et pas de pince pour le forcer, qu’à cela ne tienne, perdu pour perdu j’arrache la chambre de la valve, avec une clé à lenne, il tient bloqué la valve par l’intérieur de la jante et j’essaye de dévisser l’écrou qui finit par se rendre, ouf ! Après congratulation et promesse de bière à venir, je repars il va pouvoir finir son Roc (il est à noté quand même que de nombreux vététistes nous ont vu en galère et qu’aucun d’eux ne s’est inquiété de savoir si nous avions besoin d’aide….). Je repars, on redescend sur Fréjus Plage, descente technique et single au menu, pour arriver sur…la plage, le VTT dans le sable c’est la m_ _ _ e, on s’y plante littéralement, à part si celui est tassé mais ce n’est pas ou peu le cas, puis nous ressortons de la plage pour attaquer le chemin des douaniers, top ! Au bord de l’eau des marches, des passages étroits et puis retour sur….la plage et enfin retour sur la base nature par la route et quelques chemins. Pour finir par une bonne bière et le maillot de Finisher. Ben, je suis assez content de mon choix de circuit cette année et moi qui me disait que ce serait certainement le dernier et bien je vais y réfléchir mais je crois bien que j’y serai encore l’année prochaine. Au final, je passe au lavage, ou plutôt je passe ma monture au lavage et elle en a besoin, nous avons mangés de la poussière cette année et il faisait relativement chaud. Au sortir de la station de lavage je tombe, sur JulienF, qui vient d’arriver et va chercher sa plaque. Faut quand même le faire, nous sommes à 500 bornes de chez nous, entouré de 25000 personnes (parait-il) et boom on ce tombe dessus, discussion, félicitations, je lui dis de faire gaffe et de se régaler et nous nous séparons.
Donc cela à fait pour moi : 37,2 kms pour 763 m de D+.

Virb0087Virb0088 1

Lire la suite

Roc d'Azur 2016 by julienF

Img 2328

Roc

Une grande découverte pour moi le Roc d'Azur. Je suis parti avec ma petite famille pour 5 jours de soleil, de plage et surtout du vtt évidement ...Que du plaisir de découvrir cet univers de passionnés. on est submergé dès le retrait des dossards par l'ampleur de l’événement. En fait tu prends autant de plaisir à participer aux courses qu'à profiter du salon des démos des shows avec ta famille (ma fille de 4 ans sur mes épaules en train d'applaudir freestyl'air qui font des front flip tout simplement magique!) . je tenais aussi à remercier Thierry un ami (voir photo) qui m'a suivi en me donnant une mine d'infos sur le roc.
Mais il est temps de prendre place pour moi à 2 courses successives jeudi et vendredi :
Rando Roc All Mountain 33km 1050mD+: Départ de roquebrune sur argens un peu moins de 400 participants : Je découvre ce terrain de terre et de caillasse, des jump en dilettante dans la 1ere descente je suis secoué et je chute dans la 2ème descente sur un passage très raide mais même pas mal...un arbre stoppe mes suspensions dans la 3eme, je pose pied a terre dans la 4eme! bref du lourd techniquement j'ai adoré ce parcours qui emprunte des passages de l'enduroc. je finis la rando en 3h15 un peu séché.
Le lendemain matin.... Canyon Roc marathon 82km 2300mD+ : Oups dès le réveil je me sent pas du tout en forme physiquement et dans la tète n'en parlons pas à l'idée d'affronter 80 bornes.j'y vais ou j'y vais pas ? de toute manière je vais le regretter si j' y vais pas...come on! Le départ se fait par vagues 500 concurrents sur 5 au total donc un peu moins de 2500 vtt impressionnant! Je me lance dans la 3eme vague en mode balade sans me mettre une seule fois dans la rouge pour arriver au bout. il faut savoir parfois ralentir la cadence quand le corps ne suit pas...c'est à la fois frustrant de se faire dépasser par tout le monde mais tu finis par oublier en sifflotant, en contemplant les paysages et en prenant du plaisir à rouler. Cela dit rassurez vous en descente je criais écartez vous svp laissez moi passer! La dernière descente sur saint aygulf était tip top j'étais seul!!! normal j’étais dans les derniers. lol. J'ai mis 9h09, le 1er a mis 3h45. Au final un séjour de dingue, je m'attendais pas à une telle organisation, il y a beaucoup de monde (environ 30 000 personnes sur les 5 jours) mais sans être oppressé. j'y retournerai pour faire d'autres parcours et j’espère avec quelques personnes parmi vous!

Lire la suite

Roc d'Azur 2013 selon David

roc-d-azur-2.jpgL’évènement à ne pas manquer, d’abord par ce que c’était le 30eme anniversaire ensuite c’est quand même la plus grosse concentration de Vététiste aux monde et pour bien faire c’est sur mes terre ;) Je suis donc partie à Fréjus pour en profiter un max, j’étais sur place du jeudi 10 au dimanche 13, j’ai pu faire le salon en long en large et en travers admiré toutes les nouveautés, discuté avec les professionnels et rencontré nos Champions Mr. Absalon, Mr. Barel, Mr. Gracia, Mr. Barelli et Mle Bresset. Je fus rejoins par une équipe de joyeux luron qui arriva le jeudi aprèm, il y avait Sylvain B, Olivier D, Franck, Christophe, Kevin et 2 potes a lui. Je voulais aussi profiter d’un maximum d’évènement, le premier fut le Roc ruelle de Fréjus le vendredi soir, une course en relai sur plusieurs manches dans les rues piétonnes avec des participants qui n’ont pas froid aux yeux. Le deuxième fut la Maxima Roc down à Sainte-Maxime le samedi matin, une course de descente préparé par notre grand champion national Mr. Gracia. Alors si vous voulez voir du show et des gars qui n’ont peur de rien c’est l’évènement à ne pas manquer, ils sont franchement fou, ils déboulent dans des pentes a au moins 25%, font des sauts d’environs 4m de haut et d’une dizaine de mètre de long, bien sûr avec une telle prise de risque les chutes sont présentent et sont impressionnantes aussi. Le troisième fut le Roc ruelle de Roquebrune sur Argens le samedi soir, même style que le roc ruelle de Fréjus mais en plus difficile techniquement et physiquement un vrai régal pour les yeux et quelle santé ils ont ces gars-là. Entre temps j’ai pu admirer des animations comme le freestyl’air Trial et le BMX contest avec des participants qui essais de réalisés des figures très spectaculaires et sur des modules très impressionnants, ces gars savent faire le show. Et puis il y a eu mes courses, un terme que je n’aime pas trop mais dans ce contexte ou le temps de chaque épreuve donne un classement cela est inévitable. La première a été le Roc Odyssey le vendredi après-midi, une rando que j’ai voulu faire d’abord pour m’amuser, testé le terrain et puis pour garder du rythme dans les jambes avant l’évènement majeur du dimanche. Une rando qui réunira 636 participants sur 35 km pour 950 D+. Je mettrai 2h37m36s pour terminer 15e au classement général et 4e sur 221 dans ma catégorie. La deuxième épreuve fut le Roc d’Azur, un évènement auquel je n’ai jamais participé et que je devais faire au moins une fois. Comme pour le Roc Powerade de l’année dernière l’excitation au départ de la course est intense, voir autant de participant et autant de monde nous encouragé cela est très impressionnant. Puis le départ est donné, je suis avec Kevin dans la 7e vagues l’avant dernière, il y a eu déjà 3000 participants de lâchés, il y a tellement de monde que l’organisation est obligé de décalé notre départ d’1/2h pour éviter les embouteillages mais malheureusement ce ne sera pas le cas. Les 5 premiers kilomètres sont sur du plat mi-chemin/mi route le rythme est rapide trop rapide et le cardio frôle les 190 pulses mais il y a de la place donc je me faufile pour grappiller quelques places mais surtout en me disant que les plus rapides étant devant je ne devrais pas être gêné dans les prochaines difficultés et pouvoir envoyé un Max dans les descentes. Malheureusement peine perdu devant moins il n’y a pas que les meilleurs contrairement à ce que je croyais, il y a aussi des personnes plus lentes et pour la plus part suffisamment intelligentes pour ce décaler et te laissé passer et pour d’autre ce n’est pas le cas, mise à pied sur le moindre obstacle autant en monté quand descente. Pour récupérer du temps je me donnerai dans les intervalles, doublerai dans les montées sur voie large et descendrai en hors-piste, j’irai même jusqu’à m’arrêter que 2 fois sur le nombre de ravito prévu, peine perdu l’objectif de 4h ne sera pas atteint, je suis déçu j’ai beaucoup de regret j’en veux a tout le monde et puis au bout de quelques heures après que la tension soit retombé que l’esprit ce soit remis en place on accepte, on se dit que les retardataires n’y sont pour rien, que le Roc est pour tous que le Roc est ouvert à tous que l’esprit du Roc est de nous réunir a tous nous Vététistes amateur. On nous avait annoncé 5400 participants, j’en retrouverai 4077 sur la liste des résultats. Cette rando se déroula sur 56km pour 1800D+, je mettrai 4h16m26s pour terminer 1604e au général et 542e sur 1489 dans ma catégorie. En conclusion, je reviendrai pour faire mieux ;)
David

Roc d'Azur 2013 selon Sylvain

Comme vous le savez sans doute cette année 6 Biclous (Christophe, David, Frank, Kevin, Olivier D & Sylvain) se sont rendu à la grande messe annuelle du VTT soit le Roc d'Azur, mais que diantre sommes nous allé faire là bas? Il est vrai que c'est loin et onéreux mais c'est le grand barnum du VTT et un jour ou l'autre on se sent attirer par cette lumière, par cette ambiance qui fait que tu ne vis, ne penses que vélo pendant 3 jours enfin bref tu en oublies tout le reste pour ne partager que ta passion. C'est la deuxième année que je vais au Roc et la magie a encore opérée même si tout n'est pas rose. Vous imaginez bien que se lancer sur des parcours ou il y a entre 2000 et 5000 participants n'est pas sans inconvénients surtout si comme nous vous partez en queue de peloton. A la première difficulté technique c'est le bouchon plus au moins consistant et vous ne serrez jamais seul ne serait-ce que quelques minutes. Mais pour moi cela est secondaire et fait partie du jeu qu'il vaut mieux accepter avec philosophie sous peine de connaitre quelques pointes d'énervements. En compensation les parcours sont très sympas dans un cadre superbe, la mer est toujours cachée dans un coin du paysage, à vous de la retrouver. Cette année lancé sur le Marathon j'ai pleinement apprécié le parcours dans ce massif des Maures qui se prête parfaitement à notre sport préféré. Le Parcours fût exigeant mais sans être pénible et suffisamment technique pour pouvoir se faire plaisir. Mais le Roc ce n'est pas que des courses au rando de masse c'est aussi un show permanent et entre toutes les spectacles offerts et le salon des exposants le temps file à la vitesse grand V. Pour moi cette année fut surtout l'occasion d'aller voir des pratiques que je connais peu soit de la DH et quelques fous volants dont je me demande encore comment ils arrivent à faire ce qu'il font. Même s'il est vrai que l'on s'est tous dit que c'est la dernière fois que l'on nous y prendra on a tous amassé des souvenirs qui nous ferons sans doute replonger une autre fois. Pour l'anecdote: Christophe, Olivier et moi avons fait le marathon (84 KMs et 2400m de D+) entre 07h35 et 07h45 soit environ 06h45 de roulage. Kevin et David on fait le Roc d'Azur (56km et 1800 m de D+) entre 3h57 et 4h16. Pour info on a partagés l'appart avec 2 amis de Kevin, deux avions de chasse dont les perfos sont sans commune mesure avec nous. Ils turbinent au Mac Donald c'est sans doute là le secret de la performance, demain promis je m'y mets enfin peut etre.
Sylvain

Rando Noire Roc Azur 13-10-2012

wp-000494.jpg

De gauche à droite: Sylvain, Mézigue et David

Jeudi, j'ai chopé la crève et j'ai la tête comme un compteur, ça tombe bien on est en route pour le Roc d'Azur. Quel dégout!! Le lendemain, vendredi c'est pire. Il faut que je me prenne en main. Ce sera une cure express de Fervex. Je pars en vélo, la gueule enfarinée, avec Sylvain pour faire un tour au salon du Roc. On retrouve sur place David super excité par l'évènement. Normal il est natif du coin. On passe la matinée a déambuler dans les allées et a quadriller méthodiquement le terrain. Sylvain est très féru d'infos concernant les cadres en carbone. Finalement il réussi a trouvé un bike en XL qui lui convienne et je jette mon dévolu sur l'Occam 29" d'Orbéa. Là on me dit que ce n'est pas possible car ils sont réservés pour la sortie d'une heure accompagnée de Julien Absalon. Inscrit moi de suite! Ok, pas de problème. Putain je le crois pas, je vais faire un tour de bicle avec le patron. Comme un gamin, l'adrénaline fait son effet et commence a me booster. Il faut que je file vite pour trouver un peu d'eau pour la route. Je reviens et même pas le temps de lui serrer la pogne, qu'on est déjà partit. On file d'entrée bon train mais avec Sylvain on s'accroche. On est moins d'une douzaine. Le bonhomme passe un peu dans le peloton et essaye d'avoir un mot pour tous. Sympa. La première grimpette arrive. Finalement je me sens pas si mal. C'est pas le top mais je ne lâcherai pas l'affaire. Le 29", c'est bien mais il faut quand même appuyer sur les pédales. Les cadors nous attendent patiemment en haut de la bosse. Et hop on passe en mode descente. Super ce vélo avec la commande CTD au guidon. Par contre les freins XTR, c'est du on/off. En plus j'ai un cadre taille M. Le premier coup de frein j'ai manqué de faire un OTB (Over The Bar). Puis le circuit remonte sur des marches. Les 2 gars devant moi, en 26", se plantent. Je me lève le cul et j'envoi la patate et ça passe. Pas si mal le 29" finalement. De retour à la base nature de Fréjus, j'ai la banane. Demain je roule, c'est sûr! Le soir on fait un tour au Roc Ruelles de Fréjus. Un évènement super sympa où les compétiteurs ne ménagent leurs efforts. C'est à la fois un spectacle et une course. Samedi, c'est enfin le grand jour. On est au départ  de la Rando Noire à 10h30, avec la deuxième vague. David est a bloc. La veille, on avait décidé de faire un départ normal alors on laisse passé tous les fadas dératés. On les rattrapera plutôt que prévu d'ailleurs. Dés la première bosse c'est l'hécatombe autour de nous. Heureusement les cotes sont longues et larges, on peut aisément se faufiler. Mon complexe de "club de la plaine" s'envole peu à peu. On commence a rattraper les retardataires de la première vague. Au second ravito, David est surexcité. " On traine pas trop les gars, on peut se le faire en moins de 4h!". Et on repart. Le paysage est superbe. Le massif de l'Esterel découpe l'horizon de la baie de Fréjus. Moi je commence a fatiguer et je me fais distancer. Puis arrive le passage d'une descente encaillassée et assez raide. Tout les gars devant moi mettent, les uns après les autres, le pieds à terre. Même un gars équipé de carapaces façon enduro. Je m'applique et ça passe tout seul. Pour un pilote moyen comme moi, c'est ma petite minute de gloire. Mais ça ne va pas durer. Petit à petit je décline. Il est midi passé et je devrai prendre un autre Fervex mais je décide de finir comme ça. Je commence a avoir des crampes. Puis vint le moment tant redouté, les premiers de la troisième vague me rattrape. A ce moment j'ai le moral dans les cales pieds. J'arrive à faire un peu illusion dans les cotes, mais les gars que je dépasse dans les montées me doublent dans les descentes. J'ai la tête dans un étau. On aperçoit de nouveau la mer, ça sent l'arrivée. Soudain au détour d'un sentier, c'est un bouchon qui s'est formé. On est une bonne centaine de vététistes. Il y a un gars devant qui fait signe qu'il y a un pépin et qu'on fait un massage cardiaque sur un gars. L'organisation, très efficace, nous déroute sur un sentier. Ca y est, on est sur le sentier des douaniers puis sur la plage. La mer nous lèche les pneus. Puis c'est la ligne d'arrivée. Je retrouve David, toujours super excité et Sylvain. David a bouclé les 52km et 1400m de D+ en 4h10, Sylvain en 4h20 et mézigue en 4h50. Finalement pas si mal pour un mec à l'agonie la veille. Plus tard, j'apprendrai que le gars au problème cardiaque était décédé. Laurent

roc-noire-13-oct-2012.jpg

Roc-noire-13-oct-2012.zip