Mazamet

Randuro de Montaud (Labruguière) 23 06 2019

Instantane 1 26 06 2019 21 45

L’enduro appartient à ceux qui se lèvent tôt. C’est forts de cet adage que trois biclous, Julien, Sylvain (tout juste remis d’un bris de clavicule) et my apple (un peu de pratique de langue étrangère ne fait pas de mal) se levèrent avant les aurores en ce beau dimanche matin du 23 juin de l’an de grâce 2019. Oui, avant les aurores, vu que sur mon insistance toujours empreinte de finesse et de tact mais pour autant très appuyée quand même, mes compagnons du jour (et des autres aussi) me retrouvèrent bien malgré eux chez moi à 5h20 pour un départ de Muret après chargement à, à peu près 5h32mn et 43 s. Il était donc très tôt et je dus endurer (avant l’heure) la litanie des reproches habituels sur les excès de ma préoccupation naturelle à partir suffisamment tôt pour ne pas avoir à se soucier du timing.

Faut dire que la destination du jour, Labruguière, nous l’attendions depuis longtemps. Depuis le 14 avril exactement, où Julien et mi manzana étions partis tâter de la spéciale made in Black Mountain par les bien nommés Black Mountain Riders (BMR pour les intimes). Nous nous étions régalés et nous étions tombés (au sens figuré) sur Yannick, président fort sympathique des BMR justement, qui nous avait ouvert la trace sur une descente, et appris que BMR allait organiser une randuro le 23 juin. Cela faisait donc deux mois et 6 jeux de plaquettes à force de ronger notre frein que nous étions sur les dents (où ce qu’il en restait du coup), près à en découdre avec toutes ces merveilleuses spéciales et nous avions guetté avec avidité les inscriptions limitées à 80 puis 100 participants.

Arrivés au parking à 7h10, nous récupérons nos plaques et rallions le point de départ après quelques coups de pédales sur piste au lieu dit « La cabane de Laurent ». On discute un peu, notamment avec Yannick, en sirotant un petit café et en attendant le départ à 8h00. Deux boucles prévues aujourd’hui, la première avec 30 km, 4 spéciales et 1100 de D+ et la deuxième, celle que nous avons choisie, avec 40 km, 6 spéciales et 1700 de D+. Nous sommes peut être une trentaine sur ce premier départ, et dès les premiers tours de roue, nous constatons que les autres participants ne sont pas venus pour enfiler des perles puisqu’ils nous distancent rapidement dans cette première montée. Cela ne nous inquiète pas pour autant, et nous y allons à notre rythme.

Montée par la piste donc jusqu’au Therme Noir (où nous monterons 4 fois !) pour trouver le départ de la Spé 1 en passant par un raccourci qui évite un bon détour par la piste mais qui laissera mon séant et mes jambes relativement sceptiques puisqu’ils refuseront de rester l'un sur la selle et les autres sur les pédales … Mais en haut récompense puisqu’on enchaine Tourbe 2, Le Goulet et La locale : c’est toujours aussi bon même si ça tape un peu plus qu’en avril. Je ne sais pas si c’est dû à une génération spontanée de racines ou au passage répété des VTT : à méditer.

La deuxième montée au Therme Noir commencera par un chemin relativement énergivore avant de retrouver la piste (ça se reproduira…). Tout pareil que dans la montée initiale sauf que Sylvain joue de malchance et va dégotter un clou au milieu de la montagne noire, clou qui se plantera dans son pneu arrière décidément maudit et déjà chambré (voir CR sortie Lagrasse). Nous perdons donc un bon quart d’heure pendant que Sylvain répare (notez, ça peut toujours servir pour la suite). Puis la Spéciale 2 (Montaud) où Julien et la mia mela sommes en mode régalade, mais à la fin de laquelle Sylvain se plaint que sa fourche tape trop avant de finalement se rendre compte qu’il a bloqué son amorto (des réminiscences de la route peut-être…).

Troisième montée au Therme Noir, et cette fois-ci nous faisons les petits joueurs en préférant le détour par la piste au lieu de la liaison single en poussage. Mauvais calcul c’est long et ch… et peu digne d’intérêt. Mais bon, il y a la Spé 3 à suivre. Mais en fait non, car les organisateurs n’ont pas oublié d’être facétieux et nous envoient d’abord sur la Spé 4. Nous comprendrons plus tard que c’est une bonne chose puisque la Spé 3 s’enchainera beaucoup mieux avec le reste de la rando. Spé 4 donc : sorry mais je ne sais comment elle s’appelle, mais là encore que du bonheur. Sylvain, Julien et minha maça sommes au bord de l'extase.

Quatrième montée au Therme Noir, qui débute à nouveau par un chemin gourmand en énergie puis emprunte une autre piste pour rallier le sommet, évitant ainsi la liaison poussage. Spé 3 donc, avec une spécialité locale dans le détournement des souches en tant que rampe d’envol : très ludique ! Sylvain, Julien et 我的苹果 avons définitivement sombré dans l'extase.

Cinquième montée au Therme Noir, … non je déconne… Nouvelle remontée sur l’autre sommet du coin, et là c’est le drame puisque nous apprenons que nous arrivons un quart d’heure trop tard pour faire la Spé 5 (que nous ne connaissons même pas) et qu’il nous faut directement passer à la Spé 6 dite les Siouses. Quel n’est pas notre désarroi devant ce coup du sort. Nous comprenons bien le pourquoi de la porte horaire vis-à-vis de l’organisation mais nous regrettons seulement de ne pas en avoir été informés au départ. Sinon, nous aurions sans doute achevé Sylvain lors de sa crevaison afin de reprendre la piste au plus vite. Mais vous nous connaissez, notre premier réflexe ne sera bien sûr pas de chercher une proie facile sur qui rejeter la responsabilité du retard, et c’est dans un état d’esprit de franche camaraderie que Julien m’incitera à ne pas attendre Sylvain dans la Spé 6. Gageons que mon récit volontairement apaisant de cet événement pourtant grave saura préserver l’unité de notre belle association (là, normalement, on colle un smiley avec un grand sourire sarcastique, mais je ne se sais pas comment on fait pour l’avoir sur le  site…).

Spé 6 = Siouses = bonheur, même si je me fais une belle frayeur dans les ornières… Seul défaut de cette dernière spéciale : ben justement, c’est la dernière. Alors qu’on aurait pu en faire une de plus avant, ce qui n’aurait rien changé au fait que ce soit la dernière mais quand même, si seulement… non, non, pas de polémique, personne n’y est pour rien (smiley/sourire/sarcastique).

A l’arrivée, l’organisation est sans faille avec de la saucisse grillée, une tireuse à bière (qui servira surtout à Julien et mein apfel) et que des gens sympas avec le sourire. Que demander de plus donc ? Une Spé 5 peut-être ? (smiley).

Au final, 34 km, 1430 de D+ et 6, 5 spéciales (Smiley).

Pour finir sur une note sérieuse (même si je préfère débiter des inepties), un grand bravo à BMR pour cette superbe journée et leur organisation et surtout un grand merci pour leur gentillesse et nous avoir permis de participer à cet événement sur leur magnifique spot qui vaut franchement le détour (surtout la Spé 5 il parait).

(Smiley)

Black Mountain 14/04/2019

Labruguiere 14 04 2019 5

Et pan! quand tu t'attends pas à passer une journée d'extase dans la Black Mountain. Marc et moi même avons été balayés. Un ride délicieux sur un terrain juste parfait avec un grip de malade!
C'est la reprise pour ma part après 1 mois de repos forcé. Et donc l'ouverture de la saison printanière direction Labruguière pour une nouvelle session enduro. Vous l'avez surement remarqué, ces temps-ci je m'oriente quasi exclusivement sur cette discipline. En mode détente sans aller chercher de grosses performances, je suis complètement fan de cette pratique et de cet état d'esprit. Mais ne m'en voulez pas svp pour cette emprise de l'enduro, ça vous pend au nez à tous!
Résumé de notre journée : au départ de Caunan Engelis alt 304m on grimpe pour la première fois la liaison "les Siouses" jusqu'au sommet alt 950m. Mmm ca sent bon, les sapins sont là! On s'équipe, un tronc d'arbre fait office de banc. Tout est bien pensé, les liaisons en concassé 0.20 sont bien balisées et les spéciales sont shappées aux petits oignons pour un max de flow. Les Siouses c'est delicious, un régal! 2ème grimpette cette fois-ci au Therme Noir alt 1031. Dur dur physiquement mais de quoi se rassurer si les calculs sont bon ça fait déjà 1400 de D+ en 26km. Plus de douleur au genoux, désolé OlivierD, je ne te vendrai pas mon SP! Quel bonheur ce bike et cette Pike. Chantons ensemble "qui n'a pas de Pike n'est pas Mure-tain".
Au départ de la 2ème spéciale, sur qui on tombe, Yannick le président de l'association Black Mountain Riders. Un passionné très actif qui nous fait partagé ce spot. Il nous raconte les origines du projet, la création de ces pistes officielles qui ne fut pas de tous repos. La difficulté de convaincre les élus locaux, l'obtention de subventions et la cohabitation avec les chasseurs. C'est pas facile mais il reste très motivé, et l'association va organiser fin juin une première Randuro. L'occasion de découvrir ces pistes mais aussi d'en ouvrir des nouvelles. A vos agendas!
On se quitte après Mountaud pour aller chercher une troisième et nouvelle liaison/portage plus courte. On opte pour "le Goulet" qu'on connait bien, descente en bobsleigh agrémentée par des sauts dans la roche. Jump Jump Marc :

Labruguière 14 04 2019 1

Labruguière 14 04 2019 2
Cette spéciale est entamée sur 100m actuellement par les bûcherons grrrr mais rien de grave. Elle s’enchaîne ensuite avec "la Resse" ou "la Locale". On prend la Locale dans son intégralité. L'extase au pilotage, je suis Marc qui ride comme dans un Half Pipe, d'un talus à l'autre. Magique, un moment 5 étoiles, quel ride...check Marc!

Au final 43km 1650 de D+, 4 spéciales mais pas de troquet ouvert dans le coin pour la bière. Marc me rappelle à l'ordre de mon choix musical sur le trajet du retour. Supertramp c'est bien mais écoutons plutôt le dernier album de Shakaponk stp.
See you

Labruguiere 14 04 2019 4

Lire la suite

Sortie Labruguiére du 04 novembre 2017

20171104 125844

La sortie du 15 octobre 2017 à Caunan en Gelis m'avait laissé un arrière cout d'inachevé. Non seulement je n'avais pas été très bon (comme d'hab diront certain) mais il m'avait aussi semblé que l'on pouvait y construire un parcours plus cohérent et en tirer bien plus de plaisir. Vu la configuration du terrain (terre + racines + cailloux) il fallait y retourner rapidement avant qu'il ne devienne impraticable. Devant l'incertitude météorologique et la pluie annoncée un peu partout ce week end il m'est également apparu plus opportun de tenter l'aventure samedi plutôt que dimanche et un biclou, Marc, à répondu à ma proposition.
Afin de profiter au mieux de ce magnifique terrain je fouille sur le net à la recherche des traces du coin pour voir ce qui est proposé par rapport à ma petite connaissance du lieu. Je tombe sur une trace qui me parait pas mal car elle exploite un maximum la partie supérieure de la forêt . Ca tombe bien je sais comment aller vers cette zone mais aussi par quel chemin en redescendre. Pour ceux qui sont déjà venus là-bas le nouveau parcours monte maintenant directement au sommet et évite la remontée assez pénible où l'on devait pas mal pousser. On attaque donc par 12 km de montée et 700 m de D+. Ensuite on fait tous les singles du haut de la forêt de façon plus logique en remontant 3 fois au sommet et cela par des chemins différents. Cela permet de quadriller le coin qui ne manque pas d'atouts. On a découvert quelques chemins qui nous étaient inconnus. Descente idem sortie du 15/10 et comme c'est, à notre avis, la plus belle partie du parcours on s'est encore régalé. Vers 12h30 alors que nous allions attaquer la descente finale on a pris un bon grain qui nous a bien trempé mais uniquement sur le haut du parcours car plus on descendait et moins il pleuvait pour finir au sec sur notre chemin préféré qui est toujours aussi agréable. Je suis content de cette sortie où l'on a pu mieux exploiter le terrain et profiter ce cet endroit vraiment très sympa à rouler. En plus comme j'étais bien plus à l'aise sur le vélo je vais conclure en disant que l'on a fait une putain de belle sortie VTT
Au final 43 km pour 1550 m de D+.

20171104 12585420171104 125907

20171104 125903

Caunan 04 novcaunan-04-nov.gpx (3.7 Mo)

Lire la suite

Sortie enduro à Caunan en Gelis du 15/10/2017

Caunan 2017

Velo laurent

Sur le forum les esprits s'échauffent, tout le monde veut aller faire du single à qui mieux mieux en ce dimanche qui s'annonce magnifique. Ca parle spéciale, trace enduro, protections à prendre ou pas enfin bref c'est l'effervescence. Je suis à fond dedans je prépare la trace pour intégrer "les spéciales" je m'y vois déjà. J'ai tout ce qui faut un vélo au format 27.5+ avec boost + plein de débattement, des protections partout bref je suis au top question matos. Je m'endors samedi soir des rêves vélocipédiques plein la tête me voyant survoler les cailloux maitriser les courbes enfin bref avoir la maitrise du vélo.
Le dimanche matin on passe donc à la pratique, à la mise en application et je dois avouer que je n'ai ni réussi à survoler les cailloux (j'ai même été bien secoué façon Orangina) ni à briller par ma maitrise. Toutes ce matos et ces protections pour si peu d'effet, à ce rythme je vais finir par les mettre pour aller acheter le pain. Finalement l'essentiel n'est-il pas ailleurs? N'est il pas de partager une balade entre potes qu'importe l'endroit et la pratique? de vivre des choses communes? Pierre De Coubertin disait "l'essentiel c'est de participer" on se console comme on peut.
Si nous n'avons eu aucune chute à déplorer nous avons cependant vécu un évènement hors du commun avec la casse en direct du cadre de Laurent (voir photo). Celui ci s'est coupé net au niveau du tube qui part vers la selle. Son vélo "grinçait" depuis un moment et en pleine descente juste un petit "crac " pour annoncer le sectionnement franc du cadre. Le reste de la descente a été un vrai calvaire pour Laurent mais il a réussi à rejoindre la voiture sur le vélo .
Au final 35 km pour 1400 m de D+ dans un endroit magnifique ou il faudra revenir car on est loin d'en avoir fait le tour.

Lire la suite

Sortie Labruguière(81) 04/12/2016

Caunan

C'est un trio (Sylvain, Marc et moi même) qui décide d'aller chanter et rider sur le versant nord de la montagne noire direction Mazamet. Une trace proposé par sylvain qu'il avait faite l'an dernier et que je qualifierai "all mountain". De la grimpette sur piste pour gagner rapidement de l'altitude, des séquences de portage ardues(miam miam perso j'adore ça), et des descentes variées technico ludique. Alors certe le temps fut maussade mais je sais à quoi c'est dû en réalité : marc a pris le lead vocal (avec justesse) sur de la chanson française mais le problème est venu quand sylvain s'est mis en chanter les chœurs...Bref malgré la fine courte pluie (merci sylvain) on a pris beaucoup de plaisir à rider dans la foret. Des singles de terre sablonneuse et feuillu encore très secs pour un max d’adhérence. La trace comporte un passage transformé par les bûcherons mais il y a moyen de contourner en mode freeride. Dans la dernière fantastique descente, j'ai chuté d'une manière très artistique selon sylvain! dommage qu'il ne l'ai pas filmé
au final 35km avec un bon 1640 D+ dans les jambes.
spéciale dédicace pour la playlist de marc sur le chemin du retour en voiture...avis aux amateurs de rock fusion!
merci encore les gars que du plaisir!!!
JulienF

Lire la suite

Sortie à Mazamet par David et Sylvain

David

 

Et nous voilà parti ce dimanche matin, 1er jour en heure d'hiver avec Sylvain en direction de Mazamet à Caunan Angelis exactement.L'aventure commença très tôt puisse que le GPS ne connaissant pas cette ville ou village, nous envoya à un autre Caunan plus au Nord. Ayant vu notre erreur au démarrage du Garmin pour aller sur le début de la trace qui nous indiquait 'faite 26 km', ni une ni deux nous remballons nos montures et partons rejoindre le vrai point de départ. Une fois sur place nous entamons notre trace par une montée douce, environ 15% ! sur au moins 3 bornes, pour te mettre en température c'est parfait. De là nous arrivons en haut de la montagne pour attaquer une 1er superbe monotrace, un pourcentage de pente impressionnant, des lacets entre les arbres à n'en plus finir et un décor à couper le souffle, franchement l'automne c'est beau, ce mélange de couleur dans ce lieu particulier que je découvrais était un grand plaisir autant pour les yeux que pour les muscles. Tout le reste des 3 autres descentes seront du même niveau avec des fois des variantes dans le type de sols comme des cailloux, des rochers et une terre sablonneuse mais toujours recouvert de feuilles mortes multicolores. Mais nous n'avons pas eu que du plaisir facile dans cette sortie, nous avons aussi du pousser nos bikes dans deux côtes de folie sur au moins un total de 2 ou 3 bornes voir plus ! et puis à un moment donné nous avons dû nous résoudre à laissr tomber la trace car il y avait quand même 24 croisements a se cogner et sur la fin la tête n'était plus là pour comprendre quelle direction nous devions prendre.Enfin toujours est-il que nous nous sommes bien amusé, que c'est un endroit magnifique et qu'il faudra y retourner sauf s'il a plu c'est un conseil.

Au total nous aurons fait 35 km pour 1500D+