Les Randos 2012

  • Sortie Muret sous la neige 5-2-2012

    05022012399.jpg

    De gauche à droite: David, Sylvain, Kévin et Luc.

    Muret se réveille dimanche matin sous une bonne couche de neige. Moi de même mais sous une bonne couche de couette bien chaude et bien épaisse. Dans la matinée le bruit des gosses, qui s'amusent, anime un peu la rue, silencieuse et endormie dans sa torpeur sous 7cm de neige. En rentrant de chercher le pain je rencontre Luc. Super motivé, il me convint de faire une sortie cet après midi. Finalement c'est l'occasion rêver d'étrainer ma super camera que j'ai eu pour mon anniv. J'appelle David, dans un premier temps il n'est pas très partant, puis il se ravise. Je regarde le forum du site et je vois que Sylvain est chaud bouillant. De plus David a prévenu Kevin qui a pu venir grâce à son 4x4. Nous voila cinq fondus au rendez-vous habituel. On croise de nombreux piétons en ballade équipé de la tête aux pieds, du style bibendum en goguette. Beaucoup de bonhommes de neige nous saluent les bras grands ouverts aussi tout au long du parcours. C'est pour nous l'occasion de voir quelques spectacles bigarrés. Notamment un gars allongé sur le dos et tracté par une sangle accrochée à une voiture. Puis un autre qui se cramponnait à la portière d'une voiture pour essayer de faire du bear foot. Je fini par penser que c'est nous les moins givrés. D'autant que Sylvain, le géant des Vosges, nous accompagne. Sa présence me rassure car il a l'expérience de ce genre de sortie. En fait le vélo fait sa trace sans problème dans la neige. On entant juste un son très agréable et caracteristique, c'est comme du sucre glace que l'on écrase. On fini par sortir de Muret pour se diriger vers Estantens en longeant la Garonne. Dans les parties on elle est la plus calme, elle a commencé à geler. Il fait -2C. L'accroche est trés bonne surtout dans la neige non damée sauf dans les passages où il y a des galets. Cette sortie nous permet de poser un nouveau regard sur notre chemin de ballade habituel. On y connait chaque caillou, chaque souche, mais là tout est différent. La magie du blanc immaculé transforme le paysage. On arrive à Estantens sans encombre. On croise juste un Kuga couché dans un fossé. L'occupant de ce véhicule doit sa survie à 2 arbres qui on stoppé sa trajectoire. En effet, sans eux, il serait tombé 10 mètres en contre bas, directement dans la Garonne. On continu notre bonhomme de chemin dans les singles enneigés. C'est un vrai régal. On n’a pas le temps d'avoir froid. C'est véritablement magique ! Puis c'est le moment pour Luc et moi de se séparer du groupe. C'est la première sortie de Luc et il n'est pas trés bien équipé. Donc on prend le chemin du retour, tandis que les autres continuent leur périple. Juste après avoir expliqué à Luc qu'il fallait toujours faire attention quand les conditions étaient difficiles, qu'au détour d'un virage, il se prend une bonne buche. Visiblement, pour lui rien de grave, par contre il a cassé sa patte de dérailleur. CQFD. Un petit pépin peut devenir une énorme emmerde. On dérive la chaine et on accroche le dérailleur dans le porte bidon avec du fil de fer. Et nous voila reparti. Mais pas trés longtemps car la chaine casse, elle était trop tendu. On répare à nouveau par contre on choisi l'option route pour rentrer tranquillement. Sauf que je commence à sentir le froid mordre mes doigts plus que de raison. J’avais enlevé mes gants durant la séance bricolage. Je secoue les mains dans tous les sens mais rien ni fait. Finalement arrivés devant la maison, je dis brièvement au revoir à Luc et je fonce me réchauffer les mains à l'intérieur. Il était temps je ne sentais plus mes petits doigts. La morale de cette histoire c'est que la prochaine fois il faudra mettre un peu plus d'antigel dans le bonhomme avant de partir. Et surtout ne jamais partir seul. A part ça, j'ai passé un trés grand moment de VTT et je conseille à tous ce genre de ballade. Personnellement cela  restera un souvenir impérissable. Laurent

    Suite a notre séparation après Estantens dimanche, Kevin, Sylvain et moi avons continué notre chemin pour rejoindre la foret d'Eaunes. La première grimpette avant le champ ne pu ce faire entièrement sur le vélo, pas de grippe, ornières et cailloux sur le chemin nous on désarçonnés. Une fois la foret rejointe, nous sommes redescendu par une piste créé de toute pièce par des freeriders ou enduristes, belle descente, virages relevés bosses et bien sur une belle couche de neige pour cacher tout les pièges mais personne ne tomba car nous avons joué la carte prudence. Ensuite nous sommes remontés pour retrouver le chemin principale de la foret et avant de retrouvé la sortie nous avons bien sur profité du dernier parcours bosselé qui ce trouve a l'entrée de la foret quand on vient de Eaunes. Notre retour fut par la gauche de la foret et ensuite a travers les chemins des champs en direction de la Garonne puis nous avons retrouvé la route d'Eaunes avant le Lycée d'Aragon. Dans l'ensemble nous avons résisté au froid sauf sur la fin ou nous ne sentions plus nos pieds enfin surtout Kevin et moi, Sylvain ne disant rien.
    Et voila  pour cette sortie dont je ne regrette rien, c'était très amusant et cela change vraiment même en pratiquant un circuit que nous connaissons. David

  • Sortie Rodez 29-1-2012

    Dimanche matin 06h30 Kevin et moi même sommes donc parti pour une rando sur les terres de Kevin c'est à dire en Aveyron prés de Rodez. A l'approche de Rodez nous decouvons qu'un fine pellicule de neige est tombée samedi soir et que le T° est de -1/-2°C. Arrivée à Druelle (à coté de Rodez), point de départ de la rando nous nous équipons chaudement car le thermomètre reste figé sur -1°C. A 09h00 nous voilà parti, je me laisse volontier guidé par Kévin. il me promet un parcours sur les plus beaux chemins du coin et effectivement je ne vais pas être déçu. Aprés un petit parcours sur un large chemin on attaque directement les difficultés de la journée que je résumerai par: montée, descente , montée, descente puis montée suivi dune descente puis encore une montéee etc. La bas le vrai ou le faux plat connait pas.
    La premiére montée sur un chemin glissant légèrement recouvert de neige va être difficile à digérer, il me faudra un bonne heure pour me mettre dans le rythme et encore un petit rythme. Kévin est plus à son aise et il devra m'attendre à plusieurs reprises. Nous cheminerons donc par de trés jolis chemins sur les collines du bord de l'Aveyron et cela sur environ 30 kms. A part au départ de la rendo, le froid ne se fait pas trop sentir car le parcours est exigeant physiquement et nous sommes aussi assez bien protegé du vent sur cette partie du parcours. Apres 30 kms on remonte sur le causse que nous allons partiellement traversé pour rejoindre un endroit que Kevin affectionne particuliérement. La traversée du causse se fait à decouvert et le vent d'un froid vif va nous saisir pour un bon moment. C'est un peu sous forme de glaçons que nous arrivons au deuxiéme 'spot' qui repend le forme habituelle c'est à dire montée descente etc.
    Là le terrain est particulier car la terre passe d'un rouge vif au calcaire en quelques metres et rechange aussi vite. Là quelques "single" engagées nous attendent passant toujours de cette terre rouge relativement meuble au calcaire caillouteux, bon exercice technique. A 13h30 et aprés quasiment 50 kms nous decidons de reprendre le chemin du retour qui se fera relativement facilement sous un soleil bienvenu. Au global une belle rando exigeante sur un parcours de tout beauté, merci Kévin.
    Distance totale 54 kms, temps 4h10 sur le vélo, denivellé estimé aux alentours de 1500 m.

  • La Colognaise 15-1-12

    p1070473.jpg

    De gauche à droite: Jean, Sylvain, David, Fabrice et Philippe.

    La Colognaise vu par Philippe: Belle petite rando typée XC puisque faisant 30 km et 450 m de D+ seulement, pas trop boueuse, juste ce qu'il faut pour améliorer un peu sa technique... Pas mal de chemins de campagne mais une beau single autour du lac de Saint-Cricq (je crois). Ai retrouvé Sylvain, David, Fabrice, Patrice au départ. Cyril avait du rester au lit... En même temps, il y avait une course VTT XC sur le même parcours: le vainqueur a mis 1h18..., David qui a fait la course 1h48 (belle perf hein...), le meilleur master (+ de 50 ans) 1h26!!!! etc.... et moi j'ai mis 2h20 (mais attention, j'avais ma poche à eau avec moi...). Les résultats sont sur le site du challenge de la lomagne pour ceux qui veulent. Nous avons roulé (à peu près) ensemble avec Fabrice et Sylvain, Patrice souhaitant vérifier que tout allait bien derrière. Je devais être rentré pour 13 heures donc je n'ai pas attendu Fabrice qui crampait et Sylvain qui dépannait. Je voudrais avoir leurs avis sur les deux dernières cotes juste avant l'arrivée (reste plus que 3 km qu'il disait...). Une bonne petite sortie pour se remotiver donc... Philippe

    La Colognaise vu par Patrice: Le début de saison pour les Biclous Sauvages s'est fait sur la première étape du challenge de la Lomagne, à Cologne. Sylvain, David D., Philippe, Christophe, Jean et Fabrice se sont donné rendez-vous dans cette bastide du XIIIème siècle pour le départ d'un traçé de 32 km. On craignait le froid, mais finalement, le climat fut avec nous, pas trop brumeux au départ et surtout nous n'avons pas pris d'eau à Cologne. Les 12 premiers kilomètres furent constitués de montées et descentes sur les coteaux gersois, avec leur lot de passages boueux et quelques chemins engravillonés, le tout très roulant. Après le premier ravitaillement, c'est un passage en single très agréable autour du lac de THOUX, hormis les 3 passages à gué vraiment très prononçé. Sylvain porte assistance à un vttiste en rade juste avant un passage en forêt : l'esprit biclou est bien avec nous. Puis, lors de la montée vers le village de THOUX, nous trouvons le soleil qui ne nous quittera plus. Le deuxième ravitaillement, situé en haut d'une montée qui commence à laisser des traces est vite atteint. La suite est un peu plus délicate, et chaque montée vers Cologne commence à marquer certains d'entre nous. C'est finalement sous un beau soleil que nous retrouvons Cologne et ses douves. Coté organisation, ce fut impéccable sur le circuit qui recoupait assez souvent des routes départementale. Un petit bémol sur le départ qui a été donné dans un ordre dispersé et surtout un gros point noir pour la moto d'encadrement qui a fait tomber David.
    Patrice.

    la-colognaise-2012-01-15.jpgla-colognaise-2012-01-15.zip