L'Ariégeoise 29-6-2013

photo-2.jpgQue de chose à dire de L'Ariegeoise 2013 qui nous avons bouclé avec David ce week end. La première chose c'est que l'on confirme la réputation de difficulté. J'avoue en avoir bavé comme rarement, tellement que sur la fin j'ai abandonné David à ses difficultés étant moi même en train de gérer mes propres souffrances. Mais rassurez vous on s'en est bien sorti tout les deux et j'avoue que David m'a impressionné de courage car étant moi même dans le doute quand a ma capacité de finir j'ai à un moment pensé qu'il serait repris par la voiture balai mais ce ne fut pas le cas. Pourquoi L'Ariégeoise est difficile, ce n'est pas forcêment par la distance et le dénivelé qui est tout a fait "gérable", mais par la notion de compétition c'est à dire que la pression du chrono est bien présente et pousse à être toujours à ses limites. Pour une fois je ne suis pas parti en m'en gardant sous le coude et j'ai roulé en me mettant aux limites dés le départ confiant quant à ma capacité de tenir sur la distance. David étant toujours plus rapide que moi au départ il sera devant moi sur la majeure partie du parcours, m'attendant bien sagement au sommet des cols. 8H, les fous sont lâchés, sur les 3 premiers kilomètres on se fait pas mal doubler mais on accroche un groupe de coureurs qui nous tractera à plus de 45 km/h sur les faux plats descendants avant d'attaquer les premiers cols. Sur le premier gros dénivelé je monterai à un bon rythme accompagné d'un anglais fort sympathique. Au sommet David est là et nous attaquons la descente très pentue et étroite. Dans la descente il y aura plein de crevaison + une chute mais très prudent j'échappe a tout cas et nous voila au premier ravito. De là le deuxième gros dénivelé de la journée que je ferai cette fois en grande partie avec un Australien. Arrivé a l'étang de l'Hers on bifurque vers le Col d'Agnes et la je commence à faiblir, je sens que la journée sera plus dure que prévu. Au sommet David est là et nous plongeons vers Aulus les Bains. A peine 2 coups de pédales et on remonte sur le col de Latrape. Là je coince et je suis obligé de me faire violence pour remettre la machine en marche, je me gave de barres energétique mais je passe le col bien attaqué sur le plan moral car le connais très bien la suite du parcours soit 40 kms de vallée à descendre mais aussi à remonter ce qui peut faire pas mal de dégâts. Avec David on accroche un premiers groupe puis un deuxième, la situation est favorable, je me cale en fin de groupe roulant le plus à l'abri possible pour tenter de me refaire une santé. Le rythme me convient et Je profite pour m'alimenter un maximum car je sais maintenant que je vais avoir de vrais difficultés pour la dernière montée. En pleine remontée de la vallée, alors que le groupe roule à 24km/h, David s'en extrait pour filer plein gaz. On ne le fera plus avant le ravito. Soit David est très fort et c'est super soit c'est un coup de folie passagère, connaissant David je penche pour la deuxième solution. Au Ravito je continue de me charger en energie, je prends mes gels (ce que je ne fais jamais) et je pense que c'est cela qui me sauvera de la déroute car dés les premières pentes du dernier col je sens un regain de force mais petit à petit je décline , je me fait largué par la plupart des personnes qui nous accompagnaient et mes jambes ne sont que douleurs. j'ai encore de l'énergie mais les jambes ne répondent plus aux sollicitations elles me permettent juste de rouler à une vitesse pour tenir l'équilibre. Devant je vois David qui s'arrête ce qu'il ne faut absolument pas que je fasses car sinon je ne repars plus. Je laisse David sur place et continue cahin caha jusqu'au sommet. La haut il fait froid et je suis persuadé que David ne finira pas donc je file sur l'arrivée. C'est finalement mal connaître David qui se remettra en marche et après une halte chez le médecin, qui diagnostiquera une élongation, finira au courage le parcours. J'ai vécu l'Ariegioise comme une vrai expérience car ne me mettant pas, comme à mon habitude, au rythme diesel j'ai pu constaté de la difficulté de tenir un rythme soutenu sur le long terme, y a du boulot. Au final 163kms, 3600m de D+ en 08h14 de roulage soit 19.8 de moyenne. Je ne connais pas encore le classement mais on doit être bien au fond.

Sylvain

 

Ariégioise

Commentaires (6)

1. davidprevost 30/06/2013

Comme d'hab le résumé de Sylvain est parfait. Il est vrai que j´ai été en forme pendant 140 km et que peut être cette accélération avant le dernier col m'a coûté cher mais en même temps quand on ce sent bien je crois qu'il faut profité de ces moment là. Le dernier col à été très dur, non seulement je n'avais plus de jus mais en plus je me suis fait diagnostiqué une élongation, je vais suivre les conseils du doc maintenant et me reposé même si mais jambes vont bien ce dimanche mon cul par contre est en compote.
Maintenant je voudrai quand même préciser que nous aurons parcouru en tout 185 km et il fallait que nous retrouvions la voiture.vous me dirai on n'est plus à 20 km prêt et bien ci, surtout après une telle course.

2. patrice 30/06/2013

Un grand bravo à tous les deux, là c'est du sérieux et vous l'avez géré comme des Dieux. Penser à bien récupérer et à vous soigner. Encore Bravo

3. sylvain 30/06/2013

Ça y est on connais le classement de l’Ariégeoise
Mon temps officiel est de 08h 36mn 07 s je suis 649 ieme et 161 ieme de ma catégorie (50 / 60 ans).

4. davidprevost 01/07/2013

Mon classement est:
680 au scratch, 254eme de ma categorie (40/50 ans) en 8h55mn44.9s.

5. olivier 02/07/2013

salut les deux champions
bravo a vous deux car je pense qu'il fallait beaucoup de courage pour refaire une 2éme fois la montée a l'étangs de Lers.
Moi j'ai fait la Montagnole et c'etait déjà tres bien pour moi.
Arrivé a MASSAT j'ai eu un petit problème mecanique du jamais vu pour moi.J'ai presque perdu mes 2 plateaux. Ils etaient maintenu que un vis branlante sur 5.
bien sur les mecanos cycliste de la cource n'avaient plus rien pour reparer ce genre d'avarie.
Donc direction l'artillerie lourde le mecano auto au bout d'1 demie heure il me trouve 2 vis de grOs diamètre a fixer (clef de 17 qu'en même)au moins 50 fois le poids de mes 4 petites vis laissé en chemin.Mais ds ces moments la on se moque bien du sur poids du materiel.
merci encore a ce mecano super sympa.
si non le parcours etait super.decouverte de petits villages manifique.

A REFAIRE. avis aux amateurs

6. philippe 03/07/2013

Bonsoir,
Bravo à tous les deux. J'en ai mal au derrière rien que d'y penser!! Et en plus, David, avec des vraies lunettes de kakou de pilote de guidon tordu!!!
A++
Philippe

Vous devez être connecté pour poster un commentaire