La Bête Noire 30-3-2013

wp-001467.jpgDe gauche à droite: Jean-Pierre, Eric, Philippe, Frédo, Christophe, Sylvain et vautrés sur le table Richard et Cyril.

Cette année encore VTT MURET avait engagé deux équipes au départ de la Bête Noire, édition 2013. Il y avait bien sûr les Biclous Sauvages et les Enduristes Sauvages, respectivement N°10 et 11. Sur place, David et moi, nous arrivons les premiers et on s'affaire a tendre une bâche entre des arbres au dessus d'une table de piquenique. Petit à petit les différents belligérants arrivent au compte goutte. La tribu s'étoffe au fur et à mesure autour d'un casse croute. Tous les gars ont le sourire mais l'ambiance est nerveuse. Il faut dire que la météo prévue est mauvaise. Et en venant tout le monde s'est cogné une terrible averse sous des nuages plus sombres que la nuit. 19h, il faut aller chercher les road books. Qu'est ce que nous a prévu l'organisation cette année? On a la pression parce que cela fait trois années consécutives que les Biclous Sauvages finissent premiers de l'épreuve. D'autant plus que les organisateurs nous avaient promis un handicap pour la prochaine édition. Ca y est, on a les road books, ils ont l'air pas trop tordus pour une fois. Mais il faut percevoir 2 touillettes à café qu'il faut calibrer soit même à 110.5mm avec une lime à ongle. D'autre indices traine sur la table, des spaghettis, des sachets de sucre, des œufs en chocolats. Tout pour nous embrouiller. Les gars à l'accueil jubilent en voyant tout ce petit monde en train de se prendre la tête pour 0,1 mm sur la longueur d'une touillette avec un pied à coulisse. Ca donne l'ambiance. Et puis arrive enfin la pluie. Humide et pénétrante, bref la pluie. Tout le monde se réfugie sous notre tente de fortune et rends grâce à notre esprit d'initiative. Le glas du départ se rapproche mais la pluie et le vent ne cessent de nous assaillir. On décide de se mettre un coup de pied au fesses pour affronter les éléments et la ligne de départ. C'est à cet instant que les dieux du VTT écartent avec leurs bras musclés les nuages ténébreux et la pluie cessa brusquement. L'équipe se ressouda avant de s'engager dans l'ultime combat qu'est la Bête Noire. En effet, il nous faudra affronter pèle mêle le vent, le froid, l'humidité, le road book à la con, les questions piégeuses et les indices foireux. Le quinté+ de l'effroi et de la terreur. Sans compter les bêtes féroces et immondes qui nous attendent peut être à chaque détour de sentiers. Bref vous l'aurez compris, on est prêt pour en chier... Et ben finalement ça s'est bien passé. Mis à part le fait que Christophe a fait piscine. On a peu jardiné mais pas trop non plus. Les deux équipes sont arrivées quasiment en même temps. Il semblerait que les Biclous aient plus merdé sur la récolte des indices. Et tout le monde est contant d'être arrivé sans trop d'encombre. Le hotdog bien chaud participe de ce fait à cette bonne ambiance générale. On file vite se changer car nous sommes tous trempe de la tête aux pieds. En rentrant avec la voiture avec le chauffage à fond, je ne cesse de me rappeler notamment les nombreux passages dans les chemins transformés en ruisseaux avec de l'eau jusqu'aux genoux, où tout le monde se dit: faut pas s'arrêter, faut pas s'arrêter,... Du bonheur je vous dis!

Laurent

Buzet

Commentaires

  • cyril
    • 1. cyril Le 01/04/2013
    100% inoubliable cette bête noire 2013...avec chemin ou plutot ce ruisseau devrais-je dire a suivre sur quelques centaines de mêtres...23km de pur bonheur a patoger sur plusieurs km et de plus en finissant avec 0% de frein arrieres et environ 30% de frein avants sur les 10 derniers km, je me suis vu ne pas m'arreter quelques fois...
    Vivement les résultats de cette bête noire "edition patogeoire"...pour peut-être détronner nos biclous

Vous devez être connecté pour poster un commentaire