La Granit Montana 15-6-2014

Profil granit montana

La Granit Montana mais Késako?
Contrairement à ce que son nom laisse évoquer ce n'est pas situé au US mais bien France puisque un peu au nord de Limoges (A coté du lac de saint Pardoux). C'est tout d'abord une course VTT et non une rando ce qui a pour conséquence d'avoir une barrière horaire, qui je pense à éliminer pas mal de candidat (j'en reparlerai). La version "ultimate" auquel Frank et moi même étions inscrit fait 73 kms pour environ 3200m de D+ (3170 mesuré pour 3000 annoncé). Le parcours se situe quasi toujours en forêt ou en sous bois dont l'altitude varie entre 450 et 700 m. Le parcours emprunte beaucoup de single principalement en terre mais avec plusieurs passages sur ou entre des cailloux de granit d'où le nom. Vu sous cet angle cela n'a rien d'exceptionnel ni de vraiment impressionnant sauf que cette course a la réputation d'être très difficile physiquement et techniquement et c'est justement cette réputation qui nous a attiré. Cette réputation est elle usurpée? Techniquement un peu sauf si on décide de tout faire sur le vélo mais si comme moi on passe à pied les quelques endroits vraiment chaud (c'est certes peu glorieux mais terriblement efficace) les 95% restant sont faisable sur le vélo. C'est généralement pentu avec des marches plus au moins hautes mais elles passent bien pour peu que ce genre d'obstacle ne rebute pas. Techniquement j'ai donc été plutôt serein et j'y ai même pris pas mal de plaisir, j'ai bien moins souffert qu'au raid de chapelles qui pour moi est le summum de la difficulté technique. Par contre physiquement alors là pas d'usurpation c'est vraiment dur car les pentes sont toujours raides et nécessite d'envoyer chaque fois la patate sinon on finit à pied. Le type de terrain participe également à cette difficulté car on a constamment l'impression que la roue est scotchée au sol, je me suis même arrêter pour contrôler que mes freins ne gênaient pas la rotation des roues tellement y semble que l'énergie que tu mets pour avancer s'évanoui dans les pneus. Dés qu'une montée se présente soit environ tous les 2 kms c'est d'office tout à gauche et tu appuie à fond pour atteindre les 4, 5 voir 6 km/h dans les bons moments et si tu arrives à attendre les 8 km/h alors là c'est carrément la fête. Par contre tout est également montable sur le vélo à part 1ou 2 raidillons. Donc physiquement c'est très usant voir un peu répétitif ce qui peut amener une certaine lassitude morale. Sinon question organisation c'est super pro, 5 ravitos vraiment bien fourni des gens et une ambiance sympa et même un peu de public pour te voir te fracasser ou en baver mais cela fait plaisir et rebooste le moral de se faire applaudir. Le tout pour 25€ avec un t-shirt + un repas copieux a l'arrivée cela me semble tout à fait raisonnable. Le départ d'environ 250 candidats au 73 kms se fera en paquet à 08h35. Comme à mon habitude je part plutôt en fin de peloton, Frank part également plutôt cool et à part un petit bouchon au premier km je ne serai plus ensuite gêné par d'autres candidat je roulerai même majoritairement seul méditant sur ce qui me pousse à me lancer dans ce genre d'évènement sans réellement trouver de réponse. Me voilà donc parti et sans être sur la réserve je tente de temporiser un peu car je sens bien que la journée va être très difficile et mon seul but et de finir. Frank plus rapide est parti devant et je ne pense pas le revoir. Je suis donc mon bonhomme de chemin enchaînant les montées et les descentes sans vraiment me soucier du temps, Le premier ravito passé c'est vers les 30 kms que je regarde l'heure et là c'est la stupéfaction il est 11h50 cela fait 03h20 que je roule sans vraiment me ménager et j'ai a peine fait 30 kms. Mon impression d'être scotché sur le chemin et plus qu'une réalité je suis une vrai limace. La porte horaire ferme à 13h05 et j'ai encore 10 bornes pour l'attendre et a ce rythme c'est pas sur que cela passe. Je bascule un peu en mode panique et je tente vainement d'accélérer. Au km 32 le 2ème ravito se présente et là surprise Frank semble m'attendre cela n'est pas normal. Effectivement Frank est mal en point, il a pris un gel (ce qu'il ne fait jamais) et cela lui a détruit l'estomac il est out et ne repartira pas. Malheureusement à cet instant je suis obsédé par le passage de la barrière horaire, ma crainte est de me faire sortir pour quelques minutes ce qui me mettrai vraiment les boules et je n'ai pas vraiment d'attention pour Frank qui aurait mérité quelques mots de réconfort. Je ne traîne pas au ravito pour repartir plein gaz car maintenant plus question d'économie mais le terrain est toujours aussi difficile et les kilomètres n'avancent pas par contre le temps lui file. La pression monte mais tout à coup je débouche sur un croisement et là je suis sauvé, la porte est enfin a portée de roue et je la passe avec 10 nm de gras en manifestant une joie qui a bien fait rire les organisateurs. Mon premier défi est atteint reste maintenant à finir le circuit car le plus dur est encore à venir. C'est un peu euphorique que j arrive aux 50 kms point culminant du parcours. Au ravito un gars plutôt jovial m'annonce que les vrai difficultés commencent maintenant, je ne comprends pas vraiment ce qu'il veut dire mais le terrain va vite me le faire comprendre. Cela commence par une descente soit disant type DH qui, à part le début dans un pierrier infâme, ne me posera pas vraiment de pb mais à partir de là toute les descentes seront encore plus pentues qu'auparavant mais surtout les remontées vont être aussi un peu plus longues avec l'impression de ne jamais finir. Effectivement le plus dur est pour la fin. Entre 50 et 60 kms la pêche baisse et les crampes arrivent, je paie cash l'effort pour passer la barrière horaire. Mais curieusement je suis serein car je sens en mon for intérieur que j'ai assez d'énergie pour finir et que celle ci va revenir il ne faut juste un peu de répit pour remettre la machine en marche et bingo je touche le pactole car la pèche revient, sans excès juste ce qu'il faut pour remettre les jambes dans le rythme, les crampes disparaissent et le moteur se remet en route pour ne plus fléchir. Honnêtement c'est la première fois que j'ai le sentiment de contrôler à ce point ma dépense énergétique j'ai eu des hauts et des bas mais jamais de doute sur le fait que j'irai au bout (une fois la barrière franchie). Je suis l'Arpagon du VTT je dépense l'énergie avec parcimonie tout le contraire d'une meute de biclous qui eux partent généralement plein gaz et peu importe le temps que cela durera. La devise doit en être "vaut mieux un feu d'artifice bref qun long petard mouillé". Au final je termine 131 sur 146 finihers (il y a eu plus de 100 abandons) en 08h45 soit 08h10 ce roulage à la vitesse phénoménale de 9.0km/h de moyenne. Je suis le premier Biclous à m'inscrire au tableau de la Granit Montana j'espère ne pas être le dernier.
Sylvain

Saint Sylvestre

Commentaires (4)

1. olivier 17/06/2014

salut sylvain et surtout bravo.
Avec un tel recit on a qu'une envie c'est de s'inscrire l'année prochaine.
A Bientôt

2. frank 18/06/2014

Un petit complement au Cr de sylvain
Organisation parfaite, terrain un peu repetitif, tu as l impression de tourner toujours au meme endroit et bagage technique dans la moyenne haute.
J ai accumule les aneries sur cette course mais a y retourner je crois que je choisirais le 55 a bon rythme plutot que subir le 72 vu l etat de syvain a l arrivée

3. herve 18/06/2014

[b][/b]Bravo Frank & Sylvain impressionnante épreuve et franchement faut oser se lancer ce défi....
Faut dire que vous en + du bike entre les jambes vous avez aussi une grosse paire de "c "
Sportivement .H.

4. olivierd 20/06/2014

Bravo à vous deux
effectivement un sacré raid , Sylvain est chaud comme la braise ,plus rien ne l'arrete, il va falloir qu'il m'attende au raid des 3 vallées sinon , on aura des pénalités
Frank si je ne suis pas d'astreinte l'année prochaine, ce sera mon defi 2015

Vous devez être connecté pour poster un commentaire