Sur les crêtes de Conilhac 2018-5-20

20180520 114758Je suis le seul Biclou Sauvage au rendez-vous de cette 19eme édition de « Sur les crêtes de Conilhac ». Et c’est bien dommage car ils ont raté un superbe parcours. En effet, le départ se fait un peu comme à l’accoutumé par la route qui monte vers le col. En haut, on attaque par des singles, puis à nouveau des singles, encore et encore des singles. Comme chaque année, le club Vtt Sabatiera se décarcasse pour ouvrir de nouveaux passages. Je prends un pied d’enfer. On roule sur le flanc du plateau côté ouest. Ça monte, ça descend, ça tourne à droite, ça tourne à gauche. La végétation en fleur est au taquet. Les odeurs m’envahissent les naseaux. Avec le soleil, la lumière locale fini par combler tous mes sens. C’est le top. 100% single. La première partie du parcours se termine au ravito dans le village. Ça facilite l’organisation. Les saucisses grillées vous accueillent à bras ouverts. Cela me requinque un peu car les singles joueurs c’est super mais aussi très énergivore. Je discute avec quelqu’un de l’organisation et je le félicite pour la qualité du circuit. Il est content mais se plaint un peu du manque d’affluence. Pour équilibrer le bilan de l’organisation, il faut arriver à 500 participants. Et cette année, comme l’année dernière, il y a seulement 400 participants. Il me dit que c’est peut-être la dernière année. Ils vont certainement faire la 20eme, et après… Ils ont du mal à mobiliser des bénévoles pour si peu. Je me dis que ce n’est pas possible. Une rando aussi terrible que celle-là puisse disparaitre un jour. Non ! Et repartant sur la deuxième partie du parcours, je continue de penser à cette histoire. Finalement le constat est simple. Nous utilisons tous des traces plus ou moins intéressantes sur internet. Et moi le premier. Mais nous oublions l’essentiel. Ces clubs locaux qui se battent pour ouvrir, baliser et mettre en valeur leur territoire, ils le font en partie pour attirer toujours un peu plus de monde à leur randos organisées. Le jour où ces clubs disparaitront, où les forces vives en auront assez d’entretenir, de débroussailler, de baliser… Il nous restera quoi ? À long terme, des traces sur internet de parcours complètement fermés par la broussaille. Et plus de nouveaux parcours. Nous tournerons tous sur les mêmes circuits en boucle. Un peu comme à Bouconne. Fini les nouveautés. Terminer les « petits raccourcis » qui rallongent. :) C’est certainement pessimiste mais il y a du vrai dans tout cela. Alors n’hésitez pas à faire une bonne action et perpétuer la vie des clubs en participant à leurs randos. En tous cas, je ne regrette surtout pas d’être venu à Conilhac-Corbières. La deuxième partie est tout aussi intéressante. Je fini sur les rotules mais avec une banane extra. Tout le monde est ravi. À l’arrivée, les saucisses grillées sont sur la table. Les gobelets de bière sont pleins. Partout sur les visages des sourires. Que demander de plus. Vive Vtt Sabatiera. Vive Sur les crêtes de Conilhac.
39km – 661m

 

Conilhac Corbières

Commentaires (1)

1. sylvain 21/05/2018

Conilhac est effectivement un très belle rando et se serai effectivement dommage qu'elle disparaisse.Ceci dit je me permets 2 remarques:
1) Une rando doit elle grossir en permanence? Tout le monde ne deviendra pas le roc d'azur.
2) Regretter le "manque (400 quand même)" de participants c'est bien, s'interroger sur le désintérêt de certain (comme moi) pour ce genre de manifestation pourrai aider.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire