Les Randos 2018

Sortie Biclou Droit (et cintré)14 janvier 2018

20180114 152426

Comme je n’avais pas roulé, en montant, depuis plusieurs semaines et que j’ai plein de truc à me faire pardonner à l’issue de la période fêtes que nous venons de traverser, je m’étais juré de faire une sortie VTT ce WE pour faire tourner les jambes. Je comptais donc sur la sortie découverte prévue lors de l’assemblée générale ce dimanche à La Clape, mais voilà, la météo en a décidé autrement.

J’ai bien fait 20 km en famille samedi dont 10 km dans la boue, mais c’était plat et je restais donc un peu sur ma fin.

J’avais donc prévu de rouler ce dimanche après midi si la météo n’était pas trop mauvaise. J’ai même cru un moment avoir trouvé un biclou pour m’accompagner en la personne d’Antonio (dit « L’Ibère  rude »), mais finalement non, il avait des invités à la maison.

Donc, comme j’étais seul, que j’en avais marre de passer 1 heure à nettoyer mon vélo après chaque sortie et que j’avais déjà donné question nettoyage ce WE et comme, d’autre part, il paraît que la route c’est super, j’ai décidé d’aller faire de la route justement… Si, si ! Moi, Marc, de la route ! J’entends déjà les réflexions moqueuses ! Et après on dira que je manque d'ouverture d'esprit!

Une sortie route donc. Mais en VTT. Tout suspendu. All Mountain. De 13,5 kg. Avec des pneus à gros crampons. En 2,40. Sous gonflés.

Me voila donc parti vers Montaut via Estantens, Saint Amans, Ribonnet et La Bâche. Aller et retour. Sur la route. Rien que la route. Du goudron, du goudron, du goudron, pas un gramme de terre. J’ai fait bien attention à ne pas rouler sur la boue laissée par nos amis agriculteurs à la sortie des champs pour que mon expérience « route » soit la plus rigoureuse possible. J’ai même hésité à prendre la piste cyclable avenue des Pyrénées... Finalement, je l’ai prise, je sais pas si j’ai bon.

Eh bien devinez quoi ? Hein ? Eh bien,… je n’ai pas aimé du tout. A part pédaler (même si c’était un peu l’objectif quand même), il n’y a rien à faire. Pas de cailloux, pas d’ornières, pas de racines, pas de marches, pas d’arbre qui traverse la route, rien, que dalle… Si, y’a des voitures (beurk).

J’ai eu trop chaud en montée, comme d’hab en montée me direz vous, mais aussi très froid en descente alors que je viens de me taper 60 km de descente avec 4400 m de D- dans la boue à la Réunion et que je n’ai pas eu froid deux secondes… Non, franchement, la route c’est pas mon truc. En plus, c’est bientôt limité à 80 km : en montée ça devrait aller mais en descente, ça va être pénible.

Donc au final 37 km et 588 m de D+ en 2h03.

La Réunion Vacances Noël 2017/2018

La reunion descente maido 1 03

Comme je n'avais pas envie de rouler dans la boue murétaine pour ces vacances de Noël, j'avais décidé de m'exporter dans l'autre hémisphère pour tester la boue réunionnaise.

Eh oui, à Noël à La Réunion c'est l'été et il fait chaud, mais c'est aussi le début de la saison des pluies, et donc il pleut, souvent et beaucoup. 

Comme c'était les vacances et que j'avais pas trop envie de me fatiguer,  j’avais également opté pour la version « descente » uniquement.

J'ai donc testé pour vous deux descentes organisées par deux sociétés locales différentes. L'une comme l'autre propose des descentes organisées avec 3 niveaux de difficulté : facile, difficile et Expert. Je n'ai malheureusement pas pu tester le niveau expert par manque de créneau disponible mais avec l'humidité ambiante, le niveau intermédiaire m'a déjà posé quelques problèmes comme vous pourrez le lire plus loin.

Au programme donc :

  • Montée en minibus jusqu'au Piton Maïdo (2200m, panorama imprenable sur le cirque de Mafate et la côte Ouest de l’île : voir photo ci-dessous)
  • Descente en VTT jusqu'à la côte (environ 30 km et 2200 de D- donc)
  • Les VTT : chez l’un comme chez l’autre des Commencal Free ride 26’’ avec des grosses suspates des gros disques très bien adaptés à la descente et très faciles à prendre en main. 18 kg quand même et un développement qui fait souffrir à la moindre montée.
  • Les protections : veste intégrale (dorsale, plastron, épaules, coudières, avant bras), casque intégral, gants longs et genouillères avec protège tibia.

Première descente le vendredi 29 décembre : il a plu la veille mais il fait beau. C’est gérable.

Deuxième descente mercredi 3 janvier : il a beaucoup plu les jours précédents et le haut du parcours est dans les nuages et la pluie. La descente ressemble beaucoup à la première mais avec quelques variantes dans les chemins empruntés. C’est moins gérable.

- 1ère partie sur la roche volcanique : pas de difficulté majeure mais ça tabasse et la chute est fortement déconseillée vu la nature très, très agressive du sol. Il faut d’ailleurs y aller mollo  pour ne pas exploser les pneumatiques

- 2ème partie : forêt de Tamarins des Hauts, arbres très beaux et endémiques de La Réunion avec pleins de chouettes racines que la pluie a rendues bien glissantes.  C’est aussi là que je fais connaissance avec la « terre miroir » : il s’agit de zones de terre très tassée, très dure et polie par le ruissellement de l’eau : le verglas local. Dès que tu poses un pneu ou un pied dessus, tu glisses (voir chutes sur vidéos : https://youtu.be/ms1P5tv3eCk). D’après nos accompagnateurs, on peut rouler dessus sans tomber mais moi je n’ai pas encore trouvé le mode d’emploi…

3ème partie : forêt de Cryptoméria (le sapin créole) : lors de la première descente on la traversera par la piste mais pour la deuxième on aura droit à un petit single avec encore plus de racines, de pente, de dévers, de marches, etc… Sur le sec, ça doit être du bonheur, mais là j’avoue avoir posé le pied à plusieurs reprises.

4ème partie : la piste pour traverser la zone de prairie (où l’on peut rencontrer quelques vaches au détour d’un virage)

5ème partie : les pistes/singles dans les champs de canne à sucre. C’est beaucoup moins technique, même si la terre miroir est toujours présente par endroits, mais ça va plus vite et c’est sympa aussi.

6ème et dernière partie : « la savane » : zone beaucoup plus sèche en bord d’océan. Du single caillouteux sans grosse difficulté, sauf quand, comme moi, on ne se rappelle pas les VTT Freeride sont bas de pédale (une chute violente que je n’ai malheureusement pas filmée mais qui m’a valu un bobo sur l’avant bras droit malgré les protections).

En bref, des paysages exceptionnels et un terrain de jeu du même acabit qui gagnerait à être pratiqué sur le sec, des compagnons de jeu sympathiques et des accompagnateurs tout aussi sympathiques et de plus très compétents. Ce n’était donc pas si mal…

Au final et au total en gros deux fois 30 km pour deux fois 2200 de D-.

20180101 102157

Sortie Biclous Tordus 13 janvier 2018.

Img 3895 1Img 3894 1

Je reprend donc ma plume, ou plutôt, mon clavier et mes habitudes de rédacteur de CR sur notre site pour cette nouvelle année.

Tout d'abord, une très bonne année, à tous nos lecteurs et à mes amis Biclous.

Donc, en ce début 2018, une sortie découverte était prévue demain du côté de l'Aude mais le temps prévu en a douché plus d'un.
Sur cela, JulienF, le Sudestien du groupe, propose de sortir en route, Marc, comme d'habitude, n'en veux pas ;-), Sylvain ne peux pas, Hervé, qui est malade, se propose d'en être le guide et moi je me joint à eux.
Rdv est donné au jet d'eau, sous la statue de notre Maréchal Niel de Muretain. Départ direction Ox, Saint-Hilaire, pas loin de Lavernose Lacase, Berat, Gratens, les kilomètres s'enchainent sur un bon rythme et la maladie d'Hervé n'a pas l'air de le ralentir, JulienF quand a lui veux apprendre la route (c'est un spécialiste du VTT) et fait mieux que bien. Gratens donc, mes jambes commencent à être douloureuses, heureusement j'ai de la famille à Marignac et je me dis que cela serait une halte salutaire pour mes cuissots, mais malheureusement personne....Nous repartons donc direction Laffite-Vigordane, puis Carbone où voulant resté au contact de Hervé sur un pont je me "grille" définitvement les cuissots, le reste du parcours sera très long pour moi, Longages, Mauzac, Le Fauga, Muret. Là, normalement mes compagnons sont chez eux, mais ils ne me laissent pas tomber, comme tout bon Biclous Sauvages, et nous voilà attaquant la montée vers Eaunes, ils me quittent enfin pour retourner dans leurs pénates via Brioude juste à l'entrée de ma commune. Un grand merci à eux.
Donc cela à fait pour moi : 74,7 kms pour 346 de D+ en 3H07.

Img 3892 1

Lire la suite