NAJAC 21/10/2018

20181021 120850

Cela faisait déjà un petit moment que notre bien aimé et vénéré président Sylvain 1er avait émis la merveilleuse idée d’aller rouler dans l’Aveyron du côté de Najac. Non seulement pré-convaincu par l’insondable sagesse de notre guide suprême mais aussi empreint d’une inextinguible curiosité pour de nouveaux horizons, je me laissai donc facilement séduire par cette proposition.

Direction donc Verfeil dans le Tarn et Garonne… Eh oui, les routes du bonheur sont parfois tortueuses.

Le brouillard que nous rencontrons sur la route se dissipe petit à petit au fur et à mesure que nous nous rapprochons de notre destination et nous arrivons à Verfeil sous un ciel gris mais qui ne demande qu’à laisser bientôt passer les rayons du soleil.

 Départ à 9h10 et nous entamons assez rapidement la première montée qui s’avère raide et caillouteuse, ce qui, ajouté au manque d’adhérence lié à l’humidité inhérente à ce petit matin d’octobre, nous amène à poser plusieurs fois pied à terre et à pousser le vélo. Ce genre d’épisode se renouvellera  ici et là durant la rando, humidité ou pas d’ailleurs.

Le rando se poursuit par une alternance de quelques passages sur la route, de chemins assez larges mais aussi de pas mal singles en montée ou en en descente avec de la caillasse (sur ou sous les feuilles) et de bonnes ornières piégeuses. Il y aura quelques passages plus engagés mais rien d’infaisable même si nous poserons le pied sur une marche suivie d’une ornière qui ne nous inspirera pas confiance. Les sous-bois et les paysages sont magnifiques.

Au milieu de la troisième montée, nous passons par Najac, très beau village, que Sylvain insistera pour visiter, se faisant soudain le porte drapeau du VTT touristico-historique (voir photos), malgré nos montures malodorantes suite au roulage dans des matières peu recommandables et la présence de nombreux touristes pédestres qui ne se formaliseront par de notre présence cycliste pour autant, comme quoi, la tolérance ça existe et c’est très bien.

A noter une erreur de guidage (mea culpa) qui nous vaudra une montée à pied sur les flancs abrupts et glissants d’un pont ferroviaire en contre bas de Najac, alors que le chemin nous aurait permis de monter tranquillement un peu plus loin…

Au final 45 km et 1550 de D+.

20181021 123650

 
Commentaires (1)

1. sylvain 22/10/2018

Je vois que Marc est un adepte de la devise: flagorner, flagorner il en restera toujours quelque chose.
Après le VTT montagne voici le VTT tourisme ce qui a son charme également. Parcours sympathique sans être inoubliable, des montées bien (trop) pêchues qui nous ont fait mettre plusieurs fois le genou à terre et quelques belles descentes ou il fallait rester concentré pour ne pas partir à la faute. Sinon Najac un super joli village entouré de forêts ce qui m'a donné envie de flâner.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire