Rando Eaunes 4 mars 2018

20180304 103844

Voir Seysses et mourir !

 Cela faisait bien longtemps que cette expression bien connue me taraudait et que je voulais en avoir le cœur net. Et ça tombait bien vu qu’il n’était pas question de mettre le cap à l’Est ce WE pour aller chercher les cailloux vu les intempéries de la semaine passée, et que la volonté de roulage local était essentiellement concentrée sur Seysses, représentée par non moins de trois biclous seyssois (Olivier T, Eric V et Christophe W) ainsi qu’un compagnon habituel de leurs virées (Gilbert, de Seysses aussi !).

Je sautai donc sur l’occasion ainsi que sur mon fidèle destrier pour rejoindre tout ce beau monde chez Olivier, à Seysses donc, en ce dimanche matin…par la route étrangement.

Je vis Seysses donc, et décidai finalement de ne pas mourir tout de suite. Le trajet de retour sur Muret, par quelques bords de champs, ne me laissa pas un souvenir impérissable non plus, si ce n’est par la convivialité habituelle de mes compagnons de route… ou de bord de champ en l’occurrence.

Arrivés au lycée Aragon, nous récupérons Christophe, qui, pour ne pas faire comme tout le monde, ne nous a pas rejoints chez Olivier et est venu de Seysses tout seul. Mais pas que Christophe, puisque nous avons également le plaisir d’y retrouver une vététiste, qui nous a contactés par Facebook pour venir tester l’esprit Biclou. Une vététiste, oui (vous avez bien lu), prénommée Claire. Evénement suffisamment exceptionnel pour le faire remarquer, tant la gente féminine est rare en nos rangs.

Voila donc notre petite troupe partie sur les bords de Garonne direction Estantens. Le terrain est gras bien sûr, mais je m’attendais à bien pire et l’adhérence reste correcte. Les amas inhabituels de sable sur les sentiers les plus proches de la Garonne nous rappellent cependant qu’il fallait des palmes et un tuba pour les emprunter il n’y a pas si longtemps que ça (demandez à Ghislain).

Incident notable, à peine quittés les bords de Garonne pour entamer la remontée, qu’Eric, pris d’un accès d’agressivité aussi soudain qu’incompréhensible, profite d’un raidillon pour se jeter sur Gilbert, le déstabilisant et l’envoyant ainsi percuter son guidon avec sa lèvre supérieure qui protestera rapidement contre cet attentat par un saignement abondant et bien compréhensif. Gilbert, qui a su garder toute sa lucidité malgré la sauvagerie de l’attaque dont il vient d’être victime, décide alors de déposer une main courante à la gendarmerie dès qu’il sera de retour à Seysses.

Passées les quelques minutes qui nous permettrons de nous remettre de cet incident, nous remontons par la Tuilerie et là encore je suis surpris par le terrain puisque que l’adhérence est toujours correcte et que ça ne dérape même pas… C’est quoi cette arnaque avec tout ce qu’il est tombé ???

Passage par la table d’orientation, photo, puis nous plongeons enfin dans la forêt. Toujours le même constat, on sent bien qu’il a plu quelque peu, mais les quelques derniers jours d’accalmie ont permis au terrain d’absorber le surplus d’eau et l’adhérence est toujours bonne même si le rendement souffre un poil de la mollesse du terrain.

Nous débutons nos tours et détours habituels et nous sommes rapidement rejoints par la tornade ibérique, alias Antonio, qui est parti depuis 5h30 du mat et a déjà fait 145 km et 3200 de D+. Il daigne cependant ralentir son rythme et nous accompagner pour le reste de la rando. Montées et descentes se succèdent alors jusqu’à ce que nous convenions de mettre un terme à notre sortie et de rejoindre Muret par les crêtes.

Bravo à Claire qui a vaillamment pédalé jusqu’au bout et tout en gardant le sourire ce qui ne gâche rien! Gageons que cet essai l’aura convaincue et qu’elle renouvellera l’expérience bientôt.

Au final, un rando sympa dans l’ambiance biclous avec pour ma part 46 km (dont 18 d’aller retour à Seysses) et 480m de D+.

PS : Nous vous communiquerons des nouvelles d’Eric dès que la maison d’arrêt de Seysses sera en mesure de nous en donner.

20180304 125010

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire