Les Randos 2019

Sortie Vicdessos du 13 octobre 2019

Pla du montcamp 2 jpg

Au départ 4 Biclous (Olivier M, Jérôme, Marc et moi) pour une sortie montagne à Goulier. Après analyse de la trace prévue je la trouve un peu pâlichonne (26km et 1200m de D+). J'en prépare finalement une autre plus musclée. Je pose donc la question dans la voiture pour savoir sur laquelle on part et comme par hasard c'est la version longue qui l'emporte. Faut dire que j'ai pas été très clair sur le dénivelé car en fait j'en sais rien car la trace a merdé sur les altitudes. Arrivé à Vicdessos alors que nous nous préparons on fait la connaissance d'un VTTiste qui semble bien seul. Allez hop il embarque avec nous, plus il y a de fou et moins il y a de riz (dixit Coluche). Nous voila partis et tellement motivés par la journée à venir, car la météo est excellente, que je prends la trace à l'envers. C'est pas grave car on la récupère par une belle portion de route qui nous emmène à Illier charmant petit village en cul de sac. De là on a pris le chemin fort agréable (et pentu) que nous avions déjà pris lors de notre sortie à Niaux. La descente avec ses épingles est toujours aussi sympa. Une fois en bas on traverse le ruisseau de Vicdessos pour se faire la montée au col de Sasc d'abord pour des chemins forestiers très énergivores puis par une large piste nettement plus facile à gérer. Nous voilà donc parti pour quelques heures de montée soit environ 1200m d'une traite. Je vous passe le mal au dos de Marc et les pauses que nous avons faites mais on y est arrivé en pas trop mauvais état. Notre compagnon du jour (Frédéric) ne semblait pas particulièrement affecté par cette montée. Une fois au col on poursuit encore un peu l'effort pour atteinte le sommet du Pla de Montcamp (1905m). De là super belvédère sur les falaises de Sinsat, le plateau de Beille et les sommets ariègeois. Temperature de 26°C avec un vent assez présent mais pas très gênant. Après une ultime petite pause on s'élance enfin dans la descente par le GR10. Au départ s'est totalement débonnaire puis la pente s'incline petit à petit pour permettre de filer à bonne vitesse mais attention le terrain (pâturages) totalement bosselé te secoue bien la pulpe comme Orangina. C'est certes pas des plus agréable mais quel plaisir de rouler dans cet environnement montagneux. Après les pâturages commencent les champs de fougères et les sous bois plus engagés car assez pentus et très caillouteux. Puis comme vint la cerise sur le gâteau vint le goulet, un single tout simplement magique à rouler. Une espèce de piste de bobsleigh mais en terre et caillasse surtout caillasse, le truc que tu penses que ce n'existe pas mais c'est bien réel et tu y es. Perso j'ai adoré cette séquence qui m'a mis de bonne humeur pour plusieurs jours. Par sûr que notre nouveau compagnon un peu short en technique soit exactement du même avis. Par contre je pense pouvoir dire que les autres Biclous ont bien apprécié la séquence. Ensuite on bouclera le parcours par quelques descentes et un chemin de bord de rivière bien agréables.
Au final 44 km, 2000 m de D+, une météo idéale et une belle découverte en descente, ça valait le coup d'y aller.

Lire la suite

Rando roc enduro 2019

Img 20191010 wa0000 1

Splendide ! Un vrai régal cette édition 2019 avec des descentes techniques très goûteuses et de bons rampailloux dans les liaisons généreuses.
Cette rando avait été annulée en 2018 à cause des trombes d'eau et donc reportée cette année avec ce coup-ci le beau temps! J'aurais aimé un peu + de grip, le terrain est super sec mais on va pas se plaindre. Au départ, près de 350 vélos (soit 7 fois moins que l'épreuve du roc d'Azur du dimanche) sont présentés sur la place de Roquebrune sur Argens. Ce qui m'interpelle c'est le nombre de montures orientées XC, je croise même des VTC ! Le profil des coureurs aussi plus âgés que l'épreuve voisine l'enduroc chronométré. Je me sens bien seul et très jeune avec mon casque intégral! Mais je me démonte pas.
C'est parti donc pour une longue 1ère ascension progressive avec un final qui pique. Le début de la 1ère spéciale est encombré, pas de panique un peu de patience et let's go. Je connais bien cette sp, ce qui n'est pas le cas de tout le monde visiblement. Je prends un malin plaisir à doubler tout le monde hihi mais à l'arrivée bim, puni! Crevaison sur le flanc de mon pneu arrière. Putain je suis miné et je dois sortir une chambre à air tzzz. Je repars demi heure après en dernière position, espérons qu'il n'y a pas de portes horaires. Mais je vais progressivement remonter dans le 1er tiers du field, j'ai la patate ca fait plaisir et j'en oublie de filmer la 2ème spéciale arfff. Bien physiquement donc (les bords de champs autour de Noé m'ont fait un grand bien) j'absorbe les montées très raides sans souvent poser pied à terre. Beaucoup de mecs déjà à l'agonie après seulement 10km, vous êtes pas arrivés mes chéris. Moi j'ai la frite et dans les descentes je pousse tout le monde, y compris la gente féminine (voir vidéo later). Aucune galanterie je fonce et je prends mon pied avec mon Specialized très souvent honoré d'ailleurs et à juste titre durant le parcours. Mais je trouve globalement le niveau très faible dans les descentes. Tous ces mecs en cuissard avec des genoux à nu je comprends pas vu l'intitulé de la rando. Franchement descendre sans protections je trouve ça super border line. Tu me diras ils descendent à pied haha (Non mais c'est la vérité!). Dans la Sp3 quelques sauts sont barrés pour l'événement, dommage mais ne gâche en rien l'amusement. Ça descent fort dans la pente avec des virages bien shappés pour réguler sa vitesse. La Sp4 est une de l'enduroc que j'adore, tout y est : pierriers, petits sauts, petites marches, de belles ornières à slalomer pour un max de flow! La dernière liaison est bien physique et au moment où j'écris ce CR, certains y sont peut être encore...Oui j'ai trouvé aussi le niveau physique moyen des participants. N'y voyez aucune arrogance dans mes propos, pour que je trouve le niveau moyen, vu mon état de forme actuelle il y a du vrai. La dernière descente sur Roquebrune est tjrs mignonnette mais annonce la fin de cette très belle rando. J'adore !
Au final 33km et presque 1300 de D+.

Mon prochain RDV c'est samedi sur la rando roc noire au départ de la base de Frejus. J'ai un peu peur des vagues "méditerranéene" à coup de 500 coureurs. Mais j'aime bien ce côté des petites Maures et ce sera l'occasion de filmer les beaux paysages plutôt que les pistes pour une fois.
See you

Lire la suite

Muret Mauzac Noé Eaunes Muret 06/10/2019

Img 20191006 092228

Suspens jusqu’au dernier moment pour savoir ce que nous allions faire en ce premier dimanche d’octobre. Les propositions ne manquaient pourtant pas, avec entre autres la rando des Camazes la Ronde des Trois Quilles qui faisait de l’œil à OlivierD et l’enduro Quercy Down à Bruniquel que Julien avait repéré de longue date.

  • Rando des Camazes : oui, super, mais nous y étions le WE dernier (vous nous connaissez, nous ne faisons jamais rien comme les autres…)
  • Ronde des Trois Quilles : très bien également mais c’est loin. OlivierD y sera peut-être allé, nous le saurons plus tard
  • Enduro Quercy Down : parfait pour Julien et moi, mais départ de Muret à 6h00 dernier délai. Vu nos activités nocturnes respectives (et indépendantes, je tiens à le préciser) et les prévisions météo incertaines nous étions dubitatifs…

Tellement dubitatifs que Julien et moi, après avoir également envisagé une sortie enduro au départ d’Ancizan, décidons finalement de rouler en local (si, si, ce n’est pas un canular), avec pour objectif de préparer Julien pour le Roc d’Azur : au programme, du « A travers la campagne » , plus couramment appelé « Cross Country » par ses pratiquants voire « XC » pour les plus intimes (si, si, je confirme, du XC, avec Julien…  comme quoi, même les trucs les plus improbables peuvent arriver). Je propose donc d’étendre notre circuit habituel au-delà de l’Aouach pour aller chercher Mauzac et Noé et voir ce qui se passe là-bas. Objectif secondaire mais corollaire au précédent : faire au moins 1000 m de D+.

Sylvain, notre bien aimé guide suprême, manque de motivation (de son propre aveu) et préfère aller faire de la route autour de chez lui (!!!!????). Faudra voir combien il a fait de kilomètres parce que c’est vrai qu’il a pas mal de terrain mais quand même, il doit falloir faire un sacré paquet de tours pour obtenir un kilométrage honorable. Enfin, moi, je dis ça, j’y connais rien en route.

Mais revenons donc à la sortie à laquelle j’ai participé, puisque c’est quand même celle dont j’aurais le plus de facilité à établir le compte rendu sans avoir à tout inventer.

Rendez-vous chez Julien à 8 heures et nous partons comme à l’accoutumée sur les bords de Garonne, mais cette fois-ci, nous ne remontons pas à l’Aouach et continuons à suivre la Garonne jusqu’à ce que nous retrouvions les sentiers estampillés « Sentes et Layons » (merci à eux) qui nous permettent de remonter sur la falaise, au début sur vélo et à la fin en le poussant. Le sentier qui redescend vers Mauzac a été retravaillé, ses marches aplanies et il ne présente plus aucune difficulté. Nous traversons Mauzac et, au niveau du stade, prenons le chemin à gauche qui grimpe raide et longtemps jusqu’à Montaut. Redescente sur le bord de Garonne au niveau de Noé puis grimpette velue à nouveau pour attaquer ensuite le retour vers Eaunes en faisant une boucle par Beaumont.

Jusque là nous avions eu une bonne proportion de singles mais le retour vers Eaunes se fait principalement par du chemin agricole ou de la route. Connaissant l’amour immodéré de Julien, pour le XC et ce qu’il appelle « les balades familiales », ainsi que sa propension à verbaliser abondamment sa frustration, j’avais pris mes précautions en m’équipant de boules Quies. Mais non, rien, Julien ne fait pas de réflexions désagréables, et va même jusqu’à trouver « mignons » certains singles. Je ne le reconnais pas… Afin d’atténuer un peu ma surprise et mon incrédulité devant ce comportement étrange, il finit tout de même par lâcher quelques commentaires dont la causticité me rassurera sur son état mental (si tant est que l’on puisse être rassuré à ce sujet…).

Nous passons par la descente de Saint Amans, ce qui permet à Julien de battre son record personnel sur le segment Strava associé, remontons par la Tuilerie vers la forêt d’Eaunes et finissons par les spéciales DH3, Skwal, LazBenshapée, La Grange (gap!!!!!) et la DH entre les arbres avant de rentrer par les coteaux.

Au final 55 km pour 1135 de D+ (objectif atteint donc), pas de pluie, de la bonne humeur et une bonne bière offerte par Julien à l’arrivée, comme quoi il ne m’en veut pas trop de l’avoir trainé sur une sortie XC.

Lien Strava ici.

Img 20191006 092243

Img 20191006 110320

Saint Ferreol 29/9/2019

1 2Nous nous retrouvâmes 4 Biclous Sauvages Sylvain, Marc, Mezigue et un Olivier pour finir de planter le décor sur les contreforts de la Montagne Noire. Sur les berges du lac de Saint Ferréol, nous nous élançons. Sylvain, notre Monsieur Plus à nous, nous a concocté une petite trace dont il a toujours le secret. Ouais, juste 40km et 1000 de D+. Connaissant l’énergumène, j’en garde un peu sous la pédale. Le départ est bien sympa, comme à l’accoutumé dans le coin. On est à l’ombre dans les sous-bois et on est bien content. Le terrain est super sec. On traverse le barrage du lac des Cammazes. La vue est impressionnante en aval. Ce barrage est vraiment haut. Après une sérieuse cote, on attaque enfin la superbe descente sur Durfort. Tout ce qu’on aime. Du cailloux et de la pente. Attention aux caillasses cachées par les feuilles qui commencent à tomber. On fait une petite pause a Durfort. La météo a prévu 31°C dans la journée. On en profite pour refaire le plein des poches a eau à la source du village. On n’est pas les seuls d’ailleurs. Il faut faire la queue derrière plusieurs petits vieux qui remplissent des bidons de 5L. L’eau doit être très férigineuse par ici. Et ça fait du bien de boire frais. D’ailleurs nous en aurons bien besoin, le raidard qui suivra nous fera suer plus d’une goutte. Un chemin interminable grippant raide sur la colline. J’ai commencé à 2 pates, j’ai failli finir a 4. Dans une descente, Sylvain étant sur les rotules, décide de crever intentionnellement son pneu arrière pour faire une pause. Aucune présence de liquide préventif. Si c’est pas un acte calculé, je ne mis connais pas. Un chasse en battue est en cours. Quelques détonations toutes proches nous surprennent. Comme il est le plus grand du groupe, quelques coups de fusils, le feront se baisser un peu. Pas trop quand même, faut pas exagérer non plus. De toutes façons, il avait le casque et les protections. Nous repartirons tous sains et saufs. Heureusement plus loin, on nous gratifiera d’une nouvelle belle descente vraiment sympa. À Sorreze, on est un peu tous cuit. Même Sylvain essayera de faire le plein de super avant de reprendre le chemin. 2 4

A part, Olivier qui est en pleine forme, on tire tous un peu la langue. Moi, plus que les autres. On refera un nouveau passage à Durfort pour refaire le plein de flotte. On recroiser encore du monde à la fontaine. C’est pire qu’à Lourdes, ici. Le final est plutôt facile. Nous arriverons bien content juste devant le bistrot où nous avions soigneusement garé la voiture. Choix stratégique qui s’avérera extrêmement judicieux. L’expérience ça a du bon. Et l’hydratation c’est capital. Au final 43km et D+1600m

3 1

Lire la suite

Road Gap Eaunes 21/09/19

Rappel : Un road gap est un obstacle à franchir en skis, snowboard ou en VTT. Il consiste le plus souvent en une route à franchir en sautant d'une pente en amont vers une deuxième pente en aval par-dessus la route.
Il y a quelques mois j'étais encore à des années lumières de ce genre d'exploits !
Aujourd'hui c'est fait et on repousse encore un peu plus loin les limites. Il fait croire que les sorties en station de cet été ont porté ses fruits. Mais c'est aussi sans compter les conseils de Marc que je parviens à m'envoler dans les airs et je vous partage ce petit vidéo clip spécial Road Gap! Une dizaine de prises qui semblent "easy" en images, beh tenez vous bien c'est la même chose sur place et c'est l'extase...Le seul mot à retenir est le mot vitesse. Plein gaz et ça passe crème même si l'appréhension est toujours là. Méditez bien les filles.
See you

Lire la suite

Sortie Eaunes dimanche 22 septembre 2019

Eaunes 22 09

Laurent en pleine extase aprés sa sortie type "cross country"

Ce matin en me levant la gorge me pique et j'ai un fond de mal au crane, je traine ma grande carcasse sans conviction. Si Marc écrivait ce texte (avec petite à la place de grande) tout le monde trouverait cela normal et penserait "il a encore chanté comme un digue et a bu sans modération". Dans mon cas c'est étrange car je ne chante pas (heureusement car même Assurancetourix prendrait peur) je ne fume pas et ne bois pas non plus. Si c'est possible. Eh oui la crève n'a rattrapé pourtant j'ai essayé d'aller plus vite qu'elle mais la coquine est rapide.
L'envie d'aller rouler sera finalement plus forte que celle de retourner au lit. Sur le chemin entre Seysses et Muret je me prends une averse heureusement trop courte pour me faire faire demi tour. A 09h00 me voila donc au jet d'eau suivi de peu par Laurent qui me motivera pour poursuivre la sortie. Laurent m'indique le théme de la sortie qui sera cross country c'est à dire que l'on privilégiera les montées en allant chercher les plus raides du coin. Nous voila parti, à Estantens on prendra le raidillon puis tous ceux que l'on connait pour se faire notre sortie type "cross country". A ma surprise je suis Laurent sans vraiment souffrir et tousser comme un vieux diesel, la crève semblant vouloir me laisser en paix.
Au final environ 30 km et 800 m de D+

Lire la suite