Alaric 10/02/2019

Alaric 10 02 2019 3

Je m’apprête à rédiger un compte rendu que j'aimerai vite oublier. Je ne réalise pas trop encore ce qui s'est passé, quelque chose de surréaliste hier en fin d'après midi...complètement dingue!
Mais revenons dans l'ordre chronologique. 3 semaines sans rouler, alors ce week end pas d'activité canapé tv. la météo est belle samedi et plus incertaine dimanche. On décide Marc et moi même de risquer le coups dimanche afin de ne pas laisser tomber Sylvain étant indisponible le samedi. Direction l'Alaric en trio donc pour la 3ème fois déjà cet hivers. L'inquiétude du temps se confirme sur place: une brume épaisse nous fait perdre nos repères, aucune visibilité; mais étrangement cette première montée au signal d'Alaric, je ne lai pas sentie passer. Marc ne ressent pas la même chose! je crois qu'il s'est dépucelé comme il faut grâce à une étude approfondie de son postérieur en magasin. Où est-ce dû à sa nouvelle selle test? il nous dira jamais la vérité mais en bref il a mal au cul...
1ere spéciale : le roc de l'aigle sous la brume mais le terrain est sec, yes! Nous testons la variante par le ruisseau des Arboustiers. Sympa, plus sauvage avec pas mal d’ornières cependant, elle mériterait un peu d'entretien. Liaison route via Montlaur et le soleil apparaît. La 2ème montée par la piste du GR36 est toujours aussi dur dur sur la fin. Sylvain en forme la grimpe d'une traite alors que Marc et moi temporisons. Près de l'arrivée une seconde fois au signal, le temps change et il se met même à pleuvoir. La panique va durer 3mn...
2eme spéciale : l'os du jambon intégrale, la fine pluie a humidifié la roche, ça glissouille. Après un passage caviar, décor de magazine en vidéo ici svp, Marc chute dans une ornière et moi même un peu plus loin. J'en prends violemment à mon cintre qui tape un arbre. Je me relève et je dits à Sylvain "mais pourquoi font ils des cintres aussi large?" D'ailleurs Il manque de peu aussi un arrachement de l'os, au final juste une déchirure du maillot. 3ème montée au signal, le temps change à nouveau, c'est couvert et le vent se lève alors on tarde pas trop.
3ème spéciale : le GR77, bien technique avec une double marche à travailler, la variante en contre bas face au roc gris est jouissive.
4ème spéciale : la DH Moux, du flow du flow et du flow, ça fait du bien aussi. On teste la variante sur la fin par le ruisseau de la Caune sans trop de saveur, là encore, trop ravinée.
Au final 40km et 1300D+

J'aimerais en rester là mais la suite est cauchemardesque. De retour sur l'autoroute je m'assoupie un peu et subitement j'entend Sylvain freiner et se ranger sur la bande d’arrêt d'urgence."Que paso?" je tourne la tête et je ne voie plus mon vélo. Je sort de la voiture après Marc avec peu d'espoir...Le vélo est à l’horizontale maintenue par les attaches roues, c'est hallucinant le bras qui maintient le cadre a lâché. L'extrémité gauche du cintre maintenait le vélo et frottait contre le bitume. On rattache le vélo et je dit à Marc faut pas rester là on va se faire rentrer dans le cul("tu as déjà assez mal au cul comme ça"). Non à ce moment là je vannais pas croyez moi...on s’arrête à une aire d’autoroute un peu plus loin pour constater les dégâts : une poignée et un cintre écourté de 1 ou 2 cm. Et dire que je le trouvais trop large. C'est un miracle! après coup c'est qu'un vélo mais qui aurait pu créer un grave accident.

Cette épisode comme je disais en introduction j'aimerais l'oublier, l'effacer à jamais. Cette vision de mon Sp en équilibre à 130km/h sur l'autoroute, c'est un cauchemar...Alors sans être croyant je vais changer de signature.
Thanks my god!

Alaric 10 02 2019 6

Alaric

Commentaires (3)

1. sylvain 11/02/2019

Apres notre sortie très sympa ou j'ai encore découvert de nouveaux chemins, y pas à dire l'Alaric c'est magnifique j'ai pris un putain de coup de chaud sur l'autoroute lorsque Marc m'a crié qu'un vélo était tombé. Je jette un regard dans le rétro et plus q'un seul vélo apparaît mais ça n'est pas le chaos derrière moi, il est où le vélo? Pas tombé sur la route manifestement, je m’arrête aussi vite que possible sur la bande d'urgence pour me rendre compte que le vélo a juste basculé et que le cintre fait office de patin frotteur contre le bitume. Ouf le pire est évité, pas d'accident, le vélo n'a subit que très peu de dégât, en fait on en a profité pour raccourcir le cintre qui était un peu trop large au gout de julien. Il nous l'a demandé on l'a fait direct. Ce fait 8 ans que je trimbale des vélos sans incident, cela démontre qu'il faut toujours rester vigilant et redoubler d'attention lors de l'installation sur le porte vélo. En même temps c'est Marc qui a fixé le vélo de julien, il voulait peut être se débarrasser du spé tout neuf?

2. olivier 11/02/2019

Vs avez vraiment eu chaud sur l'autoroute.
La semaine prochaine il faudra mettre le velo ds l'autre sens pour ajuster le guidon.
Vs aviez vraiment besoin de vos gros casques?
Ca devait etre chaud.
Maintenant Julien tu arrives à sauter les trotoirs de 30cms avec ton VTC à gd roues?

3. Marc 13/02/2019

Bon, pour le vélo de Julien, grosse frayeur en effet. A retenir, ne pas installer la pince du bras du porte vélo sur une partie trop épaisse du cadre. C'est l'erreur que nous avons commise en prenant le tube inférieur du cadre (très large sur un VTT carbone) et par en bas de surcroit : la pince étant trop écartée, elle peut glisser, et ce qui s'est passé. En reprenant le cadre par en haut et sur une partie plus étroite, pas de problème.
Olivier, pour les casques intégraux, ça sécurise quand même bien et ça aide à lâcher les freins. Et puis le profil de la rando s'y prêtait...

Vous devez être connecté pour poster un commentaire