Douelle - Saint Vincent Rive d'Olt (en partant de Cournou)

Cournou 07 06 2020 4

C’est à nouveau Julien, grand pourvoyeur de traces, qui propose la destination pour ce dimanche : ce sera le Lot.

Comme OlivierM, Olivier D et Christophe sont allés rouler du côté de Villegly samedi (j’ai hâte de lire leur compte rendu d’ailleurs!), il n’y a que moi qui réponds présent.

Julien propose une trace de JPR 31 (quand on parle de grand pourvoyeur !) « De Cournou à Douelle », qui part de Cournou donc et va jusqu’à Douelle (étrange, non ?). Et, Cerise sur le gâteau, Julien a contacté Vincent, le local qui nous avait déjà guidés lors de notre sortie à Mercuès, et qui sera à nouveau là pour nous accompagner.

Départ de Muret maussade puisque sous la pluie, mais la fâcheuse s’arrêtera au Nord de Toulouse et le temps s’améliorera au fur et à mesure que nous nous rapprocherons de notre destination. Nous commencerons donc sous un ciel ensoleillé.

Nous arrivons à Cournou un peu en avance et pour passer le temps, Julien initie un petit entrainement au wheeling sur le parking de la salle municipale. Bon, il avait juste oublié qu’il était en pédales auto…

Nous retrouvons rapidement Vincent qui est à l’heure au rdv et un petit bout de route nous permet d’aller chercher notre 1ère descente (la Cournou DH1) dans la caillasse, courte mais sympathique, avant une remontée par un single plutôt raide vers le (joli) village des Roques où nous passerons plusieurs fois.

2ème descente sur les gorges de Landorre (très belles) puis remontée vers Cambayrac plus tranquille par un chemin sous les frondaisons au milieu des arbres moussus (charmant ou plutôt « c’est mignnnon ! » pour reprendre une expression chère à Julien).

3ème descente à nouveau vers les gorges de Landorre. Très sympa, même si Julien semble trouver son avant fuyant. Enfin, celui de son vélo surtout. Un surgonflage peut-être ? Nouvelle remontée par Les Roques, par la route cette fois-ci. D’après Vincent, il y a bien moyen de monter par un single, mais la dépense énergétique risque de ne pas être la même et nous optons « sagement » pour le bitume.

4ème descente qui nous ramène sur la route de Saint-Vincent-Rive-d’Olt que nous ne prendrons pas mais que nous traversons pour aller chercher le chemin des Pervenches qui nous amène jusqu’au village susnommé (première amélioration de la trace proposée par Vincent). Effectivement ce petit single en faux plat descendant qui slalome entre les arbres est très joueur et cela aurait été dommage de s’en passer.

Deuxième amélioration de Vincent pour épargner nos gambettes : étant donné que l’on va faire deux fois la même montée, on va la faire d’abord par le single et ensuite par la route alors que la trace de JPR prévoyait l’inverse. Ce qui va nous permettre de faire la 5ème descente (DH Croix de Cavanié), où je suis obligé d’attendre Julien ( ?) qui semble toujours avoir des problèmes de train avant, puis la 6ème descente (que l’on ira chercher un peu plus haut que sur la trace de JPR, toujours sur les conseils avisés de Vincent), dite des 20 Voltes (rien à voir avec les VTTAE pour reprendre ma blague pourrie), et qui gagne à être connue pour sa succession d’épingles. Julien, qui a trouvé l’origine de son avant fuyant (mauvais réglage de la position du levier de frein, comme quoi le diable est bien dans les détails) va beaucoup mieux.

Petit bout du chemin des Pervenches à l’envers pour rejoindre la route que nous remontons à nouveau jusqu’aux Roques en délaissant la petite boucle à gauche de la trace de JPR pour nous réserver pour la suite. En effet, nouvelle amélioration de Vincent, au lieu de faire la liaison Roques/Cournou par la route comme sur la trace de JPR, nous prenons le travers des Roques qui, moyennant un léger détour nous ramènera sur Cournou en évitant au maximum la route.

Alors le travers, c’est la spécialité de Vincent. Donnez-lui un travers et on voit son sourire s’élargir jusqu’aux oreilles. Puis après, on ne le voit plus, il va trop vite. Le travers, ça monte et ça descend à flan de causse avec des relances en permanence : c’est très joueur, avec de très beau paysages, mais c’est aussi très énergivore. Ben, ça n’a pas l’air de gêner Vincent outre mesure, puisqu’il fait tout ça à fond. Remarque, si j’arrivais à suivre, je ferais pareil.

Petit passage à la voiture, petit sandwich et on part faire la deuxième boucle du côté de Douelle. Liaison par la piste (GR36) qui nous amène sur la 7ème descente en haut de laquelle Vincent nous dit : « il y a quelques bosses, là, j’aimerais que vous me montriez comment vous les prenez ». Eh bien, nous ne lui avons rien montré du tout puisque les bosses en question, doubles en l’occurrence, sortaient quelque peu de notre champ de compétence. On va s’entrainer un peu et on reviendra avec l’intégral et les protections hein ? N’empêche que cette descente est magnifique et bien travaillée : à refaire !

Remontée (raide) vers la base de départ des parapentes avec vue sur le lot. Puis 8ème et (malheureusement) dernière descente vers Douelle avec du caillou, de la marche et du flow pour finir, bref que du bon.

Dernière remontée, au début par la route de Mader (ancien village, si j’ai bien retenu les explications de Vincent, rien avoir avec Jean-Pierre au risque de décevoir Julien) puis par un travers (de porc, rajoutera l’amoureux des coustellous) parce que ça serait dommage de finir sans en faire un petit dernier.

En bref, et en résumé (ce qui manque singulièrement de concision et n’amène rien du tout au propos), 50 km et 1560 m de D+ d’une très belle sortie avec de très belles découvertes dans un coin qui semble receler une multitude d’autres bonnes surprises du même acabit. Faudra y revenir.

Merci encore à JPR31 pour sa trace et merci à surtout à Vincent pour le guidage, ses améliorations et son excellente compagnie. Et sa bière fraiche à l’arrivée aussi!

Ah si, une dernière amélioration possible : Cournou, c'est un petit village très sympa mais il est en haut... Pour le moral, vaut mieux finir par une descente. A méditer pour la prochaine.

Cournou 07 06 2020 5

 

Commentaires

  • JulienF
    • 1. JulienF Le 09/06/2020
    Excellent résumé, tu oublie juste la 9eme descente des vignes du petit prince, du 100% Malbec.
  • Marc
    • 2. Marc Le 09/06/2020
    Effectivement Julien, mais c'est le Domaine du Prince. Le Petit Prince c'est plus les roses que les vignes... et plus les baobabs que le chêne aussi.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire