Pic de Nore 23/02/2020

Pic de nore 23 02 2020 9

Pour profiter de ce beau temps exceptionnel pour un mois de février, et afin que le réchauffement climatique ne soit pas perdu pour tout le monde, Julien nous propose dès vendredi de localiser notre sortie dominicale au Pic de Nore et ses alentours : programme annoncé, 60 km et 1800 de D+. Vous connaissez mon enthousiasme débordant quand il s’agit de monter et vous imaginez donc sans peine celle que m’a justement inspirée la proposition de Julien. Julien revoit donc sa copie pour nous proposer 3 traces dont il nous envoie les gpx par mail, accompagnés d’une explication sibylline destinée à m’embrouiller pour je dise oui sans réfléchir. Stratégie puérile me direz-vous, d’autant que les traces transmises font plus de 1700 de D+ et que, malgré ma sénilité précoce, je réussis quand même à comprendre que je vais souffrir… Oui, mais bon, faut être indulgent avec les jeunes et j’accepte donc d’accompagner Julien, et OlivierD, qui n’est pas jeune du tout mais qui s’entraine pour le Raid des Chapelles. Au fait, les traces sont aimablement fournies par un certain Pat local qui semble connaître et maitriser parfaitement le coin.

Sur le trajet de l’aller en ce beau dimanche matin, Julien nous annonce que la quasi-totalité des montées de la journée se feront sur route, ce qui ne me rassure même pas et qui plonge Olivier dans un profond désarroi. Mais nous avons aussi l’occasion de contempler un Pic de Nore parfaitement dégagé, ce qui n’est pas toujours le cas, et nous nous frottons donc les mains d’avance, ce qui à aussi l’avantage de nous préparer à affronter les températures matinales de saison, c’est-à-dire un poil fraîches.

Le départ se fait de Roquefère, charmant petit village en contre bas du Pic de Nore. Comme il fait effectivement un peu froid au départ et qu’il faut s’échauffer avant de monter au Pic, on attaque par une petite montée de chauffe de 500 de D+ pour rallier Cubserviès. Nous commençons bien évidemment à avoir trop chaud environ 12 mn après le départ, mais la belle cascade de Cubserviès et surtout la descente qui vient après nous font vite oublier toute envie de nous plaindre. Cette première descente peuplée par des ardoises joueuses est effectivement un pur régal. Nous venons à peine de l’entamer qu’un VTTiste nous rattrape et se présente ; il s’agit de PAT (le pourvoyeur de traces précédemment cité). Comme, nous allons rapidement le constater, l’homme est fort sympathique et semble effectivement connaître et surtout maîtriser parfaitement le coin et  le terrain. Il nous donne quelques indications sur la trace pour ne pas rater les meilleurs passages puis part devant et nous essayons de le suivre… Etrangement, nous le rattrapons assez facilement. Bon, c’est parce qu’une ardoise facétieuse lui a cisaillé son pneu arrière mais quand même… Nous en profitons bien sûr pour l’abandonner et essayer de prendre de l’avance. La fin de la descente sera comme le début, c’est-à-dire excellente : les ardoises ne posant pas de difficulté technique majeure mais apportant  un flou ludique dans le pilotage. Cette superbe descente nous amène directement sur le parking du départ et  nous en profitons pour abandonner le surplus de fringues que nous nous trimballons, toute trace de la fraicheur matinale ayant définitivement disparu.

Nous attaquons ensuite la montée du Pic de Nore, toujours par la route et toujours au grand désarroi d’Olivier. Et nous retrouvons à nouveau Pat qui fera un bout de la montée avec nous. Enfin avec Olivier et Julien surtout, parce que pour ma part, à cause d’une timidité excessive sans doute, je reste quelque peu en arrière. Comme mes camarades du jour ont la gentillesse de m’attendre et que Pat est pressé de rentrer, il finira par nous laisser derrière.

14 km et un peu moins de 900 m de D+ plus tard, nous voila en haut du pic. Le temps est superbe, la vue dégagée et magnifique et seul le vent un peu frais nous rappelle que nous ne sommes pas en été.  

Bon alors là, nous prenons la DH secrète (mais chut, faut pas le dire). A mon avis la meilleure descente de la journée. Le terrain à dominante terre est très travaillé avec du flow en veux-tu en voilà, des virages relevés en veux-tu en voilà, des bosses naturelles ou non en veux-tu en voila, des gaps velus en veux-tu en voilà (on n’en prendra aucun d’ailleurs). Bref plein de super trucs en veux-tu en voilà et toujours une échappatoire pour ceux qui ne se le sentent pas. A refaire plusieurs fois, parce que vu la concentration des trucs précédemment cités, il faut bien la connaître bien avant d’en profiter pleinement. La DH secrète nous ramène sur Pradelles-Cabardès et nous remontons une centaine de m de D+ pour aller chercher la suite de la descente dans le parc éolien du Haut Cabardès. Là aussi une descente très sympa où nous retrouvons les ardoises et qui tabasse bien. C’est bien mais ça  souffre quand même un peu de la comparaison avec la précédente. Quand je vous dis que nous devenons difficiles… Nous nous arrêtons un peu avant les vestiges de la voie romaine, et nous rejoignons la piste qui nous fait remonter 100 m supplémentaires avant de replonger vers le village de Labastide-Esparbairenque (quel joli nom !) par une nouvelle descente tout en flow.

Là, j’hésite entre le bonheur extatique et l’épuisement total : malheureusement c’est mon physique qui finira par choisir pour moi. Il reste 50 de D+ à faire avant d’aller chercher la dernière descente et je suis tellement cuit que je n’en profite même pas. J’arrive même en bas bien après Julien et Olivier, c’est pour dire… Conclusion, je vais être obligé de refaire la sortie.

Heureusement, Julien a tout prévu et une bière bien fraiche nous attend dans sa glacière à la voiture. De quoi me requinquer un peu avant de remettre les voiles vers MURET.

Au final, 1740 de D+ pour 44 km, une super ambiance, un temps splendide et un spot d’enfer que je découvrais pour ma part (et merci à Pat pour ses traces et ses conseils).

Pic de nore 23 02 2020 6Pic de nore 23 02 2020 7

 

Commentaires

  • JulienF
    • 1. JulienF Le 25/02/2020
    Quel ride ! des émotions fortes pour moi de retourner au pic de nore. Cette DH secrète est une bombe et les 3 autres descentes sont aussi magnifiques. La 1ere descente des ardoises musiciennes est déjà une incontournable, vibrations garanties sous les pneus! la deuxième descente DH secrète est très bien décrite par Marc et en revoyant les images vous allez valider!
    Après le petit intermède aux parc éolien la 3éme descente de Montredon offre beaucoup plus de flow sur une terrain terreux et épineux. Et dans la 4eme descente au Roc d'en Galière, le pilotage est jouissif dans les rochers et les ardoises, au top!Olivier serait bien remonté au Pic, d'ailleurs ils nous a fait quelques allers retours dans les ascensions pour nous attendre. Et pour info le dénommé Pat s'est tapé lui 80km et 2700 de D+ dans la même journée! Merci marc pour ce CR qui résume une journée exceptionnelle encore! Une trace 5 étoile...

Vous devez être connecté pour poster un commentaire